• Yanik Comeau

22 septembre

Mis à jour : 28 déc. 2020

Le 22 septembre est une grosse journée dans les éphémérides du théâtre québécois. Suivez-nous pour tout découvrir!


1923: Naissance de Jacques Galipeau

(Photo: André Le Coq - Jacques Galipeau dans Quelle vie? de Brian Clark au TNM)

Né à Montréal, le comédien Jacques Galipeau, connu particulièrement pour son rôle d'Edmond Germain dans La Petite Patrie à Radio-Canada, téléroman dans lequel il jouait le mari de Gisèle Schmidt et le père de Vincent Bilodeau, Christiane Pasquier, Louise Laparé et Louise Rinfret, s'est éteint le 30 août 2020 à l'âge de 96 ans et 11 mois. Mari de Pauline Julien et père de ses enfants (avant qu'elle ne rencontre Gérald Godin), Jacques Galipeau a joué à la télé (Laurier, Le Survenant, Beau temps, mauvais temps, Duplessis, Les Girouettes, Le Parc des Braves, Montréal, P.Q., Montréal, ville ouverte, Marilyn, Les Bougon), au cinéma (Bingo de Jean-Claude Lord, Emporte-moi de Léa Pool, La Turbulence des fluides de Manon Briand) et au théâtre où il a été des créations de D.D.T. de Michel Faure et Paul Buissonneau (TNM au Théâtre Port-Royal), La Guerre, yes sir! de Roch Carrier (TNM), Bilico de Marco Micone (La Licorne), Il n'y a pas de pays sans grand-père de Roch Carrier et Médium Saignant de Françoise Loranger (Duceppe) et Rictus d'Anne-Marie Provencher (Espace La Veillée). Sur les scènes de La Comédie-Canadienne, du Théâtre Denise-Pelletier, du Gesù, du Théâtre du Rideau Vert, du Théâtre Jean-Duceppe, il a joué Edward Albee (Zoo Story), Arthur Miller (deux productions des Sorcières de Salem au TNM, dirigé par Albert Millaire puis par Lorraine Pintal), Federico Garcia Lorca (Yerma), Tchekhov (Les Trois Soeurs, La Mouette), Anouilh (L'Alouette), Musset (Les Caprices de Marianne, Lorenzaccio), Molière (La Jalousie du Barbouillé, Le Tartuffe, Le Médecin malgré lui, Les Femmes savantes), Shakespeare (Richard II, Richard III, Hamlet, Jules Cesar), Bernard-Marie Koltès (Roberto Zucco avec UBU), Peter Shaffer (Equus) et Claudel (Le Soulier de Satin). Il aura aussi été dirigé par Jean-Louis Roux, Jean Gascon, Georges Groulx, André Brassard, Jean-Pierre Ronfard, GillesPelletier, John Hirsch, Olivier Reichenbach, Denis Marleau, Gérard Poirier, Jean Faucher, Yvan Canuel, René Richard Cyr, Daniel Roussel, Daniel Valcourt, Yves Desgagnés, Yvette Brind'Amour, Loïc Le Gouriadec... 1936: Naissance de Jean Besré

Né à Sherbrooke, le comédien, scénariste et metteur en scène Jean Besré a fait les belles années de la télé et du théâtre québécois, Il est reconnu comme un acteur très polyvalent dès ses premières années et joue tout autant des classiques que des créations (Tartuffe de Molière, La Nuit des rois de Shakespeare au TNM et Les Fourberies de Scapin pour Juste pour rire, Deburau de Sacha Guitry, Black Comedy de Peter Shaffer, Hamlet de Shakespeare au Rideau Vert et Qui a peur de Virginia Woolf? au Théâtre du Bois de Coulonge à Québec). Il participe aux premières comédies musicales québécoises au Théâtre de la Marjolaine et aux créations québécoises d'Ionesco dans lesquelles il est dirigé par Albert Millaire (Tueur sans gages, Rhinocéros). Il sera aussi des créations de La Guerre, Yes Sir! de Roch Carrier au TNM et de Les Voisins de Claude Meunier et Louis Saia à la Compagnie Jean Duceppe en 1980. Bien sûr, à la télé, il est devenu célèbre grâce au rôle de Rémi Duval dans Jamais deux sans toi (années 70s et nouvelle mouture dans les années 90s) et Les Héritiers Duval après avoir scénarisé une centaine d'épisodes de Grugeot et Délicat avec Clémence DesRochers, émission jeunesse dans laquelle joue sa conjointe Lise LaSalle. Il a aussi pris la relève de Pierre Dufresne dans le rôle de Joseph-Arthur Lavoie dans le téléroman de Pierre Gauvreau Le Temps d'une paix lorsque Dufresne est décédé. Le 14 mars 2001, Jean Besré meurt à 64 ans dans un bête accident de la route à Cowansville au Québec en rentrant d'une répétition de la pièce L'Affaire Dumouchon qu'il se préparait à jouer à La Licorne. Suite à son décès, on a donné le nom de Besré à la salle de spectacles de Sherbrooke et le Prix Jean-Besré est remis par l'Académie des Prix Gémeaux.


1958: Naissance de Mireille Deyglun

comédienne


1962: Naissance de Normand D’Amour

Natif de Montréal, le comédien Normand D'Amour multiplie les rôles au théâtre, à la télévision et au cinéma depuis sa sortie de l'Option-Théâtre du Cégep Lionel-Groulx en 1984. Parmi ses prestations théâtrales les plus marquantes, mentionnons entre autres, Le Mariage de Figaro de Beaumarchais, Le Vrai Monde? de Michel Tremblay, La Société des loisirs et 15 secondes (Masque de l'interprète masculin de l'année) de François Archambault, Le Chemin des Passes-Dangereuses de Michel Marc Bouchard, Le Bizarre Incident du chien pendant la nuit de Simon Stephens et Quand la pluie s'arrêtera d'Andrew Bovell. En 2006, son Cuirette dans Hosanna de Michel Tremblay au TNM lui vaut une nomination pour un Masque d'interprétation. Dans les dernières années, on a aussi pu le voir dans J’aurais voulu être un artiste… (La Licorne), Fragments de mensonges inutiles (Duceppe), Le chant de Sainte Carmen de la Main (TNM puis en tournée), Qui a peur de Virginia Woolf?, Moby Dick (TNM), L'emmerdeur (Drummondville) et Tanguy (Théâtre du Tandem). Au petit écran, il a été marquant dans Marguerite Volant. On a aussi pu le voir dans Emma, Caméra Café, Les Invincibles, 3 x rien, Histoires de filles, Casse-croûte chez Albert, Lance et compte – Le grand duel, 30 Vies, Trauma, Les Beaux Malaises, Mensonges, Ruptures, Demain des hommes et Le 422. Il a reçu deux Gémeaux pour Meilleur premier rôle masculin – téléroman pour sa prestation dans Yamaska. Côté cinéma, on l'a vu dans Mémoires affectives, Sur le seuil, Cheech, 5150 rue des Ormes, De père en flic, Voyez comme ils dansent, Entre ciel et terre, La peur de l’eau, Cicatrice, Le Vrai du faux, Le Garagiste et Origami. Il a remporté le Jutra de la Meilleure interprétation masculine dans un rôle de soutien en 2009 pour son rôle de père alcoolique écorché par la vie dans le film Tout est parfait. Le #COVID19 aura retardé sa tournée dans Les Hardings d'Alexia Bürger aux côtés de Rémy Girard et Paul Ahmarani qui aura lieu en 2021-2022. Bonne fête, Normand!


1976: Création de Métamorphoses de Claude Gauvreau («objets» de Claude Gauvreau comprenant les textes Au cœur des quenouilles, La Jeune Fille et la lune, Le Prophète dans la mer et Poème sans titre) mise en scène de Monique Lepage, par le Centre culturel populaire Le Patriote, Le Patriote-en-Haut


1977: Création de Maria Chapdelaine d'après Louis Hémon dans une mise en scène d’Yvette Brind'Amour au Théâtre du Rideau Vert (Montréal)


Loïc Le Gouriadec adapte le roman de Louis Hémon pour la scène et c'est Muriel Dutil qui incarnera le rôle-titre. Étonnamment, le personnage de François Paradis, joué par Nick Mancuso dans l'adaptation cinématographique de Gilles Carle, est évacué de cette distribution. Muriel Dutil est entourée de Viola Léger (Mère Chapdelaine) et Guy Provost (Père Chapdelaine), Jo-Ann Quérel, André Cailloux, Jean-Luc Montminy, Marc Hébert, Robert Daviau, Paul Guèvremont et José Rettino. La pièce est présentée jusqu'au 29 octobre 1977.


1977: Création de Dernier recours de Baptiste à Catherine de Michèle Lalonde dans une mise en scène d’André Pagé au Théâtre d’Aujourd’hui (Montréal)

La poétesse et dramaturge Michèle Lalonde, auteure de Speak White, a aussi écrit pour le théâtre, il va sans dire. Toujours sous sa direction artistique de Jean-Claude Germain, cette pièce était mise en scène par André Pagé et mettait en vedette une distribution impressionnante: Raymond Legault, Kim Yaroshevskaya, Denis Chouinard, Sylvie Heppel, Lisette Dufour, Jean Marchand, Paule Marier, Pierre Lebeau, Raymond Cloutier et Bernard Buisson. La pièce était une fresque historique à saveur politique. Elle était présentée jusqu'au 7 novembre 1977.


1978: Création de Zizi & Co. (collectif de Mime Omnibus) mise en scène de Jean Asselin et Etienne Decroux au Théâtre de Quat’Sous (Montréal)


Le mime et pédagogue français Étienne Decroux, chez qui plusieurs Québécois avaient étudié, vient prêter main forte à Jean Asselin pour la création collective de ce spectacle présenté en coproduction avec le Quat'Sous. La distribution comprend Denise Boulanger, Tony Brown, Karen Geiger, Dulcinée Langfelder, George Lewis, Kari Margolis, Bruce McClelland, Marjolaine Robert, Pierre Thibaudeau et Jean Asselin.


2009 : Création de Reconnaissance de Michel Nadeau, une coproduction Théâtre Niveau Parking et Théâtre du Trident (Québec) à la Salle Octave-Crémazie du Grand Théâtre de Québec


Pièce d'ouverture de la saison 2009-2010 du Trident, Reconnaissance, mise en scène par l'auteur Michel Nadeau, mettait en vedette plusieurs de ses collaborateurs réguliers du Théâtre Niveau Parking. La distribution comprenait Lorraine Côté, Hugues Frenette, Steve Gagnon, Valérie Laroche, Sylvio Arriola, Claudiane Ruelland, Patric Saucier et Michel Nadeau.


2015: Création de Sauvageau Sauvageau de Christian Lapointe d’après les textes d’Yves Sauvageau, mise en scène de Christian Lapointe, une coproduction du Théâtre Blanc (Québec) et du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui (Montréal) présentée au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui (Montréal)


Finaliste dans la catégorie Meilleur spectacle original - Montréal de l'Association Québécoise des Critiques de Théâtre, Sauvageau Sauvageau a été présentée à Montréal puis au Périscope dans la Vieille Capitale. Paul Savoie et Gabriel Szabo étaient dirigés par le concepteur du spectacle, Christian Lapointe. Un spectacle qui mettait en valeur les textes riches, poétiques, originaux de l'auteur Yves Sauvageau qui s'est suicidé à l'âge de 24 ans. Gabriel Szabo a aussi reçu une nomination aux prix de l'AQCT dans la catégorie interprétation masculine - Montréal.


2017 : Création de Camillien Houde, le p’tit gars de Sainte-Marie d’Alexis Martin, mise en scène de Daniel Brière et Geoffrey Gaquère, une production d’Espace Libre en collaboration avec le Nouveau Théâtre Expérimental (Montréal)




Pièce originale, ludique et intelligente, Camillien Houde était créée dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal. Mettant en vedette Pierre Lebeau, Josée Deschênes, Jacques L'Heureux, Didier Lucien, Évelyne Rompré, Johanne Harberlin et une vingtaine de citoyens du quartier Sainte-Marie, la pièce a par la suite été reprise, toujours avec beaucoup de succès.




2020 : Création de Pétrole de François Archambault, mise en scène d'Édith Patenaude, une production de Duceppe, en baladodiffusion réalisée par Laurier Rajotte.

Écrite dans le cadre de la première résidence d'auteur de Duceppe sous la nouvelle direction artistique du tandem Jean-Simon Traversy-David Laurin, Pétrole de François Archambault devait ouvrir la saison 2020-2021, reportée à cause de la pandémie de #COVID19, Comme les répétitions étaient néanmoins entamées et que le Conseil des arts et des lettres du Québec a créé un nouveau programme de subvention pour l’exploration et le déploiement numérique dans les arts, Duceppe a fait appel à Laurier Rajotte, réalisateur audio qui se spécialise de plus en plus en captations théâtrales pour la radio et la balado, pour créer une version audio de la pièce. La metteure en scène Édith Patenaude, qui a fait appel à sa complice Mykalle Bielinski pour la musique (Titus, d'après Shakespeare), dirige les acteurs qu'elle dirigera sur scène lorsque la pièce sera enfin présentée en 2021 au Théâtre Duceppe: Éric Bernier, Frédéric Blanchette, Louise Cardinal, Jean-François Casabonne, Paméla Dumont, Simon Lacroix, Jean-Sébastien Lavoie, Marie-Ève Milot, Iannicko N'Doua, Olivia Palacci, Alice Pascual et Catherine Trudeau. Alexandrine Warren, comédienne de Québec et autre complice d'Édith Patenaude, participe aussi à la captation audio. Rappelons le résumé de la pièce disponible sur le site de Duceppe: «Californie, 2018. Les forêts brûlent. On soupçonne Jarvis Larsen, un scientifique respecté, d’avoir provoqué ces incendies. Comment a-t-il pu en arriver là? En 1979, alors jeune et idéaliste, Larsen est recruté par une compagnie pétrolière pour donner son avis sur la pollution qu’engendre la combustion de pétrole. Certains environnementalistes affirment qu’elle causera la fin de la vie sur Terre dès 2035… Larsen se retrouvera par la suite au cœur de négociations tendues entre des scientifiques militants, de lobbyistes pétroliers et des représentants de la Maison-Blanche. La catastrophe sera-t-elle évitée?» Cette pièce, une sorte de thriller politique, a germé dans l’imaginaire de François Archambault lorsqu'il a lu un dossier du New York Times qui relate en quelque sorte comment le problème du réchauffement planétaire aurait pu être réglé il y a quarante ans! Comme elle a des effluves politiques et historiques, la pièce n'est pas sans rappeler Oslo, la pièce avec laquelle le duo Laurin-Traversy avait ouvert sa toute première saison, pièce de J.T. Rogers qui étaient aussi mise en scène par Édith Patenaude. On a bien sûr très hâte de la voir sur scène lorsque les conditions sanitaires le permettront.

38 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO