• Yanik Comeau

10 mai

Tant de naissances, tant de créations ont marqué le 10 mai au fil des années dans le monde du théâtre québécois. Suivez-nous!

1929 : Naissance d’Antonine Maillet

Native de Bouctouche au Nouveau-Brunswick, Antonine Maillet est une de nos auteures les plus acclamées, tant pour son théâtre que pour ses romans. Depuis le début de sa carrière d'écrivain et de dramaturge, elle a reçu plus d'une vingtaine de prix littéraires dont le Prix du Gouverneur général du Canada (1972), le prix France-Canada (1975), le Grand Prix de la Ville de Montréal (1975) et le prix Goncourt pour Pélagie-la-Charette (1979). Elle détient un doctorat ès lettres de l'Université Laval et une trentaine de doctorats honorifiques. Elle est compagnon de l'Ordre du Canada, officier des Palmes académiques françaises, des Arts et des Lettres de France, membre de la Société Royale du Canada et de l'Académie canadienne-française, entre autres. Parmi ses nombreuses oeuvres, on retient particulièrement celles qu'elle consacre au peuple acadien, bien sûr. Non seulement son inoubliable Sagouine créée au Théâtre du Rideau Vert comme tant d'autres de ses pièces, mais aussi Évangéline Deusse, La Contrebandière (adaptée de son roman Mariaagelas), Gapi, La Veuve enragée, Les Crasseux, Garrochés en paradis, Margot la folle. Ne s'étant pas limitée à raconter son peuple acadien, Antonine Maillet a aussi exploré l'oeuvre de Rabelais avec Les Drolatiques, Horrifiques et Épouvantables Aventures de Panurge, ami de Pantagruel, l'oeuvre de Jean de La Fontaine avec La Fontaine ou La Comédie des animaux, l'oeuvre de Molière avec son adaptation du Bourgeois Gentilhomme Le Bourgeois Gentleman, celle de Ben Jonson avec La Foire de la St-Barthélémy et l'oeuvre de Shakespeare avec William S et de nombreuses excellentes traductions, notamment celle de Richard III. La rue Antonine-Maillet à Outremont porte son nom depuis moins longtemps qu'elle ne l'habite et elle est présidente d'honneur du conseil d'administration du Théâtre du Rideau Vert. Bonne fête, madame Maillet, superbe nonagénaire toujours pleine de vie!


1940: Naissance de Pascal Rollin

Né à Montréal et formé au Conservatoire d'art dramatique de Montréal ainsi qu'auprès de la célèbre Mme Audet et du comédien Henri Norbert, Pascal Rollin est un de nos grands comédiens qui aura tout fait, même propriétaire de théâtre! Il aura joué dans plus d'une cinquantaine de productions théâtrales, prêtant son talent, sa voix chaude et son élégance aux textes classiques autant qu'aux pièces contemporaines. Tout jeune, il travaillera beaucoup avec Paul Buissonneau (les créations québécoises La Passion ou le Manteau de Galilée et D.D.T. et la pièce française Malbrough s'en va t'en guerre de Marcel Archard), avec Jean-Louis Roux et Jean Gascon au TNM (Paulin dans Bérénice de Racine, Cléante dans Le Tartuffe de Molière, des rôles dans On n'a pas tué Joe Hill de Barrie Stavis, dans la création des Bois-Brûlés et dans Jeux de massacre d'Ionesco avec le premier, la création de Klondyke de Jacques Languirand et Tebaldeo dans Lorenzaccio de Musset avec le second) et d'autres jeunes premiers avec Jean Dalmain, Georges Groulx, Yvan Canuel, Paul Hébert et Florent Forget à la Nouvelle Compagnie Théâtrale, au Rideau Vert ou au TNM jouant Molière, Sophocle, Pirandello. Le Théâtre Sans Fil profite de sa voix magnifique pour lui confier la narration de ses spectacles Ciel bleu prend femme et Le Hobbit tout en lui proposant des personnages dans Jeux de rêves et dans Le Seigneur des anneaux. Dans le deuxième chapitre de sa carrière théâtrale, il jouera Neil Simon (Suite californienne au Café-théâtre du Bois-de-Coulonge à Québec, Des moutons noirs pure laine au Théâtre des Cascades dont il sera co-propriétaire pendant quelques années), Brecht (La Vie de Galilée au TNM), Romain Gary (La Vie devant soi au Rideau Vert), Racine (Phèdre au TNM) et Tchekhov (La Mouette au Rideau Vert), entre autres. Il est également de plusieurs autres créations québécoises, notamment La Guerre, Yes Sir! de Roch Carrier et Messe solennelle pour une pleine lune d'été de Michel Tremblay pour Le Trident. Il prêtera sa voix à plusieurs publicités, à plusieurs doublages (le Dr. Marcus Welby, pour le Québec, c'est lui!) et à Millimagino dans Les Oraliens! À la télé, on le voit dans bon nombre de téléthéâtres, téléromans et téléséries, notamment Le Clan Beaulieu, L'Or du temps, La Maison Deschênes, Scoop et plus récemment 19-2 et Les Pays d'en haut. Il joue aussi dans Le Confessional de Robert Lepage au cinéma. Bonne fête, Pascal! (Photo: S. Dumais)


1956: Naissance d’Yves Jacques

Originaire de Québec, Yves Jacques a reçu sa formation à l'Option-théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe avant de retourner dans la Vieille Capitale pour entreprendre sa carrière. Il s'attaquera rapidement à des auteurs anglo-saxons (Jonson, Wesker, Higgins) tout autant qu'aux dramaturges latins (Molière, Beaumarchais), jouant au Théâtre du Trident et au tristement disparu Théâtre du Bois-de-Coulonge. Arrivé à Montréal, il se fera connaître du grand public avec son rôle dans la comédie de Radio-Canada Poivre et Sel aux côtés de Gilles Latulippe, Janine Sutto, Denise Proulx, Robert Rivard et René Richard avant de devenir le Claude du Déclin de l'Empire américain de Denys Arcand, rôle qui lui donnera une visibilité internationale. Au théâtre, avant d'aller explorer les scènes et les plateaux européens, il sera une sublime Lydie-Anne de Rozier dans la création de Les Feluettes de Michel Marc Bouchard mise en scène par André Brassard (1987) et présentée en tournée au Canada et en France. Il jouera deux pièces de Brecht au TNM, La Vie de Galilée que met en scène Robert Lepage et dans laquelle joue également Pascal Rollin dont c'est aussi l'anniversaire aujourd'hui, et L'Opéra de Quat'Sous dans une mise en scène de René Richard Cyr. Il est joueur étoile de la LNI aux côtés de Robert Lepage qui le recrutera pour le remplacer dans les tournées mondiales de ses solos La Face cachée de la Lune et Le Projet Andersen. Avec Denise Filiatrault, pour Juste pour rire, il triomphe dans Les Fourberies de Scapin de Molière et dans Les Jumeaux vénitiens de Goldoni. Avec le metteur en scène Jérôme Savary qui le dirige dans La Légende de Jimmy de Luc Plamondon et Michel Berger, présenté à Montréal, Québec et Paris, il jouera ensuite au Théâtre National de Chaillot dans L'Importance d'être constant d'Oscar Wilde - auteur qu'il retrouvera chez Duceppe dans Un mari idéal - et dans Le Bourgeois Gentilhomme. Au cinéma, il reprendra le rôle de Claude dans Les Invasions barbares avec Denys Arcand et tournera dans Jésus de Montréal, Montréal vu par... et Le Règne de la beauté. Chez nous, il tournera aussi, entre autres, avec Michel Poulette (Louis 19, le roi des ondes), Jean Beaudin (Souvenirs intimes, Le Collectionneur), Émile Gaudreault (Nuit de noces, De père en flic 2), Charles Binamé (Séraphin, un homme et son péché), Léa Pool (La Dernière Fugue) et André Forcier (Les Fleurs oubliées) alors qu'en France, il travaillera avec Claude Miller (La Classe de neige, La Petite Lili, Thérèse Desqueyroux), Patrice Leconte (La Veuve de Saint-Pierre), Guillaume Gallienne (Les enfants et Guillaume, à table!) et plusieurs autres. On a pu le voir dans de nombreux Bye-Bye en plus de séries télé plus récentes comme Mensonges, District 31 et En tout cas. Bonne fête, Yves!


1966: Naissance de Carl Fillion


Né à Baie-Comeau, Carl Fillion est scénographe et dessinateur en génie civil ce qui explique la puissance architecturale de ses conceptions scéniques. Il est associé étroitement aux impressionnantes productions théâtrales et opératiques de Robert Lepage qui fait appel à lui depuis presque trente ans. C'est à lui qu'on doit les décors de Noises, Sounds and Sweet Air de Michael Nyman, Les Sept Branches de la rivière Ota, Elseneur, La Géométrie des miracles, l'opéra de Berlioz La Damnation de Faust, la tétralogie de Wagner, les quatre opéras de L'Anneau du Nibelung, La Face cachée de la lune, Les Aiguilles et l'Opium et plusieurs autres. Travailler avec Robert Lepage signifie que ses designs ont fait le tour du monde, tant dans les théâtres que dans les salles d'opéra. Étroitement associé à la Vieille Capitale où il a étudié et ensuite enseigné au Conservatoire d'art dramatique de Québec, ça n'a évidemment pas empêché son travail d'être convoîté par Montréal où il a aussi enseigné à l'École Nationale de Théâtre du Canada et signé des scénographies pour Antigone de Sophocle et Monsieur Bovary de Robert Lalonde, deux mises en scène de Lorraine Pintal, la dernière qui a aussi été présentée au Théâtre du Trident et au Théâtre français du Centre National des Arts à Ottawa. Il a travaillé sur des pièces de Marivaux, Feydeau, Lorca, Miller, Shakespeare avec André Brassard, Lorraine Côté, mais si on devait nommer le trio de metteurs en scène avec qui il a le plus travaillé, ce serait Lepage, Michel Nadeau et Jacques Lessard. Un virtuose de la conception scénique qui surprend et émerveille à tout coup. Bonne fête, Carl!

1968 : Création de Docile de Guy Dufresne à la Comédie-Canadienne dans une mise en scène de Gratien Gélinas


Tout ce que j'ai trouvé sur la création de cette pièce de l'auteur de Le Cri de l'engoulement et de la formidable traduction de Des Souris et des Hommes qui a été jouée dans le téléthéâtre de Paul Blouin en 1971, c'est que Gratien Gélinas en a signé la mise en scène sur les planches de sa Comédie-Canadienne (maintenant le TNM) et qu'il y a joué avec Janine Sutto et Réjean Lefrançois. Vous avez des souvenirs ou des compléments d'information à partager? Écrivez-moi!


1969: Création de La Duchesse de Langeais de Michel Tremblay dans une mise en scène d’Hélène Bélanger par Les Insolents de Val d’Or


Avant que Claude Gai immortalise le personnage de la Duchesse de Langeais sur la scène du Théâtre de Quat'Sous en 1970, la pièce avait été créée par la troupe Les Insolents de Val d'Or. C'était en effet très insolent que de présenter une telle pièce en région en 1969! Vous avez des compléments d'information? Comme j'ai moi-même joué cette pièce en 1987 au Théâtre du Vieux-Laprairie, je serais ravi d'en savoir plus. Écrivez-moi!


Au Quat'Sous, c'était un programme double auquel on avait droit alors que La Duchesse de Langeais était présentée avec Bien à moi, Marquise de Marie Savard mettant en scène la grande Dyne Mousso. Brassard faisait la mise en scène des deux pièces et Mousseau, l'artiste-peintre (pas de lien avec Dyne Mousso qui s'appelait en réalité Denise Guilbault), signait les décors. Au fil des années, Claude Gai a multiplié les représentations de cette pièce qui est, pour ainsi dire, devenue la sienne.


Plusieurs années plus tard, on aura d'autres productions. André Montmorency jouera La Duchesse dans une version remaniée par l'auteur Michel Duchesne (Écrivain public) puis, le comédien Francis Bourgea convaincra Rita Lafontaine de monter La Duchesse de Langeais, ce qui en fera sa première mise en scène.


Pendant la saison 2019-2020, c'est le comédien Jacques Leblanc de Québec qui fera revivre La Duchesse sur la scène du Trident avec la metteure en scène Marie-Hélène Gendreau qui avait triomphé la saison d'avant avec sa production de Le Vrai Monde? L'oeuvre de Tremblay est indémodable.




1973: Création de Hosanna de Michel Tremblay dans une mise en scène d’André Brassard et des décors de Paul Buissonneau au Théâtre de Quat’Sous (Montréal)


Jean Archambault et Gilles Renaud les avaient joués dans Il était une fois dans l'Est et ce sont eux qui ont créé Hosanna et Cuirette à la scène au Théâtre de Quat'Sous en 1973.


Par la suite, comme presque toutes les pièces de Michel Tremblay, Hosanna a été traduite en plusieurs langues et a fait le tour du monde. Nous avons eu droit aussi à plusieurs autres belles productions au fil des années, notamment la reprise, toujours au Quat'Sous, signée Lorraine Pintal, mettant en vedette René Richard Cyr et Gildor Roy, captée aussi pour la télé de façon magistrale.


En 1998, Jacques Leblanc et Marco Poulin enfilaient les collants et les chaps d'Hosanna et de Cuirette pour fouler les planches de La Bordée à Québec dans une mise en scène de Patric Saucier.


En 2005, c'est sur l'immense scène du TNM que Serge Denoncourt réunissait Benoît Brière et Normand D'Amour pour recréer Hosanna encore une fois.


Puis, en 2015, Mike Payette, ancien assistant directeur artistique du Black Theatre Workshop, actuel directeur artistique de Geordie et metteur en scène très apprécié sur les scènes anglophones montréalaises tout autant que plus récemment chez Duceppe pour la mise en scène d'Héritage (A Raisin in the Sun), offrait une production d'Hosanna au MainLine Theatre à Montréal, mettant en vedette les comédiens bilingues Éloi ArchamBaudoin et David Chiazzese dans les rôles. Cette production était ensuite reprise trois ans plus tard sur la scène du Centaur.



La pièce commence après le départ d'Hosanna du club...




1974: Création de Cérémonial funèbre sur le corps de Jean-Olivier Chénier, texte et mise en scène de Jean-Robert Rémillard.


Un des fondateurs de l'Option-théâtre du Cégep Lionel-Groulx et professeur de dramaturgie pendant plus de 30 ans, Jean-Robert Rémillard a écrit quelques pièces au fil des années dont celle-ci, créée en 1974 par une cohorte de finissants parmi laquelle vous reconnaîtrez sans doute quelques noms: Danielle Proulx, Josée Beaulieu, Michelle Léger, Réjean Guénette et Paul Dion.


1975: Création de Citrouille de Jean Barbeau par le Théâtre du Nouveau Monde dans une mise en scène de Jean-Louis Roux


Produite par le Théâtre du Nouveau Monde, une compagnie théâtrale évidemment très montréalaise, les deux premières représentations de Citrouille de Jean Barbeau étaient néanmoins données à Sherbrooke avant de s'en venir à Montréal. Le directeur artistique Jean-Louis Roux en signait la mise en scène et dirigeait Angèle Coutu, Christiane Raymond, Han Masson et Michel Forget.


  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO