• Yanik Comeau

8 novembre

Bonne fête à Anne Dorval et David Laurin que nous célébrons avec joie dans les éphémérides du théâtre québécois. Bonne lecture!


1960 : Naissance d’Anne Dorval

Photo: Journal Le Soleil


comédienne


1983 : Naissance de David Laurin


Diplômé en interprétation de l’Option-Théâtre du Collège Lionel-Groulx en 2005 et en doublage du Conservatoire d'art dramatique de Montréal en 2009, David Laurin est comédien, danseur et traducteur. Avec son complice, Jean-Simon Traversy, il a cofondé la compagnie théâtrale LAB87 et il assume la direction artistique de Duceppe depuis 2017. À ce jour, il a traduit plus d’une quinzaine de pièces de théâtre qui ont été jouées sur les scènes du Trident, de La Licorne, d’Espace Go et du Prospero. Sa traduction de Fun Home d'Alison Bechdel devait être présentée comme dernier spectacle de la saison 2019-2020 chez Duceppe et au Théâtre Gilles-Vigneault pendant tout l'été 2020 mais la pandémie de #COVID19 aura retardé le projet. En plus du théâtre, il a traduit des romans pour adolescents publiés aux Éditions La Courte Échelle. Il a aussi traduit des projets pour la télé (notamment la biographie de Gino Vannelli) et des jeux vidéo. Comme acteur, David a fait ses débuts sur la scène du TNM dans Antoine et Cléopâtre de Shakespeare en 2005, mais à la télé, avant même d'entrer à l'école, on le verra jouer un jeune Jean Duceppe dans la minisérie Duceppe en 2002, rôle qui le prédestinait à qui allait venir plus tard. Sur scène, il a depuis participé à plus d'une vingtaine de productions dont plusieurs qui ont fait appel à ses multiples talents (chant, danse, jeu), notamment Les Misérables, Le Blues d'la métropole, Le Petit Roy, Chante avec moi, La Vague parfaite, un opéra-surf d'Olivier Morin et Guillaume Tremblay... en plus de jouer le rôle-titre dans Le Cid de Corneille, Simon dans Les Guerriers Facebook de Ian-Thierry Murchison et Mathieu Quesnel, Macbett d'Ionesco, L'Intranquilité de Fernando Pessoa, Tribus de Nina Raine, Fred dans L'Obsession de la beauté de Neil LaBute, Gabriel dans Quand la pluie s'arrêtera d'Andrew Bovell et Curley dans la tournée de Des Souris et des Hommes de John Steinbeck. Comme danseur, il était des mémorables Un peu de tendresse, bordel de merde! et La Pornographie des âmes de Dave St-Pierre. Très prolifique comme doubleur, il a été la voix de Leonardo Di Caprio dans Once Upon a Time... in Hollywood de Tarentino, d'Edward Furlong dans The Green Hornet et de Domnhall Gleeson dans Unbroken et dans le magnifique Brooklyn de John Crowley. Bonne fête, David!


1988: Création d’À quelle heure on meurt? de Réjean Ducharme, montage des textes et mise en scène de Martin Faucher à Espace GO (Montréal).


Présentée dans la salle 2 d'Espace GO, cette création de Martin Faucher à partir des textes de Réjean Ducharme est arrivé comme un vent de fraîcheur dans le paysage théâtral montréalais. À quelle heure on meurt? est constitué d'extraits des écrits suivants de Le Nez qui voque, L'Avalée des Avalés, L'Hiver de force, L'Océantume, Le Cid maghané, Ha! ha!..., Fais-toi z'en pas, 10 ans, Manche de pelle, C'est pas sérieux ainsi que de deux poèmes d'Émile Nelligan, comme nous le rappelle le site rappels.ca. Benoit Vermeulen et Suzanne Lemoine créaient les personnages de Mille Milles et Chateaugué. Le succès est instantané: la production reçoit le prix de Révélation de l'année pour Martin Faucher (conception et mise en scène) et le prix de la Meilleure scénographie pour Danièle Lévesque décernés par l'Association québécoise des critiques de théâtre. La pièce sera aussi présentée au Périscope à Québec en 1990. Guy Alloucherie en signera une nouvelle mouture qui sera présentée au Trident à Québec et au Théâtre Denise-Pelletier à Montréal. Une distribution de jeunes comédiens de Québec dédoubleront les personnages: Paul-Patrick Charbonneau, Jean-Sébastien Ouellette et Éric Leblanc jouent Mille Milles, Annie LaRochelle, Marie-Claude Tremblay, Maude Robillard et Éva Daigle incarnent Chateaugué. Pendant la saison 2012-2013, c'est le Théâtre À Deux qui en présente une nouvelle mouture. Puis, pendant la saison 2019-2020, Louise Turcot et Gilles Renaud devaient faire revivre les personnages sur la scène du Théâtre de Quat'Sous, mais cette nouvelle production aura été court-circuitée par la pandémie de #COVID19.. Espérons que ce ne soit que partie remise.


2011: Création de Contre le temps de Geneviève Billette, mise en scène de René Richard Cyr, au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui (Montréal)



Une magnifique création signée René Richard Cyr, Contre le temps mettait en vedette Benoit McGinnis, Benoit Drouin-Germain, Benoit Gouin et certains acteurs qui ne s'appelaient pas Benoit! Kim Despatis, Bruno Marcil, Frédéric Paquet, Monique Spaziani, la violoniste Carole Meneghel et les enfants Alexis Plante et Émilien Néron qui se partageaient le rôle d'Alfred. Un moment inoubliable dans une belle saison du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui.



2014: Décès de Françoise Graton


Françoise Graton a 84 ans lorsqu'elle s'éteint à Montréal à la suite d'un accident bête, une triste chute. Conjointe de Gilles Pelletier, elle est la cofondatrice de la Nouvelle Compagnie Théâtrale qui deviendra le Théâtre Denise-Pelletier. Elle nait le 4 juin 1930 à Montréal et commence sa formation théâtrale à 17 ans avec la Compagnie du Masque. Avec cette troupe, elle jouera les jeunes premières. Au début des années 60, elle devient directrice du Théâtre du Centre d'art de Percé où elle joue Tennessee Williams et Alfred de Musset. C'est en 1964 que son rêve, partagé avec Georges Groulx et Gilles Pelletier, de faire découvrir les grandes oeuvres à un public étudiant, verra le jour. Ensemble, ils fondent la NCT qui se produit un peu partout - particulièrement au Gesù - jusqu'à ce qu'elle élise domicile au Théâtre Granada qui deviendra le Théâtre Denise-Pelletier après le décès de sa belle-soeur en 1976. Pendant près de vingt ans, Françoise Graton pratiquera tous les métiers au sein de la compagnie: animatrice, relationniste, directrice de production, administratrice, comédienne. Elle jouera le rôle titre d'Iphigénie dans le classique de Racine, toute première production de la compagnie. Tout en multipliant les grands rôles dans les classiques à la NCT (Sophocle, Euripide, Molière, Marivaux, Rostand, Tchekhov, Corneille), elle joue aussi au Théâtre Club, à La Poudrière, au Théâtre Populaire du Québec, chez Duceppe, au Rideau Vert et plus tard même à l'Usine C. Elle s'attaque aux auteurs contemporains également, ceux du Québec comme ceux de l'étranger: René de Obaldia (Du vent dans les branches de sassafras), Jean Barbeau, Noel Coward, Robert Gurik, Jean Cocteau, Pavel Kohout (Auguste, Auguste, Auguste), Eugène Ionesco (L'Avenir est dans les oeufs, Jacques ou la soumission, La Cantatrice chauve), August Strindberg (Le Père), Henrik Ibsen (Une Maison de poupée), Eugène O'Neill (Désir sous les ormes), Pierre Goulet (Pontiac) pour n'en nommer que quelques-uns. Elle sera des débuts de la télé, tant dans des émissions pour enfants, des téléthéâtres que des téléromans, de Cap-aux-Sorciers avec Gilles Pelletier et La Famille Plouffe jusqu'à Chartrand et Simonne, Providence, Aveux, Trauma et Au secours de Béatrice jusqu'à quelques mois avant son décès. Au cinéma, on la voit dans des films de Paul Quinn (This is My Father), Agnès Obadia (Romaine par moins 30) et Denys Arcand (L'Âge des ténèbres). Suite à son décès, le Théâtre Denise-Pelletier a instauré le Prix Françoise-Graton.

  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO