• Yanik Comeau

23 septembre

Plusieurs naissances à souligner dans les éphémérides du théâtre québécois. Et le décès de Gilles Latulippe. Que le rideau se lève!


1949: Naissance de Dennis O’Sullivan


Acteur, metteur en scène, concepteur sonore, animateur d'ateliers, Dennis O'Sullivan a fait un certificat en théâtre à l'Université d'Ottawa, un baccalauréat en art dramatique à l'UQAM et une maîtrise en arts et communications à McGill. Né à Ottawa, il est devenu un membre important du collectif de L'Eskabel, un des théâtres expérimentaux les plus créatifs des années 1970 et 1980. Il quittera L'Eskabel en 1979 pour fonder Zoopsie avec Jacques Bélanger, Marie-Hélène Letendre et Gilles Amyot. Ensemble, ils exploreront le multidisciplinaire et donneront naissance à plusieurs créations collectives comme $motte $mash Green et Les Smotte. Comme l'explique Hélène Beauchamp dans le Dictionnaire des artistes du théâtre québécois, les membres de Zoopsie seront toujours divisés par deux tendances: le théâtre errant et les préoccupations sociales d'une part, l'utilisation des nouvelles technologies d'autre part. Cette division est évidente avec leur Richard 3 d'après Shakespeare. O'Sullivan se fera remarquer par ses grandes fresques historiques comme Montréal, série noire et Dublin/Lachine, l'histoire d'un quartier montréalais examinée d'un point de vue brechtien. La compagnie connaîtra des difficultés financières à cause de ces spectacles très coûteux. Par la suite, il mettra en scène Petit Dragon de Lise Vaillancourt pour le Théâtre des Confettis et joindra la compagnie de Pol Pelletier. Il publiera également de nombreux articles et enseignera l'art dramatique et l'apprentissage des langues. Bonne fête, Dennis!


1963: Naissance d’Anne-Marie Cadieux

Photo: Julie Perreault


Née dans la capitale canadienne, c'est à l'Université d'Ottawa qu'Anne-Marie Cadieux fait ses études en théâtre. C'est là aussi qu'elle se fera remarquer par André Brassard, alors directeur artistique du Théâtre français du Centre National des Arts, qui la choisira pour incarner Lise Paquette dans sa nouvelle mouture des Belles-Soeurs de Michel Tremblay en coproduction avec le Théâtre Denise-Pelletier à Montréal. Dès le début des années 90, Anne-Marie Cadieux multipliera les collaborations avec Brigitte Haentjens et Robert Lepage, livrant des performances mémorables dans Les Sept Branches de la rivière Ota et le cycle shakespearien (La Tempête, Coriolan, Macbeth) avec Lepage, dans Quartett de Müller, Combat de nègre et de chiens de Bernard-Marie Koltès, Marie Stuart de Dacia Maraini au TNM (qui lui mérite le Prix Gascon-Roux 1999), Électre de Sophocle à Espace GO, Douleur exquise de Sophie Calle au Quat'Sous/FTA, entre autres, avec Haentjens. Elle participe également à plusieurs créations dont La Divine Illusion de Michel Marc Bouchard que met en scène Serge Denoncourt au TNM, L'Hiver de force de Réjean Ducharme avec Lorraine Pintal sur les mêmes planches, Lumières, lumières, lumières d'Evelyne de la Chenelière à Espace GO et Soifs matériaux de Marie-Claire Blais que montent Denis Marleau et Stéphanie Jasmin. On la verra aussi dans Les Larmes amères de Petra von Kant de Fassbinder sur les planches du Prospero, dans La Dame aux camélias et le nouveau Coriolan de Lepage au TNM ainsi que dans Le Plan américain de Daniel Brière et Evelyne de la Chenelière au Nouveau Théâtre Expérmental, entre autres. On l'a vue autant dans des comédies que des téléromans à la télé dont Miss Météo, Trop., Annie et ses hommes, Yamaska, 30 Vies, Hubert & Fanny et La Maison Bleue. Au cinéma, elle a tourné entre autres avec Binamé (Le Coeur au poing, Jutra de la Meilleure actrice de soutien), Lepage (Le Confessional, Nô, La Face cachée de la lune), François Bouvier (Maman Last Call), André Turpin (Endorphine), François Delisle (Le Bonheur est une chanson triste) et Xavier Dolan (Matthias et Maxime). Bonne fête, Anne-Marie!




1964: Naissance de Raymond Marius Boucher

Natif de Palmarolle en Abitibi, Raymond Marius Boucher fait un baccalauréat à l'Université Concordia en scénographie avant de faire un stage de trois saisons au Festival de Stratford. Costumier et décorateur, il est le scénographe attitré du Théâtre Le Clou depuis la première production de cette compagnie jeune public dirigée par Monique Gosselin, Sylvain Scott et Benoît Vermeulen. C'est plus d’une centaine de productions sur lesquelles il a travaillé au théâtre, au cinéma et en scénographie d'exposition. Il a reçu quatre nominations de l'Académie québécoise du théâtre pour Le Triomphe de l'amour de Marivaux à Espace GO mis en scène par Claude Poissant, Hedda Gabler d'Henrik Ibsen mise en scène par Lorraine Pintal au TNM, Au moment de sa disparition de Jean-Frédéric Messier et Romances et karaoké de Francis Monty pour le Théâtre Le Clou. Depuis 2002, il enseigne au programme de conception théâtrale de l'Université Concordia. En août 2007, il était élu président de l'Association des professionnels des arts de la scène du Québec. Parmi les autres productions marquantes sur lesquelles il a travaillé, mentionnons La Visite de la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt au Théâtre du Rideau Vert, Les Émigrés de Slawomir Morzek chez Duceppe, Ogre de Larry Tremblay et Jean et Béatrice de Carole Fréchette au Centre du Théâtre d'aujourd'hui et Bilan de Marcel Dubé au TNM. Bonne fête, Raymond!


2014: Décès de Gilles Latulippe

Fier Montréalais né le 31 août 1937 dans le quartier Sainte-Marie, Gilles Latulippe est associé au burlesque particulièrement parce qu'il était associé à Olivier Guimond fils et que son Théâtre des Variétés, fondé en 1967 alors qu'il a 29 ans, y présentait des comédies légères, des revues et des boulevards. Auteur, comédien. metteur en scène, animateur (Les Démons du midi à Radio-Canada), il dirigera son Théâtre des Variétés de la rue Papineau jusqu'en 2000, année de sa fermeture après 7000 représentations. Il sera aussi propriétaire d'un théâtre d'été à Drummondville où il montera ses propres pièces dont Salut Cocu! la dernière, celle qu'il aura jouée à l'été de son entrée à l'hôpital où il mourra du cancer du poumon à l'âge de 77 ans le 23 septembre 2014. C'est avec François Rozet qu'il étudie l'art dramatique. Il joue Pierre et le Loup pour La Roulotte dans les parcs de Montréal et triomphe dans la création de Bousille et les Justes de Gratien Gélinas où il est un Frère Nolasque des plus mémorables. Il jouera le rôle à la Comédie-Canadienne et en tournée en français et en anglais, sur les scènes canadiennes et américaines. À la télé, il sera de la distribution du Zoo du Capitaine Bonhomme, créera le rôle de Symphorien Laperle dans Cré Basile aux côtés d'Olivier Guimond et Juliette Huot, reprendra le rôle dans la sitcom populaire Symphorien, sera Théo Théorêt dans Les Brillant et jouera le vieux Hector Potvin de Poivre et sel aux côtés de Janine Sutto. Vers la fin de sa vie, il publie une sériede livres de blagues qui remporteront un grand succès: Drôle en diable, Drôle à mort, Drôle en cochon et Drôle comme un signe. J'ai eu la chance de le voir quelques fois au fil des années au Théâtre des Variétés où, soir après soir, des autobus de centres pour personnes âgées et clubs d'âge d'or remplissaient les sièges. Il y présentait non seulement ses propres pièces (Balconville, PQ., Pyjama pour six), il y a présenté les pièces de Jean Barbeau, de Marcel Gamache... Il a été couronné de prix en commençant par Monsieur Télévision en 1969. Il a été nommé Chevalier puis Officier de l'Ordre de la Pléiade, membre de l'ORdre du Canada, Chevalier de l'Ordre du Québec, a été déclaré Citoyen d'honneur de la Ville de Montréal (à titre posthume) et son théâtre de la rue Papineau porte maintenant le nom La Tulipe en son honneur. Il est décédé à l'âge de 77 ans des suites d'un cancer.

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout