• Yanik Comeau

26 juin

Mis à jour : août 1

Des créations et des naissances qui ont marqué le théâtre québécois le 26 juin au fil des années. Levons le rideau!


1901: Naissance d’Henri Letondal

Henri Letondal nait à Montréal l'année après la fondation du Théâtre National. Né dans une famille de musiciens, il s'initie très jeune au violoncelle et fait du théâtre au Collège Sainte-Marie. À partir de l'âge de 14 ans, il écrit et fait jouer de ses courtes pièces qui seront publiées dans un recueil intitulé Fantoches en 1922. Il se rendra à Edmonton pour entreprendre des études de droit mais reviendra rapidement à Montréal pour se consacrer à la musique, joignant un quatuor à cordes. Il laissera tomber la musique pour se tourner vers la littérature et le théâtre devenant même critique pour La Patrie et La Lyre. Il fondera le Petit Théâtre, mais cette compagnie ne donnera qu'une seule représentation d'une pièce créée par Jacques Copeau au Vieux-Colombier à Paris, Le Paquebot Tenacity. Il participera ensuite à bon nombre de revues et se fera remarquer pour ses talents de compositeur, de comédien fantaisiste et de chanteur. Lorsqu'il partira pour Hollywood, à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, il décrochera de petits rôles au cinéma, jouant des personnages qui requièrent un accent français, notamment dans Gentlemen Prefer Blondes aux côtés de Marilyn Monroe et Jane Russell. C'est à Burbank en Californie qu'il mourra à l'âge de 53 ans, en 1955, des suites d'une crise cardiaque.


1922: Naissance de Georges Groulx

Né à Montréal, Georges Groulx est un des pionniers du théâtre au Québec. Il a joué dans plus d'une quarantaine de pièces avec les Compagnons de saint Laurent où il fait également ses débuts comme metteur en scène. Il quitte Montréal en 1948 pour étudier le théâtre à Paris pendant trois ans. Il en profite pour jouer là-bas aussi avant de revenir à Montréal pour participer à la fondation du Théâtre du Nouveau Monde où il jouera une trentaine de pièces dont Le Bourgeois Gentilhomme de Molière dans une mise en scène de Jean Gascon. Il travaille aussi beaucoup comme metteur en scène au Théâtre du Rideau Vert et sera cofondateur, avec Gilles Pelletier et Françoise Graton, de la Nouvelle Compagnie Théâtrale (Théâtre Denise-Pelletier). En 1965, il fera une tournée de Paris, Leningrad et Moscou comme metteur en scène et comédien d'une production de Songe d'une nuit d'été de Shakespeare. À la télé, il est réalisateur pendant 4 ans à Radio-Canada et signe aussi la mise en scène du tout premier téléthéâtre de la Société d'état, Oedipe-Roi. Il y travaillera aussi comme comédien, notamment dans le téléroman 7e Nord. Il sera aussi très apprécié comme pédagogue, formateur, créant son propre atelier de formation du comédien et enseignant au Conservatoire d'art dramatique de Montréal pendant 15 ans. Tristement, pendant les vingt dernières années de sa vie, la maladie l'éloignera du métier. Il avait 74 ans au moment de son décès.


1949: Création française de la pièce Le Jeu de la Voyagère de Rita Lasnier à Troyes, en France, mère patrie de Marguerite Bourgeoys, héroïne de la pièce, incarnée par Magdeleine Martel-Leroy.


Cette pièce religieuse, écrite par la poète et dramaturge québécoise Rina Lasnier, fascinée par les personnages religieux forts, raconte la vie de Marguerite Bourgeoys, fondatrice de la Congrégation de Notre-Dame et importante figure dans l'histoire de la fondation de Montréal. La pièce sera d'abord publiée aux Éditions de la Société des écrivains canadiens avant que la Congrégation de Notre-Dame en pilote une nouvelle édition refondue en 1950.




En avril 1949, apprend-t-on sur le site de la Congrégation de Notre-Dame, «la pièce est jouée quatre soirs à l'École normale sous la direction de Mlle A. Lavallée, professeure de diction, et présentée dans le cadre du jubilé sacerdotal de Mgr J.-A. Papineau, évêque de Joliette. De nombreuses représentations sont organisées dans les écoles de la Congrégation partout au Québec.»

Photo prise lors de la représentation de la pièce Le Jeu de la voyagère à l'École normale de la Congrégation de Notre-Dame à Joliette en avril 1949.


1975: Création de La Grande Envolée de René Marcotte dans une mise en scène de Lorraine Pintal. Une production La Rallonge présentée au Théâtre de Quat’Sous (Montréal)


Le Théâtre de Quat'Sous agit à titre de coproducteur de cette nouvelle pièce de René Marcotte. La comédienne Lorraine Pintal, qui joue aussi dans la pièce, y signe une de ses premières mises en scène. Elle dirige Yves Labbé, René Gagnon, Josée La Bossière, Denis Simard et Louis Saint-Pierre. L'auteur René Marcotte et le comédien Yves Labbé signent également la musique.


1976: Création de la comédie musicale Les Héros de mon enfance de Michel Tremblay et Sylvain Lelièvre (musique) dans une mise en scène de Gaétan Labrèche au Théâtre de Marjolaine (Eastman).


Au lendemain de son 34e anniversaire de naissance, Michel Tremblay voyait Gaétan Labrèche monter sa comédie musicale Les Héros de mon enfance à Eastman. Le metteur en scène jouait lui-même Carabosse, Mirielle Lachance incarnait Le Chaperon Rouge, Dorothée Berryman était Belle, Pauline Martin devenait Cendrillon, Véronique Le Flaguais jouait Anne (Peau d'âne), André Montmorency était Le Petit Poucet, Edgar Fruitier jouait le Loup, Denis Mercier revêtait les habits du Prince et Marjolaine Hébert était la Fée. Cette pièce a connu un énorme succès et a été montée par plusieurs troupes amateures et scolaires au fil des années.


1977: Création de Zoo (collectif) au Théâtre Expérimental de Montréal


Un spectacle de Robert Gravel et Jean-Pierre Ronfard. En 2011, Rodrigue Jean et Gaétan Nadeau reprennent les bases de ce spectacle pour en monter une nouvelle mouture avec des non-acteurs.


1978: Création de Orgasme 1 : le jardin (collectif du Théâtre Expérimental de Montréal)


Fruits d'une série d'ateliers d'écriture, le Théâtre Expérimental de Montréal a accouché de trois spectacles, Orgasme 1, Orgasme 2, Orgasme 3. Le premier présente «une fillette qui s'aventure dans un jardin sous l'oeil d'un personnage étrange (mi-homme, mi-bête) qui chante le rut. Il participe à l'éveil sensuel de ces natures», nous raconte André Dionne dans Lettres québécoises. «Il fait le panégyrique de la patate jusqu'à l'alléluia. Les autres continuent la même démarche orgasmique. La sorcière nous lit une nostalgique lettre d'amour. Les roches s'animent, parlent, aiment. Le guerrier fait la cour à la pierre. Les fossoyeurs cherchent à reconstituer un corps éclaté, morcelé. Les paléontologistes dissertent stupidement sur leurs découvertes. Le jardinier plante des corps. L'homme et la femme se vautrent dans la boue originelle jusqu'à l'orage final. Autant d'images juxtaposées qui s'engluent. S'effritent. Appellent la paramnésie du spectateur. C'est l'éloge de la déraison. La dérive orgiaque. Craché dans un style dru, glauque et éclaboussant. Ce sont les enfants de Gauvreau mordant dans des oranges vertes. Serait-ce enfin l'acceptation globale ? Certainement la découverte d'une forme créatrice de sens. Des rythmes déliant les corps.»


Jean-Pierre Ronfard dirige Normand Brathwaite, Robert Claing, Joan Delcourt, Robert Gravel, Anne-Marie Provencher, sa fille Alice et Christian Saint-Denis tout en jouant lui-même dans le spectacle.


1981: Création de Chez Paul-ette, bière, vin, liqueur et nouveautés de Louis-Marie Dansereau dans une mise en scène d’André Montmorency à Terrebonne par la Famille Malenfant. Musique de Michel Dubuc et Robert Marien.


Parsemée de quelques extraits chantés, avec de la musique de Michel Dubuc et Robert Marien, cette pièce de Louis-Marie Dansereau est dirigée par André Montmorency qui joue lui-même le personnage de Mme Béatrice Robidas. Louise Bourque, Sylvie Germain, Robert Marien et Francis Reddy complètent la distribution. La pièce sera souvent reprises par des troupes amateures dans les années qui suivront.


2008: Création de La Corde au cou de Fanny Britt dans une mise en scène de Sébastien Gauthier au Petit Théâtre du Nord (Blainville)

Nouvelle pièce de Fanny Britt (Couche avec moi (c'est l'hiver), Enquête sur le pire), La Corde au cou, pièce tournant autour d'un mariage (on s'en doute), traitait surtout du «contraste entre les rêves de notre enfance et l'adulte que nous sommes devenu». Elle mettait en scène Luc Bourgeois, Stéphanie Blais, Louise Cardinal, Félix Beaulieu-Duchesneau et Julie Ménard, dirigés par le codirecteur artistique du Petit Théâtre du Nord, Sébastien Gauthier.


2009: Création de Sac à sacs de Jean-François Nadeau dans une mise en scène de Philippe Lambert au Petit Théâtre du Nord (Blainville)

Ceux que l'on pourrait presque qualifier de quatuor originel du Petit Théâtre du Nord, les codirecteurs artistiques Mélanie St-Laurent, Luc Bourgeois et Sébastien Gauthier et la comédienne Louise Cardinal créaient la nouvelle «fable corrosive, irrévérencieuse, sur fond brûlant d'actualité» de Jean-François Nadeau (Nos Ghettos) à l'été 2010. C'est Philippe Lambert qui signait la mise en scène, lui qui est maintenant directeur artistique du Théâtre La Licorne / Théâtre La Manufacture.



2010: Création de Mélodie Dépanneur de Mathieu Gosselin dans une mise en scène de Benoît Vermeulen au Petit Théâtre du Nord (Blainville)

Il y a de ces hasards parfois. Que deux pièces qui se situent dans un dépanneur ou une épicerie du coin soient créées à 29 ans d'intervalle jour pour jour? Pourtant, c'est le 26 juin 2010 que le Petit Théâtre du Nord présentait pour la première fois la pièce Mélodie Dépanneur (vous aurez aussi compris le jeu de mot sur La Mélodie du Bonheur) de Mathieu Gosselin. Les comédiens habitués du Petit Théâtre du Nord, les codirecteurs artistiques Sébastien Gauthier, Luc Bourgeois et Mélanie St-Laurent, avec leur complice Louise Cardinal, défendaient ce texte original, «une comédie surnaturelle sur la passion et la réconciliation entre père et fils!»



  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO