• Yanik Comeau

16 novembre

Mis à jour : il y a 4 jours

Soulignons les naissances, les décès et les créations qui ont marqué le théâtre québécois au fil des années, des décennies. Que le rideau se lève!


1932 : Naissance de Robert Gurik

Né à Paris, Robert Gurik est auteur dramatique et cofondateur du CEAD (Centre d'essai des auteurs dramatiques, maintenant Centre des auteurs dramatiques). Aussi scénariste pour la télévision (Jeune Délinquant, La Pépinière) et pour le cinéma (Les Vautours et Les Années de rêve réalisés par Jean-Claude Labrecque), romancier (Spirales, Jeune Délinquant, Être ou ne pas être), Robert Gurik a écrit une vingtaine de pièces de théâtre qui ont été traduites en anglais, en italien, en grec, en hollandais, en tchèque et en arménien. En 1967 et 1969, il a obtenu le Prix du Gouverneur général du Canada pour Le Pendu et Les Louis d'or. Très impliqué dans la cause des artistes et des auteurs, il a été gouverneur du Festival d'art dramatique du Canada, président de la Société des auteurs recherchistes documentalistes et compositeurs (SARDEC avant qu'elle ne devienne la SARTEC) et président de l'Association québécoise des auteurs dramatiques (AQAD). Il a enseigné à l'Université de Montréal et a été chargé de cours à l'Université du Québec à Montréal en scénarisation. En 2004, il publiait Écrire un scénario de film: Le Scénario d'Oscar chez Duchesne éditeur. Bonne fête, monsieur Gurik! (Photo: Pierre Fillion)


1951: Naissance de Denis Gougeon


Natif de Granby, Denis Gougeon est un des grands compositeurs de notre époque. Après ses études en musicologie à l'École Vincent-d'Indy, il étudie la composition à l'Université de Montréal. Dans le Dictionnaire des artistes du théâtre québécois, Christian St-Pierre nous rappelle que c'est sa pièce Heureux qui comme... lancée en 1988 qui donne à sa carrière une «ampleur peu commune» lorsqu'elle connaît un succès international. En plus de partager son savoir avec les compositeurs de demain comme professeur à l’Université de Montréal et à l'Université McGill, il a signé une dizaine de collaborations avec le metteur en scène Denis Marleau et UBU - compagnie de création dont les créations de Le Passage de l'Indiana et Ce qui meurt en dernier de Normand Chaurette, Maîtres anciens de Thomas Bernhard, Les Femmes savantes de Molière, Intérieur de Maurice Maeterlinck et Au coeur de la rose de Pierre Perrault, cette dernière présentée au Théâtre du Rideau Vert. En plus d'oeuvrer avec d'importants ensembles comme le Nouvel Ensemble Moderne (NEM), l’Esprit Orchestra de Toronto et la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ), il revient toujours au théâtre, qu'il s'agisse de L'Illiade d'Alexis Martin d'après Homère ou Marie Stuart de Dacia Maraini au TNM ou Sexe, drogue et rock & roll d'Eric Bogosian au Théâtre de Quat'Sous. À l’étranger, plusieurs ensembles interprètent aussi sa musique. Bonne fête, monsieur Gougeon!


1954: Naissance de Robert Caux


Né à Québec et diplômé de l'Université Laval en composition électroacoustique où il a étudié l'orgue baroque, Robert Caux est musicien, compositeur, concepteur sonore et ingénieur de son. Il a fait sa marque sur la scène théâtrale de Québec en créant les univers sonores de nombreuses pièces dont plusieurs productions de Robert Lepage, notamment Les Aiguilles et l'Opium, La Trilogie des dragons et Elsinore pour laquelle il a remporté un Masque en 1995. On lui doit aussi la musique de deuxième film de Lepage, Le Polygraphe. Il a composé autant pour des théâtres jeune public (Théâtre de Sable, Théâtre du Gros Mécano, Marionnettes du Grand Théâtre de Québec, Théâtre des Confettis) que pour le Trident où il a créé des environnements sonores pour un nombre impressionnant de productions, d'auteurs de tous les répertoires. Mentionnons Molière (L'Avare, Le Bourgeois gentilhomme, Dom Juan, Les Fourberies de Scapin), Marie Laberge (Aurélie, ma soeur, Le Faucon), Bertholt Brecht (Le Cercle de craie caucasien, La Vie de Galilée), Michel Tremblay (Les Belles-Soeurs, Bonjour, là, bonjour), Jean-Pierre Ronfard (Falstaff, Don Quichotte), Tennessee WIlliams (Un Tramway nommé Désir) et Anton Tchekhov (La Cerisaie, Les Trois Soeurs). Il travaille aussi sur beaucoup de créations, notamment au Théâtre Niveau Parking (Bureautopsie et Jeanne et les anges de Michel Nadeau, les collectifs Un Sofa dans le jardin et Passion Fast-Food, Terminus d'André Morency) et au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui à Montréal (Le Voyage magnifique d'Emily Carr et Demande de travail sur les nébuleuses de Jovette Marchessault). Bonne fête, monsieur Caux!


1993: Création de Cendres de Cailloux de Daniel Danis, mise en scène de Louise Laprade, au Théâtre Espace GO (Montréal)

Isabelle Miquelon, Paul Savoie, Catherine Sénart et Stéphane Simard sont les premiers à prêter vie à Shirley, Clermont, Pascale et Coco sur les planches d'Espace GO à Montréal.


Quelques mois plus tard, le Théâtre Blanc de Québec présente sa production au Périscope. Dirigée par Gill Champagne, la distribution comporte Linda Laplante, Denis Lamontagne, Nathalie Poiré, Marco Poulin et le musicien Marc Vallée. La production sera aussi présentée au Carrefour international de théâtre de Québec et au Théâtre du Bic à Rimouski.

2004: Décès d’Hubert Loiselle


Né à Montréal le 17 février 1932, le comédien Hubert Loiselle a été formé chez Mme Audet et a eu une carrière formidable qui s'est étalée sur plus de 40 ans sur scène, au petit et au grand écran avant de s'éteindre à 72 ans. On se souvient tout particulièrement de lui pour son mémorable George dans Des Souris et des Hommes de Steinbeck dans le téléthéâtre de Paul Blouin en 1971, aux côtés de Jacques Godin et sur scène chez Duceppe avec Michel Dumont dans une mise en scène de François Barbeau en 1987. Mais bien avant ça, il a été de plusieurs créations de Marcel Dubé, notamment De l'autre côté du mur et Zone, mais aussi Florence, Pour cinq sous d'amour et Bilan. Dans l'enfance, il joue avec les Compagnons de Saint-Laurent. Par la suite, il cofondera le Théâtre de la Marjolaine avec Marjolaine Hébert, une autre figure incontournable du théâtre de Marcel Dubé. Il joue tout autant au TNM qu'au Quat'Sous (dans deux productions de Hamlet, entre autres, la première mise en scène par Jean-Louis Roux, la seconde par Alexandre Hausvater), au Rideau Vert (Un Dimanche à New York de Norman Krasna) et au défunt Théâtre-Club (La Nuit des rois de Shakespeare) que dans la création de Chandeleur de Francine Noël au Théâtre d'Aujourd'hui, Comédie russe de Pierre-Yves Lemieux avec L'Opsis, Le Gars de Québec de Michel Tremblay, d'après Le Revisor de Gogol et La Visite des sauvages d'Anne Legault, ces deux dernières chez Duceppe. Au cinéma, il tournera avec Claude Jutra, Francis Mankiewicz, Charles Binamé et Robin Aubert, le dernier réalisateur à le diriger avant sa mort. Ce film, Saint-Martyr-des-Damnés, lui est d'ailleurs dédié. Sa grande soeur, Hélène, était de quatre ans son aînée.

  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO