• Yanik Comeau

9 juillet

Mis à jour : juil. 1

Théâtralités souligne l'anniversaire de naissance du dramaturge et traducteur Normand Chaurette. Bonne fête !


1954: Naissance de Normand Chaurette

Né à Montréal. Normand Chaurette remporte le Prix Paul-Gilson en 1976 avec sa toute première pièce, Rêve d'une nuit d'hôpital, inspirée de la vie d'Émile Nelligan, d'abord présentée à la radio puis portée à la scène au Théâtre de Quat'Sous en 1980. Après ses études de lettres à l'Université de Montréal, il travaille chez Leméac qui deviendra son éditeur quand il se consacrera exclusivement à l'écriture en 1990. Considéré comme un des grands dramaturges du «Grand Virage de 1980» (avec les Michel Marc Bouchard, René-Daniel Dubois et Jean-Pierre Ronfard), ses pièces abandonnent la langue plus populaire qui a fait mouche dans les années 70 et font preuve d'une poésie riche et complexe. Fêtes d'automne, La Société de Métis et Provincetown Playhouse, juillet 1919, j'avais 19 ans suivront. Comme Michel Marc Bouchard, il n'hésitera pas à sortir du Québec, à explorer des pays réels ou fictifs que ce soit un Cambodge imaginé avec Fragments d'une lettre d'adieu lus par des géologues, 1986) ou l'Égypte d'Aïda avec Je vous écris du Caire. À partir de 1990, il se met à produire des traductions magnifiques de grandes oeuvres telles Hedda Gabler d'Ibsen, mais particulièrement les classiques de Shakespeare, autant ses comédies (Comme il vous plaira, Les Joyeuses Commères de Windsor, Le Songe d'une nuit d'été, La Nuit des Rois ou Ce que vous voulez) que ses plus grandes tragédies (La Tempête, La Tragédie de Coriolan, Roméo et Juliette, La Tragédie d'Othello, le Maure de Venise) tout en poursuivant sa propre écriture. Sa pièce Les Reines, première pièce canadienne créée à la Comédie Française, est une réécriture du point de vue féminin de Richard III. Bien que ses pièces soient très exigeantes et même parfois considérées comme «injouables», elles sont néanmoins très bien accueillies lorsqu'elles sont bien montées: Le Passage de l'Indiana, Stabat Mater I, Petit Navire, Stabat mater II, Le Petit Köchel, Ce qui meurt en dernier ont été créées par le Théâtre du Nouveau Monde, le Théâtre UBU de Denis Marleau, parfois même au Festival d'Avignon, et Le Carrousel (dans le cas de Petit Navire, pièce jeune public). Ce qui meurt en dernier recevait le Prix du Gouverneur Général en 2011. Bonne fête, monsieur Chaurette!

55 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout