• Yanik Comeau

24 mai

Dernière mise à jour : mai 25

En ce 24 mai, on vous parle d'une naissance, d'un décès et d'une création dans les éphémérides du théâtre québécois. Vive la scène !


1958: Naissance de Richard Lacroix

Les mondes qu’il crée sont habités par les comédiens, les danseurs et les… marionnettes. Il s’ancre dans la réalité et la magnifie, la révèle sous un angle unique, poétique et surprenant. Présent sur les petites scènes comme sur les grandes, il a conçu récemment les décors pour Les Muses orphelines de Michel Marc Bouchard mis en scène par Martine Beaulne (Théâtre Jean-Duceppe, 2013) et de D pour Dieu ? écrit et mis en scène par Simon Boudreault (Théâtre d’Aujourd’hui, 2012). Aussi, pour le Théâtre du Nouveau Monde, Hamlet de Shakespeare mis en scène par Marc Béland. Pour le chorégraphe Sylvain Émard, il a créé le ciel de Ce n'est pas la fin du monde (SÉD, 2013). Plus de 80,000 spectateurs ont pu apprécier l’impressionnante scénographie qu’il a conçue pour le spectacle de clôture du 400e anniversaire de la ville de Québec créé par le Cirque du Soleil en 2008. En plus d’être finaliste pour le Prix Siminovitch en 2009 et 2012, il s’est mérité plusieurs prix et mentions pour son travail, entre autres pour Le Porteur / The Star Keeper, spectacle de marionnettes produit par le Théâtre de l’Œil, applaudi à travers le monde pendant plus de 16 ans. Pour la même compagnie, il a aussi conçu avec André Laliberté à la mise en scène de la pièce Corbeau de Jean-Frédéric Messier. Il a reçu le prix Gascon-Roux pour les décors de Rhinocéros de Ionesco, mis en scène par Jean-Guy Legault (Théâtre du Nouveau Monde, 2007). Richard Lacroix enseigne la scénographie dans différentes écoles de théâtre. (Photo: Léon Gniwesch)


1976: Décès de Denise Pelletier

Photo: André LeCoz - Radio-Canada


C'est lors d'une opération à coeur ouvert que Denise Pelletier nous quitte en 1976 à l'âge de 53 ans seulement. Comédienne de grand talent, elle est née à Saint-Jovite en 1923. Son père notaire, éditeur, critique littéraire et sa mère autonome et cultivée exposent Denise et son frère Gilles à la culture et l'art. Denise étudie l'interprétation théâtrale au Montreal Repertory Theatre français et chez Sita Riddez. Elle fait ses débuts à la radio dans Un Homme et son péché, participe aux tournées de Vie de famille et joue dans l'un des premiers films québécois, À la croisée des chemins. Avec l'Équipe de Pierre Dagenais, elle joue Cocteau, Salacrou, Jean Despréz, Lomer Gouin puis tâte de Jean Anouilh (Léocadia) et Racine (Britannicus) avec Les Compagnons de saint Laurent. Elle sera de la toute première production du TNM en 1951, le légendaire Avare de Molière joué et mis en scène par Jean Gascon qui devient son ami. Elle multipliera les rôles variés (Mère Courage et ses enfants de Brecht, Oh les beaux jours de Samuel Beckett, La Danse de mort de Strindberg) et deviendra une des plus grandes comédiennes de sa génération. En 1964, elle sera d'Iphigénie, la première production de la Nouvelle Compagnie Théâtrale que vient fonder son frère Gilles Pelletier, sa belle-soeur Françoise Graton et son ami Georges Groulx. Elle jouera sur toutes nos grandes scènes, livrant des performances mémorables tant dans des classiques (Hamlet de Shakespeare, Les Troyennes d'Euripide/Jean-Paul Sartre) que dans des créations de jeunes auteurs émergeants (L'Oeil du peuple d'André Langevin, Le Temps des Lilas de Marcel Dubé qu'elle jouera aussi en anglais, Bonjour, là, bonjour de Michel Tremblay, Mariaagélas d'Antonine Maillet, l'adaptation par Michel Tremblay de L'Effet des rayons-gamma sur les vieux-garçons de Paul Zindel...). En 1975, elle joue Divine Sarah au Festival de Stratford, d'abord en anglais puis en français. Ce sera malheureusement son dernier spectacle. En faisant l'acquisition du Théâtre Granada, la Nouvelle Compagnie Théâtrale le rebaptise Théâtre Denise-Pelletier et le gouvernement du Québec crée le Prix Denise-Pelletier des arts de la scène pour lui rendre hommage.


1983: Création de La Passion de Juliette de Michelle Allen par Les Productions Germaine Larose dans une mise en scène de l’auteure à la salle André-Pagé de l’École Nationale de Théâtre


La petite compagnie Les Productions Germaine Larose créait La Passion de Juliette de la comédienne et future scénariste de télé Michelle Allen (Diva, Tribu.com, Destinées, Au nom de la loi, Lobby, Le 7e Round, Vertige, Pour Sarah, Fugueuse, L'Échappée) à la Salle André-Pagé de l'École Nationale de Théâtre du Canada. Anne Caron incarnait Juliette, Luc Morrisette était Vincent, Daniel Lavoie incarnait Adris. B. Lewis, Alice Ronfard était Esmée et Andrée Lachapelle jouait Pauline Brisebois. Le décor était signé Claude Goyette et la musique était de Catherine Gadouas.


La saison suivante, Olivier Reichenbach confiait le texte au metteur en scène Yves Desgagnés qui montait la pièce pour le TNM avec cinq des sept comédiens de la troupe permanente. Christiane Raymond jouait Juliette, Luc Durand était Vincent, Pierre Chagnon devenait Adris B. Lewis, Markita Boies incarnait Esmée et Sophie Clément devenait Pauline Brisebois. Bien que la pièce ait été montée de façon brillante et charmante, le public du TNM, encore très conventionnel à l'époque, fronçait les sourcils, un peu perdu. Le magnifique décor et les costumes d'une imagination délicieuse étaient signés Martin Ferland.



1985: Création de Le Titanic de Jean-Pierre Ronfard, mise en scène de Gilles Maheu et Lorne Brass, une coproduction de Carbone 14 et le Festival de Théâtre des Amériques (Montréal)

Cette fresque colossale, écrite par Jean-Pierre Ronfard après Vie et Mort du roi boiteux, est également présentée à l'extérieur, à l'angle des rues du Carmel et Drolet à Montréal, dans le cadre du Festival de Théâtre des Amériques. Les comédiens suivants font partie de la distribution: Roger Blay, Denise Boulanger, Lorne Brass, Jerry Snell, Céline Paré, Luc Proulx, Rodrigue (Chocolat) Tremblay, Michael Barnard, Céline Bergeron, Michel Barrette, Annie Dréau, Claude Godbout, Jean Harvey, Hélène Langevin, Annie Laforêt et Marthe Turgeon.


1991: Création de Peau, chair et os de Gilles Maheu d'après Euripide et Heiner Müller, mise en scène du concepteur, une coproduction de Carbone 14, du Centre National des Arts (Ottawa) et du Festival de Théâtre des Amériques (Montréal)

Gilles Maheu conçoit cette pièce à partir des textes Paysage sous surveillance de Heiner Müller et Alceste d'Euripide. Il y intègre des extraits du film The Birds d'Alfred Hitchcock et de La Toundra canadienneL'Extrême Nord canadienLa faune et la flore et Gardiens de la faune de l'Office National du Film du Canada. Les comédiens Jean-Louis Millette, Pauline Vaillancourt, Rodrigue Proteau, Johanne Madore, Fernand Brousseau et Georgette Langevin sont accompagnés du guitariste Jean-Maurice Payeur et du percussionniste Jean-Éric Frenette.

2005: Création de Coin Saint-Laurent ou Les Cinq Doigts de la Main de François Archambault, Élizabeth Bourget, Fanny Britt, Jean-Marc Dalpé et François Létourneau, une production du Théâtre Urbi et Orbi, mise en scène de Philippe Lambert, présenté au Théâtre La Licorne (Montréal)

Collectif composé de courtes pièces, Une bénédiction de François Archambault, Élaine (Angie Can You See Me?) de Fanny Britt, Un signe de Jean-Marc Dalpé, Duchesne (Angie Can You See Me?) de Fanny Britt, Histoire de poulet d'Élizabeth Bourget, Anne (Angie Can You See Me?) de Fanny Britt, Monsieur le conseiller de François Létourneau et Mitch (Angie Can You See Me?) de Fanny Britt, ce spectacle a connu un vif succès comme la majorité des créations de Urbi et Orbi et, après avoir été présenté jusqu'au 18 juin, il a été repris deux ans plus tard, du 2 au 26 mai 2007. La distribution était composée d'Émilie Bibeau, Pierre Curzi, Monique Spaziani et Jean-François Nadeau. Lors de la reprise, c'est Luc Senay qui remplaçait Pierre Curzi.


2007: Décès de Micheline Gérin

Née le 30 mars 1931, la comédienne et auteure Micheline Gérin était la conjointe du comédien Marc Favreau. C'est en 2007 qu'elle s'éteint à l'âge de 76 ans. En 1982, le metteur en scène Daniel Roussel montait sa pièce Juste un petit souvenir au Théâtre du Rideau Vert, dirigeant une distribution éclatante qui comprenait Monique Joly, Louise Turcot, Françoise Faucher, Muriel Dutil et l'auteure elle-même. Ils avaient déjà travaillé ensemble sur En première page de Ben Hecht et Charles MacArthur et feront encore équipe sur Mort accidentelle d'un anarchiste de Dario Fo chez Duceppe (Favreau joue également dans cette production). Au fil des années, elle aura été dirigée par Olivier Reichenbach (Bobby boom de Jean-Marie Apostolidès au Gesù, production de la Nouvelle Compagnie Théâtrale pour laquelle elle travaillera régulièrement), Jean-Luc Bastien (Cyrano de Bergerac, Hop-production de Renée Noiseux et Robert Gurik), Gilles Marsolais (L'École des Femmes de Molière), Roland Laroche (Salomon de Normand de Bellefeuille et André Lamarre, Opération-théâtre de Gilles Marsolais) et Jean Salvy (Soudain, l'été dernier de Tennessee Williams). Anecdote amusante, elle a aussi été de trois créations à 10 ans d'intervalle: La Fontaine de Paris d'Éloi de Grandmont (une des deux premières pièces canadiennes créées par le TNM) dans une mise en scène de Jean-Louis Roux (1954), Le Vol rose du flamant de Clémence DesRochers (mise en scène d'Albert Millaire) et Wouf Wouf d'Yves Sauvageau (mise en scène d'André Montmorency, 1974). À la télé, elle aura tenu une série de petits rôles dans Sol et Gobelet, Fanfreluche et prêté sa voix à Confetti dans La Souris Verte et aux marionnettes de Nic et Pic.

37 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout