• Yanik Comeau

26 avril

C'est le 26 avril et on célèbre tout ce qui a marqué le théâtre québécois en cette journée au fil des années. Place au théâtre !


1952: Naissance d’Hélène Blanchard



Native de Chandler, enseignante de théâtre et de littérature au secondaire et au collégial, Hélène cofonde avec Judith Savard le Théâtre des Confettis, une formidable compagnie de théâtre jeune public établie à Québec. Ensemble, elles en sont codirectrices artistiques et générales depuis la fondation en 1977. Elles ont écrit, mis en scène, joué, créé de nombreux spectacles. Hélène elle-même a joué dans 11 des créations de la compagnie dont plusieurs duos mémorables sur scène avec Judith. Une des particularités du Théâtre des Confettis est d'amener des auteurs et metteurs en scène dans l'univers du théâtre jeunes publics. Dennis O'Sullivan, Brigitte Haenjtens, Robert Lepage, Lise Vaillancourt, Jean-Frédéric Messier, Louise Laprade, Gill Champagne, Louise Bombardier et Philippe Soldevila en sont que quelques-uns. Comme comédienne, avant de lancer l'aventure du Théâtre des Confettis, elle a fait partie de la fameuse Troupe des Treize de l'Université Laval qui a fait naître des carrières d'auteurs et de comédiens. Avec le Théâtre des Confettis, on se souviendra de ses performances dans Hippopotamie de Louise Bombardier (à laquelle elle a aussi participé à l'écriture avec Judith Savard et confié la mise en scène à Brigitte Haentjens), La Balade de Fannie et Carcassonne de Lise Vaillancourt qui a été mise en scène par Nino D'Introna (associé au Teatro Dell'Angolo de Turin, en Italie) et la relecture de Pleurer pour rire de Marcel Sabourin qu'a montée Reynald Robinson en 1990. Bonne fête, Hélène !


1979: Création de A Canadian Play/Une plaie canadienne de Jean-Claude Germain au Théâtre d’Aujourd’hui, rue Papineau (Montréal)


A quelques mois du premier référendum, Jean-Claude Germain monte sa pièce A Canadian Play/Une plaie canadienne dans «son» Théâtre d'Aujourd'hui, un «exorcisme rituel», une pièce «conçue comme un complément québécois au rapatriement canadien de la Constitution». La pièce met en scène Lord Durham (Guy Nadon) qui comparaît dans le cadre d'une commission d'enquête. «Trois de ses héritiers spirituels, Sir Wilfrid Laurier (Denis Bouchard), Louis Stephen Saint-Laurent (Robert Lavoie) et Pierre Elliott Trudeau (Normand Chouinard), chacun de ces premiers ministres ayant sanctionné à sa manière la vision du Canada contenue dans le Rapport Durham.» Denise Guénette complétait la distribution.


1988: Création de L’Île de Marie-Claire Blais dans une mise en scène de Jacques Crête au Théâtre de l’Eskabel (Montréal)


Selon le site leskabel.com qui relate les souvenirs de son directeur fondateur Jacques Crête, c'est Marie-Claire Blais elle-même qui aurait contacté le metteur en scène pour lui proposer le projet qui allait devenir L'Île. «Après La Belle Bête, elle comprend que, pour moi, l’écriture théâtrale est une seconde écriture de l’œuvre littéraire,» explique Crête. «Les images créées sur scène remplacent souvent une page de texte. Elle m’offre donc de travailler ainsi : elle écrit, me fait parvenir le texte au fur et à mesure, j’en suggère le rythme théâtral dans l’espace, je lui retourne le texte et elle travaille sur l’écriture finale.» Le résultat, publié chez VLB Éditeur, verra le jour le 26 avril 1988 au Théâtre de l'Eskabel. La distribution est grande; Thérèse Blais, Jean-Pierre Bourassa, Louise Cartier, Céline Chabot, Jean-Bernard Côté, Paulo Désilets, André Desjardins, Denis Dubois, Denis Durand, Denis Gaudreault, Benoît Geoffroy, Ginette Hébert, Patrick Huneault, Richard Leclercq, Elsa Le Maire, Stéphanie Le Maire, Valérie Le Maire, Marguerite Lemire, Serge Lessard, Patrice Robergeau, Satranga et François Trottier.


1994 : Création de La Foire de la St-Barthélémy d’Antonine Maillet au Théâtre du Rideau Vert (Montréal)


Dans le cadre de son 45e anniversaire, le Théâtre du Rideau Vert présente l'adaptation et traduction de la fresque de Ben Jonson signée par Antonine Maillet. Mise en scène par Guillermo de Andrea, qui assume la direction artistique depuis le décès d'Yvette Brind'Amour, la pièce met en vedette une énorme distribution: Marcel Leboeuf, Gilles Pelletier, Gérard Poirier, Maude Guérin, Antoine Durand, Jean-Pierre Bergeron, Jean-Pierre Chartrand, Monique Mercure, Pierrette Robitaille, Jean-François Gagnon, Lénie Scoffié, Jean Maheux, Marie-Lise Bernier, Paul Cagelet, Roch Jutras et Normand Fauteux. Les concepteurs aussi sont toutes de grosses pointures: Richard Lacroix au décor, François Barbeau aux costumes, Michel Beaulieu aux éclairages et Michel Smith à la musique.



2002: Décès de Sita Riddez

Née à Lyon en France en 1916, elle arrive au Québec à l'âge de 4 ans avec ses parents, tous deux artistes (papa est baryton à l'opéra, maman est pianiste) et ses soeurs Mia (comédienne et auteure) de deux ans son aînée et Lygie (danseuse). Sita meurt à Montréal à 85 ans. Elle aura une formidable carrière de professeure de théâtre, tant en cours privés que comme membre du corps professoral du Conservatoire d'art dramatique de Montréal qu'elle joindra peu de temps après sa fondation en 1954 par Jan Doat et auquel elle sera fidèle pendant plus de 30 ans. Mais elle jouera aussi, surtout dans sa jeunesse. Plusieurs des grandes comédiennes de notre théâtre lui doivent une partie de leur apprentissage. Les Gisèle Schmidt, Denise Pelletier, Andrée Lachapelle la citeront souvent comme mentor. Sa formation à elle, elle l'obtiendra du Conservatoire de Paris où elle reçoit le premier prix d'interprétation. Avant de revenir au Québec, elle partira en tournée dans son pays natal et en Amérique du Sud. Elle sera tellement appréciée que la prestigieuse Comédie-Française lui offrira de joindre ses rangs, mais elle reviendra à Montréal pour retrouver ses proches. Dans les années 40, elle sera épatante dans L'Aiglon et Cyrano de Bergerac de Rostand, dans Athalie de Racine, dans Les Parents Terribles de Cocteau. Dans les années 60, elle participera à deux créations québécoises avec le Théâtre du Nouveau Monde, Les Bois-Brûlés de Jean-Louis Roux au Théâtre Port-Royal de la Place des Arts et La Dale des morts de Félix-Antoine Savard à L'Orphéum. Son héritage est considérable et toutes ses années d'enseignement rayonnent encore sur nos scènes et sur nos écrans.

  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO