• Yanik Comeau

25 juin

Dernière mise à jour : sept. 8

Aujourd'hui, on souhaite bonne fête à deux Michel qui ont marqué le théâtre québécois chacun à sa façon: Michel Tremblay et Michel Côté ! Et on célèbre les carrières de plusieurs autres grands artistes aussi!


1915: Naissance de Jean Dalmain

Photo: Alain Laforest


Jean Dalmain est né à Paris. Après sa formation au Conservatoire national d'art dramatique de Paris, où il a des maîtres comme Georges Leroy et Louis Jouvet, il n'a pas de difficulté à se trouver du travail, même auprès de ce dernier qui l'embauche au Théâtre de L'Athénée. Il sera des créations d'Ondine et de La Folle de Chaillot de Jean Giraudoux en plus de jouer dans L'Annonce faite à Marie de Claudel et d'être aux premières loges de la création de Les Bonnes de Jean Genet. Jusqu'à la mort de Jouvet en 1951, il sera à ses côtés, jouant plusieurs pièces de Molière à Paris et en tournée, développant une expertise remarquable et une connaissance impressionnante de l'auteur. Quand il arrivera au Québec pour travailler au TNM, il cofondera l'école de la compagnie et y enseignera, jouera sous la férule de Jean Gascon et signera des mises en scène (sa première étant de Maître après Dieu de Jan de Hartog). C'est Dalmain, d'ailleurs, qui mettra en scène Les Trois Farces de Molière, spectacle qui connaît un énorme succès et qui fera partie de la première tournée du TNM en France, dans les mêmes valises que Le Temps des Lilas de Marcel Dubé et Le Malade imaginaire de Molière. Pendant cette tournée, il jouera avec Guy Hoffmann, Gaétan Labrèche, Germaine Giroux et Monique Leyrac qu'il épousera. Il retournera jouer en France, mais c'est au TNM qu'il jouera le plus, dirigé par Gascon dans des pièces de Brecht, Feydeau, Musset, Shakespeare et bien sûr, encore et toujours Molière. Il jouera aussi des boulevards au Rideau Vert, Sophocle à la NCT, Tchekhov au Centre National des Arts, Goldoni et Robert Thomas au TNM. À partir de 1980 et jusqu'à son décès, même à 90 ans passés, il a enseigné à l'Option-Théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe où il était considéré, à juste titre, l'ultime érudit de Molière. Il nous a quittés en 2010 à l'âge de 94 ans.


1927 : Naissance de Louis-Georges Carrier

Metteur en scène, réalisateur et auteur, Louis-Georges Carrier est né à Détroit, au Michigan, et est arrivé au Québec à l'âge de six ans. Il fait ses études au Collège Sainte-Marie avant d'obtenir une maîtrise ès arts à l’Université de Montréal. Son mémoire s'intitule Le Théâtre de Jean Anouilh dont il réalisera plus tard l'Antigone en téléthéâtre à Radio-Canada avec Louise Marleau. Réalisateur à la radio et à la télévision de Radio-Canada, il mettra en valeur les textes de dizaines d'auteurs québécois tout en montant à la scène et à la télé des pièces d'auteurs étrangers et des classiques, notamment Au retour des oies blanches de Marcel Dubé et Le Misanthrope de Molière. Ami d'Hubert Aquin, il réalisera le premier texte original de celui-ci à être diffusé à la radio de Radio-Canada (La Toile d’araignée, radiothéâtre en 1954) et son dernier texte original (Double sens, téléthéâtre en 1972). Il coécrira et mettra en scène plusieurs des premières comédies musicales jouées au Canada français tant avec Aquin qu'avec Jean Barbeau, Marcel Dubé, Claude Léveillée et d'autres pour le Théâtre de la Marjolaine à Eastman où il agira aussi comme directeur artistique. Sur les scènes montrélaises, il dirige Jean-Louis Millette, Catherine Bégin et Pascal Rollin dans Le Cosmonaute agricole d'Obaldia au Théâtre Denise-Pelletier, Jean Duceppe, Roger LeBel, Monique Miller, Véronique Le Flaguais et Marjolaine Hébert dans Le Dernier des Don Juan de Neil Simon ainsi que Gérard Poirier et Monique Miller dans Deux sur une balançoire de William Gibson, Denise Filiatrault et Jacques Godin dans la mémorable production du Sea Horse d'Edward J. Moore et Gérard Poirier et Marjolaine Hébert dans Qui a peur de Virginia Woolf? d'Edward Albee en plus de la création de Le Jugement dernier de Jean Daigle chez Duceppe; il signe la création de Encore cinq minutes de Françoise Loranger au Rideau Vert, dirigeant toujours Marjolaine Hébert, Jean Duceppe auxquels s'ajoutent Benoît Girard et Michèle Deslauriers. Louis-Georges Carrier est mort le 2 décembre 2016 à l'âge de 89 ans et a été un des passeurs importants de notre théâtre. Qu'il repose en paix.


1941: Naissance de Denys Arcand

Né à Deschambault, Denys Arcand est surtout connu comme étant un de nos plus grands scénaristes et réalisateurs de cinéma. Grand frère du comédien Gabriel Arcand, cofondateur du Groupe La Veillée, qu'il a souvent dirigé dans ses films, Denys Arcand a fait une seule mise en scène (mémorable) au théâtre, soit celle de Les Lettres de la religieuse portugaise dont il a signé l'adaptation et qui a été présentée en novembre 1990 au Théâtre de Quat'Sous. Il y dirigeait Anne Dorval, Luc Picard, Jean-François Casabonne et sa comédienne fétiche, Johanne-Marie Tremblay. Dix ans plus tôt, il avait contribué comme auteur au spectacle Les Sept Péchés Québécois mis en scène par Raymond Cloutier au Théâtre du Trident à Québec. Plusieurs années plus tard, Patrice Dubois et Alain Farah adaptaient son scénario de film Le Déclin de l'Empire américain pour la scène, une production du Théâtre PàP présentée à Espace GO et en tournée. Rappelons quelques-uns des titres de ses films les plus marquants: La Méchante Galette, Réjeanne Padovani, Gina, Le Crime d'Ovide Plouffe, Le Déclin de l'Empire américain, Jésus de Montréal, Les Invasions Barbares, De l'amour et des restes humains, Joyeux Calvaire et La Chute de l'Empire américain. Joyeux anniversaire, monsieur Arcand!

1942: Naissance de Michel Tremblay

Photo: Joshua Kessler

Né le 25 juin 1942 à Montréal, dans le quartier populaire du Plateau Mont-Royal qu'il racontera avec affection et compassion mais jamais de complaisance ou de mépris tout au long de sa carrière, tant dans son théâtre que dans son oeuvre romanesque, Michel Tremblay est le plus érudit de nos autodidactes. Après sa 11e année, il s'inscrit aux Arts graphiques et exerce le métier de typographe comme son père. En 1964, il remporte le premier prix du Concours des Jeunes auteurs de Radio-Canada avec Le Train, courte pièce qu'il a écrite à 17 ans et qui n'est pas sans rappeler Zoo Story d'Edward Albee, produite la même année que l'adolescent écrit Le Train, mais à laquelle Tremblay n'aurait pas pu avoir été exposé. En 1965, il écrit Les Belles-Soeurs qui sera présentée en lecture publique au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui avant d'être créée au Théâtre du Rideau Vert en août 1968. Le succès et tout le débat que provoque la langue de la pièce font de Tremblay et son metteur en scène André Brassard des vedettes médiatiques. Tout le monde s'intéresse à ce qu'ils font. Tremblay se consacre rapidement à l'écriture à temps plein, d'abord exclusivement au théâtre avec l'adaptation de Lysistrata d'Aristophane, sa pièce chorale En pièces détachées, sa comédie musicale Demain matin, Montréal m'attend, son deuxième chef d'oeuvre À toi, pour toujours, ta Marie-Lou, ses premières incursions dans les méandres de la Main, Hosanna et La Duchesse de Langeais, avant de revenir dans la cuisine familiale avec Bonjour là, bonjour. Les pièces sont traduites en anglais, montées à Toronto et New York. Le «cycle des Belles-Soeurs» est complété avec Sainte-Carmen de la Main et Damnée Manon, Sacrée Sandra, mais Tremblay n'abandonnera pas ses familles très longtemps. Une courte incursion chez les bourgeois avec L'Impromptu d'Outremont s'avérera plus ou moins convaincante (malgré qu'on adoptera rapidement l'expression: «Du moins bon Tremblay, c'est quand même du Tremblay») et l'auteur fera fureur avec les très touffus tomes des Chroniques du Plateau Mont-Royal qui permettront de connaître encore plus en profondeur les personnages riches qu'on a connus sur scène. Au théâtre viendront Les Anciennes Odeurs (mettant en scène Jean-Marc, l'alter ego de Tremblay, professeur de français au Cégep, fils de La Grosse Femme qui s'appellera finalement Nana, diminutif de Rhéauna dans la série de romans La Diaspora des Desrosiers, traitant de la famille maternelle de l'auteur), son troisième chef d'oeuvre Albertine, en cinq temps, Le Vrai Monde?, d'innombrables traductions et adaptations de pièces d'Edward Albee, Roberto Athayde, Steve Galluccio, Eric Assous, Nicolas Gogol, Marc Perrier, Terrence McNally, Bernard Slade, Dario Fo, Anton Tchekhov, Tennessee Williams, Tom Ziegler et Paul Zindel. Il enchaîne l'écriture de récits dont Bonbons assortis et Conversations avec un enfant curieux qui seront adaptés au théâtre, de romans (Le Coeur découvert deviendra une mini-série télé, une de ses rares incursions au petit écran), de pièces originales (Marcel poursuivi par les chiens, La Maison suspendue, Messe solennelle pour une pleine lune d'été, L'État des lieux, Impératif présent, Le Passé antérieur, Le Paradis à la fin de vos jours, Encore une fois, si vous permettez, Fragments de mensonges inutiles, L'Oratorio de Noël...) et voit ses oeuvres être adaptées par d'autres: Serge Denoncourt porte le roman Thérèse et Pierrette à l'École des Saints-Anges à la scène, Denise Filiatrault amène C't'à ton tour, Laura Cadieux à la télé et au cinéma, René Richard Cyr et Daniel Bélanger créent des théâtres musicaux autour des Belles-Soeurs et de Sainte-Carmen de la Main, Michel Poirier adapte Conversations avec un enfant curieux qui devient Enfant insignifiant! au théâtre. Toutes publiées et presque toutes acclamées partout dans le monde, les pièces de Tremblay ont été traduites dans plus de 30 langues. Récipiendaire d'une soixante de prix au cours de sa carrière, en 1999, il recevait le Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène pour l’ensemble de son œuvre. En 2008, il était nommé chevalier de la Légion d’honneur de France. Toujours à l'écriture, on peut s'attendre à un nouveau roman, un nouveau récit à chaque automne... et périodiquement, une nouvelle pièce (Coronavarius en 2020 écrite pour Denise Filiatrault et Jacques Godin qui sera décédé quelques mois avant la lecture prévue à la radio et qui sera remplacé par Gilbert Sicotte)... sans parler des nombreuses reprises de ses classiques dont on ne se lasse pas. Bonne fête, monsieur Tremblay!


1944: Naissance de Robert Charlebois

Beaucoup plus connu comme auteur-compositeur-interprète, Robert Charlebois a néanmoins fait des études à l'École Nationale de Théâtre du Canada et a été un des instigateurs et créateurs derrière un des spectacles de théâtre les plus révolutionnaires de notre dramaturgie - la même année que sont nées Les Belles-Soeurs de Michel Tremblay - L'Osstidcho, mis en scène par Paul Buissonneau au Théâtre de Quat'Sous (1968). Il a fait quelques apparitions comme acteur dans des films français et québécois (Entre la mer et l'eau douce de Michel Brault, French Immersion de Kevin Tierney, Gabrielle de Louise Archambault...) et signé des bandes sonores de longs-métrages (Deux femmes en or, entre autres), mais il a aussi contribué à quelques spectacles de théâtre comme compositeur de musique originale, notamment Opération-théâtre de Gilles Marsolais (un collage de scènes du théâtre français et québécois de Molière à Sauvageau en passant par Ionesco) et Atelier 72 de Gilles Marsolais et Yvan Canuel, deux spectacles de la Nouvelle Compagnie Théâtrale présentés au Gesù en 1971 et 1972. En 2005, sa musique se retrouvait sur la scène de la Salle Jean-Claude-Germain du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui lorsque Sylvain Scott (comédien, chanteur et codirecteur artistique du Théâtre Le Clou!) présentait son solo La Vraie Vie est ailleurs d'après les paroles de Réjean Ducharme et les musiques de Robert Charlebois et Jacques Perron. Puis, lorsque Martin Faucher a monté L'Asile de la pureté de Claude Gauvreau au Théâtre du Trident à Québec, la musique de Charlebois brûlait à nouveau les planches dans la chanson Trop belle pour mourir. Robert Charlebois est Officier de l'Ordre National du Québec et Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres de France. En 2021, il reçoit enfin l'Ordre des arts et des lettres du Québec. Bonne fête, Robert!


1950: Naissance de Michel Côté

Fier bleuet né à Alma au Lac-Saint-Jean où on a d'ailleurs renommé la salle de spectacle la Salle Michel-Côté, ce comédien de théâtre, de télé et de cinéma a fait ses études à l'École Nationale de Théâtre avant de fouler les planches du TNM (Equus de Peter Shaffer, Ubu enchaîné et Ubu Roi de Jarry, Le Mariage de Figaro de Beaumarchais dans une mise en scène de Jean-Louis Barrault), de la NCT (Sganarelle dans Le Médecin malgré lui de Molière, Roberval dans Wouf wouf d'Yves Sauvageau), du Quat'Sous (Le Premier de Israel Horowitz) et de Duceppe (Histoire à dormir debout d'Alan Ayckbourn et Médium Saignant de Françoise Loranger) avant de créer, avec ses amis Marcel Gauthier et Marc Messier et des copains auteurs, la célèbre comédie Broue qui devait être jouée que 28 fois dans une salle minuscule mais qui aura explosée, surpassant non seulement toutes les attentes, mais atterissant dans le Livre des records Guinness comme pièce jouée le plus longtemps au monde avec la même distribution: 3322 représentations en 38 ans de diffusion lorsqu'ils ont mis la pièce à la «retraite» le 22 avril 2017. Elle sera reprise deux ans plus tard par un autre trio célèbre. Michel Côté aura fait rire les téléphages par ses prestations variées dans les Bye Bye, La Petite Vie, Si la tendance se maintient et La Théorie du K.O., tout en épatant par son jeu dramatique dans Omertà (Gémeaux et trophée MétroStar). Au cinéma, il a aussi connu des énormes succès publics et critiques, tant en comédie (Cruising Bar, Le Sens de l'humour, De père en flic, Dans le ventre du dragon) que dans des rôles plus dramatiques (Sur le seuil, Liste noire, T'es belle, Jeanne, Ma fille, mon ange, Le Dernier Tunnel et C.R.A.Z.Y. (Prix Génie et Jutra 2006) pour n'en nommer que quelques-uns). Bonne fête, Michel!


1980: Création de Du sang bleu dans les veines de Georges Dor dans une mise en scène d’Yvon Leroux au Théâtre Les Ancêtres (Saint-Germain-de-Grantham).


Un an avant la création de Les Moineau chez les Pinson, le Théâtre Les Ancêtres créait une autre pièce du poète et dramaturge Georges Dor. À la création, Louise Deschâtelets, Yvon Leroux, Monique Chabot et Edgar Fruitier incarnaient les quatre personnages. La pièce sera reprise dans plusieurs théâtre d'été et par plusieurs troupes amateures au fil des années. Publiée dans la collection Théâtre Leméac, Georges Dor dédiait la pièce à sa fille Fabienne, la conjointe de Marc Labrèche, mère de Léane Labrèche-Dor.


1982 : Création de Souffrance que j’ai du fun! d’André Montmorency et Pierre Légaré d’après le personnage de Christian Lalancette créé par Denise Filiatrault dans la série télé Chez Denise. À l’Auberge Nationale (Saint-Jean-sur-Richelieu). Collaboration à la mise en scène : René-Daniel Dubois et Louis-Marie Dansereau. Une production La Compagnie des Deux Chaises.

Après avoir connu un succès retentissant à la télé de Radio-Canada, André Montmorency obtenait la permission de l'auteure (et amie) Denise Filiatrault et s'associait à l'humoriste et scripteur Pierre Légaré pour créer un spectacle solo mettant en vedette le célèbre coiffeur. Christian Lalancette ressuscitait donc sur la scène de l'Auberge Nationale à Saint-Jean-sur-Richelieu et faisait la tournée du Québec pendant plusieurs années - la demande étant très forte - dans ce spectacle de monologues et de chansons drôles. J'ai vu le spectacle dans ce que je crois avoir été la série de représentations d'adieu au Théâtre Félix-Leclerc, coin Sainte-Catherine et Plessis, dans le Village, en 1985 si ma mémoire est bonne. Louis-Marie Dansereau (auteur de La Trousse, Ma Maudite Main gauche veut plus suivre et Chez Paulette, bière, vin, liqueur et nouveautés, pièces qu'André Montmorency a toutes mises en scène à leur création en plus de jouer le rôle féminin principal dans la dernière!) et René-Daniel Dubois (l'auteur de Panique à Longueuil et Being at Home with Claude) contribuaient à la mise en scène.

349 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout