• Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO

  • Yanik Comeau

2 février

Qu'est-ce qui a marqué le théâtre québécois un 2 février? Lisez plus bas... et n'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires, suggestions,... Nous souhaitons que ce blogue soit le plus interactif, le plus inclusif possible. Place au théâtre!

1903: Création de Veronica de Louis H. Fréchette (Montréal)



C'est le 2 février 1903 que la grande société montréalaise se réunissait aux Nouveautés pour venir applaudir la nouvelle création du poète-lauréat Louis H. Fréchette, Veronica, un drame romantique inspiré à l'auteur par un fait divers survenu à Florence en Italie en 1638. La pièce part d'une «anecdote» selon laquelle Veronique Cybo aurait fait décapiter la maîtresse de son mari. Fréchette s'inspire donc de cette histoire de moeurs pour écrire sa pièce qui, affirme Étienne F. Duval dans sa préface de l'édition 1974 de la pièce dans la collection Théâtre Leméac, «n'est pas sans rappeler Lorenzaccio de Musset et Lucrèce Borgia de Hugo; structure diégétique très simple; une duchesse découvre que son mari, de qui elle a un fils de sept ans, la trompe ouvertement et décide de se venger; la tête de la maîtresse tombe: effusions, hypocrisies, remords.» On est presque dans la Commedia dell'arte - surtout de par la situation géographique italienne ! - mais on en est bien loin à la fois à cause de l'ampleur du drame, même si Fréchette s'en «amuse quelque peu», dixit Duval. La pièce connaîtra un beau succès, défendue par les plus grands comédiens de l'époque, dont Fernand Dhavrol, Marguerite D'Arbelly et une très jeune Juliette Béliveau (14 ans), selon Duval. Malheureusement, malgré sa belle poésie (la pièce est en alexandrins!), où «se côtoient le sublime et le grotesque, l'amour et la mort, la tendresse et la brutalité» (cf. quatrième de couverture), Veronica sombrera rapidement dans l'oubli. Dommage parce qu'on y dénote des effluves de Cordélia, de Sweeney Todd, non?


1913: Naissance de Mercedes Palomino

La cofondatrice et directrice administrative du Théâtre du Rideau Vert est née à Barcelone qu'elle a quitté pour l'Argentine à l'âge de 5 ans. C'est dans ce pays qu'elle fera ses études en théâtre au Conservatoire National d'art dramatique avant d'entamer une carrière de journaliste, tant dans les média écrits qu'à la radio. Elle ne s'éloignera jamais complètement du théâtre, dirigeant même la section Théâtre de Radio-Lima avant un passage au réseau américain CBS à New York. Son emploi suivant la mènera à Paris où elle sera reporter pour La Prensa. Puis, en 1948, elle vient à Montréal en affectation et s'y établit rapidement, fondant la même année avec Yvette Brind'Amour qui deviendra aussi sa compagne, le Théâtre du Rideau Vert. Mercedes Palomino sera aussi réalisatrice/productrice au contenu espagnol pour Radio-Canada International. Elle a été nommée membre de l'Ordre du Canada en 1983, a reçu le Prix Victor-Morin en 1991, le Gascon-Thomas en 1992, le Prix du Gouverneur Général pour les arts de la scène pour l'ensemble de sa carrière en 1994 et a été nommée Chevalier de l'Ordre du Québec cette même année. De 1969 à 1982, elle a siégé au Conseil d'administration de l'École Nationale de Théâtre du Canada, a été présidente de l'Association des Directeurs de Théâtre de 1971 à 1985, et présidente de Théâtres Associés de 1986 à 2003. Conjointe d'Antonine Maillet pendant plusieurs années et jusqu'à son décès, celle que l'on surnommait Metcha nous a quittés en 2006 à l'âge de 93 ans.

1958: Naissance de Michel Marc Bouchard

Natif du Lac Saint-Jean, Michel Marc Bouchard est un de nos plus grands dramaturges et un de nos auteurs les plus joués dans le monde. Ses pièces sont traduites dans une multitude de langues et il ne cesse de cumuler les honneurs. Après des études en tourisme au Cégep de Matane, il fera un baccalauréat en théâtre à l'Université d'Ottawa ce qui fera que ses premiers textes, néanmoins très bien ancrés dans son Lac Saint-Jean natal, verront le jour en Ontario francophone. Mais quand il fera son entrée sur la scène montréalaise, celle-ci sera fulgurante. André Brassard montera La Contre-nature de Chrysippe Tanguay, écologiste (1983) pour le Théâtre d'Aujourd'hui et Les Feluettes ou la Répétition d'un drame romantique pour le Théâtre Petit à Petit (Théâtre PàP) et le Centre National des Arts (Ottawa) à la Salle Fred-Barry avec une reprise au TNM. Avec Les Muses orphelines, créaation toujours mise en scène par Brassard de retour au Théâtre d'Aujourd'hui et mettant en vedette Roy Dupuis, Anne Caron, Dominique Quesnel et Louise Saint-Pierre, c'est l'explosion sur toutes les scènes du monde en commençant par le Canada anglais, l'Uruguay, l'Allemagne, le Mexique, la Belgique, la France et l'Italie. Le film Lilies, qu'il scénarise à partir des Feluettes, connaît un beau succès et remporte le Génie du Meilleur Long Métrage en plus de plusieurs prix dans les festivals sur la scène mondiale. Suivront - dans le désordre - L'Histoire de l'Oie (commande du Théâtre Les Deux Mondes, joué dans plusieurs langues à travers le monde), Tom à la ferme, La Poupée de Pélopia et sa version revue et corrigée Des yeux de verre (Théâtre d'Aujourd'hui), Le Peintre des Madones (Espace Go), Les Manuscrits du Déluge, Le Voyage du Couronnement, La Divine Illusion, Christine, Reine-Garçon, La Nuit où Laurier Gaudreault s'est réveillé (TNM), Le Chemin des Passes-Dangereuses et Sous le regard des mouches (Duceppe),... mais aussi des comédies dont Le Désir, Les Grandes Chaleurs (qui a aussi été adaptée au cinéma), Pierre et Marie... et le démon et La Visite ou Surtout sentez-vous pas obligés de venir... avec Robert Bellefeuille. Michel Marc Bouchard est Officier de l'Ordre du Canada, Chevalier de l'Ordre national du Québec, Compagnon des Arts et des lettres du Québec, membre de l'Académie des Lettres du Québec et de l'Ordre du Bleuet. Bonne fête !


1963: Naissance de Luce Pelletier

D'abord comédienne formée à l'Option-Théâtre du Cégep Lionel-Groulx (où elle côtoie Serge Denoncourt, Pierre-Yves Lemieux et Annick Bergeron avec qui elle cofondera le Théâtre de l'Opsis) et dans plusieurs ateliers à Paris dont l'Acteur créateur selon la méthode d'Alain Knapp, elle se tourne rapidement vers la mise en scène et assume désormais seule depuis 1998 la direction générale et artistique du Théâtre de l'Opsis. Comme le rappelle Catherine Cyr dans le Dictionnaire des artistes du théâtre québécois, «elle explore de façon pluriforme un univers dramatique (Cycle Tchekhov) ou quelques territoires de l'imaginaire (Cycle Oreste, Cycle états-uniens)» et plus récemment les cycles scandinave et territoires féminins qui commençait en beauté avec sa mise en scène de Les Serpents de Marie Ndiaye à Espace GO à l'automne. Toujours très branchée sur le texte et la direction d'acteurs, elle signe des spectacles généralement fins et soignés. Depuis quelques années, elle signe presque toutes les mises en scène de l'Opsis, notamment celles de Les Enfants d'Adam et Strindberg (Cycle scandinave). Bonne fête !


6 vues