• Yanik Comeau

24 octobre

Célébrons au quotidien les naissances et les créations des artistes qui font notre théâtre.


1955: Naissance de Claude Poissant

Photo: Marie-Claude Hamel


Né à Montréal, Claude Poissant est le cofondateur du Théâtre PàP (Petit à Petit) qu'il a dirigé pendant de nombreuses années avant d'en partager la direction avec Patrice Dubois qui lui a succédé lorsqu'il a accepté la direction artistique du Théâtre Denise-Pelletier. Comédien, auteur et metteur en scène, Claude contribue à plusieurs pièces et spectacles collectifs (L'An de grâce, Sortie de secours, Bain public, Contes urbains, Nuits blanches), écrit des pièces en collaboration avec Marie-France Bruyère (Arture), François Camirand (Bluff), Martin Faucher (Les Yeux), adapte (Les Amis de Kôbô Abe, Le Traitement de Martin Crimp, Ce soir, on improvise de Pirandello avec Diane Pavlovic) en plus de connaître un beau succès avec ses pièces écrites en solo (Ce qui reste du désir, Passer la nuit, Les Enfants d'Irène, Si tu meurs, je te tue, Tourner la plage, Les Colères tranquilles de Belzébuth). Bien que ce soit surtout comme metteur en scène qu'on le reconnaisse, il est toujours d'une belle sensibilité dans tout ce qu'il joue, de C'est tellement "cute" des enfants avec La Marmaille et Où est-ce qu'elle est ma gang? avec le Petit à Petit à Chlore de Florence Longpré et Nicolas Michon en passant par De Djuna Barnes, trois courtes pièces en un acte au TEF et Poor super man de Brad Fraser au Quat'Sous. Comme metteur en scène, il est reconnu pour sa belle direction d'acteurs et peut autant aller dans le grand déploiement que le dépouillement le plus total, monter de grands classiques que de toutes nouvelles créations. Ses Marivaux (Le Triomphe de l'amour, La Fausse suivante, Le Prince travesti ou L'Illustre Aventurier) sont aussi légendaires que ses créations des pièces de Larry Tremblay (Abraham Lincoln va au théâtre, Grande écoute, Le Ventriloque, L'Orangeraie), Geneviève Billette (Crime contre l'humanité, Le Goûteur) et Fanny Britt (Honey Pie, Bienveillance, Hurlevents). Il monte tout autant Racine (Bajazet) que Victor Hugo (Lucrèce Borgia), Étienne Lepage (Rouge gueule, Le Ravissement) que Michel Marc Bouchard (Rock pour un faux bourdon, Tom à la ferme). Parmi ses nombreuses mises en scène dont je garde un souvenir impérissable, je pense à La Déposition d'Hélène Pednault (TEF, 1988), Bonjour, là, bonjour de Michel Tremblay (Théâtre Denise-Pelletier, 2018), Je voudrais me déposer la tête de Jonathan Harnois (Théâtre PàP, 2007) et Petit Monstre de Jasmine Dubé (Théâtre Bouches décousues, 1992). Vivement aussi son retour à l'écriture et difficile de ne pas applaudir à tout rompre son flair pour la programmation de la Salle Fred-Barry et ses choix audacieux pour le Théâtre Denise-Pelletier. Bonne fête, Claude!


1958: Naissance de Nathalie Gadouas



La Montréalaise Nathalie Gadouas est une enfant de la balle, comme son demi-frère Daniel, sa soeur Catherine, son frère Patrice. Ses parents, Robert Gadouas et Andrée Lachapelle, sont tous les deux comédiens. À la télé, elle joue d'ailleurs la fille d'Andrée Lachapelle et Michel Dumont dans Monsieur le Ministre dans les années 80. Par la suite, on la verra dans Le Grand Remous, La Misère des riches, Le Dépanneur olympique et des rôles épisodiques dans Lance et Compte, Virginie, Ent'Cadieux, Shehaweh, O'... On entend aussi régulièrement sa voix dans des pubs et des doublages. Au théâtre, elle sera une régulière dans plusieurs moutures de Rock & Nonne (l'adaptation québécoise de Sister Act) et sera des Girls arrivent en ville de Clémence DesRochers où elle pourra mettre à profits ses talents de chanteuse, danseuse et comédienne. Elle jouera aussi régulièrement au théâtre d'été en plus d'être de quelques productions montréalaises marquantes. On la voit dans La Savetière prodigieuse de Goldoni au TNM, Théorème 1985 de Denis Marleau au Quat'Sous, la création de Les Dernières Fougères de Michel D'Astous au Rideau Vert et au CNA et dans le musical Sweet Charity de Neil Simon monté par Denise Filiatrault à Juste pour rire et au Rideau Vert, entre autres. Elle est aussi instructrice de pilates. Sa fille Ève Gadouas suit aussi dans les traces familiales. Bonne fête, Nathalie!

1974: Création de Wouf Wouf d’Yves Sauvageau à l’Atelier de la Nouvelle Compagnie Théâtrale (Montréal).


C'est André Montmorency qui signe l'adaptation et la mise en scène de la fresque baroque Wouf Wouf qu'a laissée le jeune auteur Yves Sauvageau. Montmorency fait appel à André Gagnon pour la musique, François Laplante pour les costumes (un habitué de la famille Tremblay-Brassard), Michel Catudal au décor et Jack Ketchum à la chorégraphie. La distribution est éléphantesque: Micheline Gérin, Mirielle Lachance, Jacques Rossi, Pauline Martin, Michel Côté, Gilles Renaud, Jacques Lavallée, Jean Fugère, Robert Gendreau et Jean-Louis Millette en plus d'un choeur de 14 comédiens! Anne Caron, Lorraine Pintal, Daniel Simard, Jean-Guy Viau, Guy Vauthier, Mireille Rochon, Suzanne Marier, Josée La Bossière, Pierrette Savard, Anne Villeneuve, Alain Fournier, Yves Labbé, Jean-Pierre Leduc et Normand Morin. La pièce est présentée au Gesù.


18 ans plus tard, la pièce est reprise au Périscope à Québec dans une mise en scène de Jean-Frédéric Messier (Momentum), une production du Théâtre Repère. La distribution comprend Céline Bonnier, Richard Aubé, Lise Castonguay, Lorraine Côté, Jules Phillip, Guy-Daniel Tremblay, Natalie D'Anjou, Patric Saucier, Marcel Pomerlo et Antoine Laprise,

49 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO