• Yanik Comeau

22 mai

Mis à jour : il y a 6 jours

Qu'ont en commun Denise Pelletier, Léo Illial et Tit-Coq de Gratien Gélinas? Le 22 mai, bien sûr... et le théâtre!


1923: Naissance de Denise Pelletier


Née à Saint-Jovite, Denise Pelletier est très influencée par l'environnement stimulant dans lequel elle vit. Son père notaire, éditeur, critique littéraire et sa mère autonome et cultivée exposent Denise et son frère Gilles à la culture et l'art. Denise étudie l'interprétation théâtrale au Montreal Repertory Theatre français et chez Sita Riddez. Elle fait ses débuts à la radio dans Un homme et son péché, participe aux tournées de Vie de famille et joue dans l'un des premiers films québécois, À la croisée des chemins. Avec l'Équipe de Pierre Dagenais, elle joue Cocteau, Salacrou, Jean Despréz, Lomer Gouin puis tâte de Jean Anouilh (Léocadia) et Racine (Britannicus) avec Les Compagnons de saint Laurent. Elle sera de la toute première production du TNM en 1951, le légendaire Avare de Molière joué et mis en scène par Jean Gascon qui devient son ami. Elle multipliera les rôles variés (Mère Courage et ses enfants de Brecht, Oh les beaux jours de Samuel Beckett, La Danse de mort de Strindberg) et deviendra une des plus grandes comédiennes de sa génération. En 1964, elle sera d'Iphigénie, la première production de la Nouvelle Compagnie Théâtrale que vient fonder son frère Gilles Pelletier, sa belle-soeur Françoise Graton et son ami Georges Groulx. Elle jouera sur toutes nos grandes scènes, livrant des performances mémorables tant dans des classiques (Hamlet de Shakespeare, Les Troyennes d'Euripide/Jean-Paul Sartre) que dans des créations de jeunes auteurs émergeants (L'Oeil du peuple d'André Langevin, Le Temps des Lilas de Marcel Dubé qu'elle jouera aussi en anglais, Bonjour, là, bonjour de Michel Tremblay, Mariaagélas d'Antonine Maillet, l'adaptation par Michel Tremblay de L'Effet des rayons-gamma sur les vieux-garçons de Paul Zindel...). En 1975, elle joue Divine Sarah au Festival de Stratford, d'abord en anglais puis en français. Ce sera malheureusement son dernier spectacle. Elle meurt à 53 ans lors d'une opération à coeur ouvert en 1976 peu après avoir reçu le prix Molson du Conseil des Arts du Canada. En faisant l'acquisition du Théâtre Granada, la Nouvelle Compagnie Théâtrale le rebaptise Théâtre Denise-Pelletier et le gouvernement du Québec crée le Prix Denise-Pelletier des arts de la scène.


1933: Naissance de Léo Illial


Né à Paris, la carrière québécoise de Léo Illial, tant à la télé qu'au théâtre et au cinéma (particulièrement en doublage), est un drôle de fruit du hasard. Il commence à jouer sur les scènes parisiennes où il est dirigé par Jean Mercure, Pierre Fresnay et Jean Davy. Pendant un stage à Lyon, il joue L'Ours de Tchekhov, Don César dans Ruy Blas de Victor Hugo et plusieurs autres classiques avec les comédiens de la Comédie-Française. Il tournera aussi avec Sasha Guitry, mais lors d'un voyage en Amérique - il a l'intention d'aller faire carrière aux États-Unis - il s'arrête à Montréal et se lie d'amitié avec Jean Gascon, cofondateur du Théâtre du Nouveau Monde, qui lui donnera du travail et le gardera dans la métropole. Pendant plusieurs années, il jouera cinq à six pièces par année avec le TNM: Amphitryon, L'École des femmes et L'Avare de Molière, La Danse de la Mort d'August Strindberg, Arsenic et vieilles dentelles de Joseph Kesselring, Zoo Story d'Edward Albee et il sera le Duc Orsino dans La Nuit des rois de Shakespeare, entre autres. Il sera aussi de quelques créations québécoises marquantes dont Bois-Brûlés de Jean-Louis Roux dans laquelle il incarne Louis Riel, le personnage principal, Les Traitants de Guy Dufresne, Klondyke de Jacques Languirand, La Passion et le Manteau de Galilée (mise en scène de Paul Buissonneau) et Bilan de Marcel Dubé. On le verra aussi au Quat'Sous et au Théâtre du Rideau Vert dans des pièces de Francis Veber, de René de Obaldia, de Jean Giraudoux, d'André Roussin, de Barillet et Grédy, de Pedro Calderón de la Barca,... La télé fera de lui une grande vedette (Filles d'Eve, D'Iberville, Les Forges de Saint-Maurice, Les Berger, Une vie..., La Maison Deschênes, Lance et compte) et le concours organisé par Lise Payette le couronne Plus Bel Homme du Québec. Sa voix et sa diction seront également exploitées en doublage où il est la voix française de Christopher Lee, Henry Cordon, Leslie Nielsen, Roger Moore et Michael York dans quelques films. Il meurt tragiquement dans un accident de voiture à l'âge de 63 ans à Seillans, en France, en 1996.


1948: Création de Tit-Coq de Gratien Gélinas au Monument National (Montréal)



Gratien Gélinas signe la mise en scène de la création de sa pièce Tit-Coq, écrite autour du personnage d'un jeune soldat orphelin comme son conscrit dans Les Fridolinades. C'est d'ailleurs des Monologues du conscrit dont il s'inspire. Comme dans les revues Fridolinons, il joue aussi le rôle principal. Dans la première distribution, c'est Muriel Guilbault qui joue Marie-Ange (Monique Miller jouera le personnage dans le film), Clément Latour assume le rôle de Jean-Paul, Albert Duquesne celui du Padre, Fred Barry et Amanda Alarie sont les parents Désilets, Juliette Béliveau la tante Clara, George Alexander le Commandant, Juliette Huot incarne Germaine et Mary Barclay joue Rosie. La pièce connaîtra un tel succès qu'en mai 1949, on en donnera la 200e représentation au Théâtre Gesù.


Tit-Coq est probablement le premier des classiques de notre théâtre. La Nouvelle Compagnie Théâtrale fera appel à Gratien Gélinas pour remonter sa pièce en 1981 et ce sont 107 représentations qui seront données de cette nouvelle production mettant en vedette Daniel Gadouas (Tit-Coq), Gilbert Sicotte (Jean-Paul), Pierre Dufresne (Le Padre), Sylvie Gosselin (Marie-Ange), Rita Lafontaine (Germaine), Denise Proulx (La mère Désilets), Jean-Pierre Masson (le père Désilets), Janine Sutto (tante Clara), Bertrand Gagnon (le Commandant) et Wendy Dawson (Rosie). J'ai eu la chance d'assister à cette production alors que j'étais en 2e secondaire avec ma classe du Collège Jean-de-Brébeuf. Un souvenir indélébile.


2020: Décès d'André Cartier

Né le 24 décembre 1945, le comédien André Cartier a fait ses études à l'École Nationale de Théâtre du Canada. Surtout connu pour ses rôles à la télé dans des séries jeunesse qui se sont étalées sur trois décennies (Les Oraliens, Youhou, Passe-Partout, Pop Citrouille...), il a aussi joué au théâtre, notamment dans la comédie musicale de Louis-Georges Carrier et Claude Léveillée, Les Posters, mise en scène par Richard Martin au Théâtre du Rideau Vert en 1968, dans la comédie-farce de Jacinto Benavente inspirée de la Commedia Dell Arte, Les Intérêts créés, mise en scène par Yvette Brind'Amour aussi au Rideau Vert en 1969 et dans Papineau Rides Again de Marc F. Gélinas dans une mise en scène de Jean-Guy Moreau au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui en 1972. André Cartier est décédé des suites d'un cancer dans sa résidence de Dunham en Estrie.

  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO