top of page
  • Photo du rédacteurYanik Comeau

20 décembre

Dernière mise à jour : 20 déc. 2023

Célébrez quotidiennement le théâtre québécois avec Théâtralités. Que le rideau se lève!


1942: Naissance d’Olivier Reichenbach

Né à Hammamet en Tunisie, Olivier Reichenbach vit son enfance, son adolescence et ses premières années de carrière à Paris. Il y travaille comme caméraman et assistant réalisateur à la télévision au cinéma après avoir fait un baccalauréat option philosophie. Quand il arrivera à Montréal, il sera directeur technique et régisseur de L'Égrégore avant de joindre l'équipe du TNM (pas encore installé à la Comédie-Canadienne) en 1967 comme «directeur de scène». Il signe aussi ses premières mises en scène. En 1973, sa production de L'Échange de Paul Claudel au Centre National des Arts fera école. Entre 1975 à 1979, il fait équipe avec le concepteur d'éclairages Guy Neveu, le concepteur de costumes François Barbeau et les comédiens du Théâtre français du CNA pour créer quatre spectacles qui seront joués à Ottawa et en tournée au Canada. Pendant la saison 1975 et 1976, il sera aussi codirecteur artistique du Trident à Québec où il a déjà signé la mise en scène d'En attendant Godot de Beckett avec Jean Guy, Luc Durand et Normand Chouinard. Quand il deviendra directeur artistique du TNM en 1982, ces deux derniers feront partie de la troupe permanente qu'il mettra en place. Bien que l'on dise qu'il a réaffirmé le mandat de la compagnie en la recentrant sur les grands textes classiques, ce n'est pas tout à fait vrai. Il a aussi fait preuve d'une audace qui a malheureusement fait fuir un public qui avait l'habitude d'un TNM «classique», programmant des pièces comme La Passion de Juliette de Michelle Allen et Cul-de-sac au 7e ciel (Cloud 9) de Caryl Churchill, des spectacles que j'ai beaucoup appréciés comme jeune spectateur de théâtre à l'époque. Il connaîtra une période trouble pour l'institution, navigant des négociations syndicales pénibles qui causeront la fermeture du théâtre pendant un an. Il réussira néanmoins à améliorer les équipements d'éclairage, à faire rénover le foyer (qui l'a été encore deux fois depuis) et c'est lui qui créera les Prix Gascon-Roux. Il confiera de grands textes à de jeunes metteurs en scène (Desgagnés monte Dürrenmatt, Lepage monte Brecht traduit par Gilbert Turp et Shakespeare traduit par Chaurette et par Allen, Cyr monte Tremblay...) et une nouvelle génération de concepteurs fait son entrée au TNM: Claude Goyette, Stéphane Roy, Danièle Lévesque... Il signe aussi la mise en scène de Starmania de Plamondon-Berger en 1981, remportant un Félix pour son travail. Il monte des opéras à Ottawa, Montréal et Banff et traduit des pièces anglaises mais surtout italiennes (plusieurs Goldoni). Depuis 1995, il travaille beaucoup comme adaptateur-traducteur et directeur de plateau en doublage pour le cinéma et la télévision (plus de 200 projets dont les Harry Potter, les Magic Mike, les Ocean's (Eight, Eleven, Twelve, Thirteen), Finding Nemo, Finding Dory, How to Train Your Dragon pour n'en nommer que quelques-uns). Bonne fête, monsieur Reichenbach!


1985: Naissance d’Alexandre Landry


Après sa formation en interprétation à l'École Nationale de Théâtre du Canada, le comédien Alexandre Landry joue au théâtre, au cinéma et à la télévision. Il se fait surtout connaître pour le rôle de Martin dans le film Gabrielle de Louise Archambault pour lequel il remporte plusieurs prix, notamment meilleur acteur de soutien aux Prix des Écrans canadiens, meilleur acteur aux Jutra, le Valois du meilleur acteur à Angoulême (France), meilleur acteur à Gijón (Espagne) et le Prix Jean-Claude-Jean du meilleur espoir 2013 à Dieppe (France). Au cinéma, on le verra aussi dans L'Amour au temps de la guerre civile de Rodrigue Jean, The Saver de Wiebke von Carolsfeld, Pays de Chloé Robichaud, De Père en flic II d'Emile Gaudreault, Mon boy de Sarah Pellerin, La Chute de l'empire américain de Denys Arcand, Le Rire de Martin Laroche, Phoenix de Jonathan Beaulieu-Cyr et Les Barbares de la Malbaie de Vincent Biron, entre autres. À la télé, il a multiplié les projets depuis Unité 9 où il incarnait Patrice, le frère de Jeanne Biron jusqu'à Indéfendable en passant par La Faille, Mon ex à moi, Camping de l'ours, 30 Vies, Blue Moon, L'Échappée, Cheval-Serpent, Les Bogues de la Vie, Les Pays d'en faut et Letterkenny. Au théâtre, il était de Les Aventures de Lagardère avec le Théâtre Advienne que pourra, la création de Tom à la ferme de Michel-Marc Bouchard au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui et de celle de Chambre(s) d'Éric Jean et Pascal Chevarie au Théâtre de Quat'Sous. Bonne fête, Alexandre!

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page