• Yanik Comeau

6 janvier

Mis à jour : janv. 4

Théâtralités présente les éphémérides du théâtre québécois pour le 6 janvier. Que le rideau se lève!

1952: Naissance de Jean-Pierre Bergeron


Je n'oublierai jamais la prestation de Jean-Pierre Bergeron dans Glengarry Glen Ross de David Mamet à La Licorne en 1989 dans une mise en scène de Fernand Rainville ni dans Névrose à la carte (Beyond Therapy) qui m'a fait découvrir et adorer le théâtre de Christopher Durang. Je garde un souvenir tendre de sa prestation dans Vendredi soir, la comédie musicale qu'il a coécrite avec Ghyslain Tremblay et qui connaîtra de nombreuses reprises au fil des années. Né à Jonquière et diplômé de l'École Nationale de Théâtre du Canada en 1971, il participe à des productions mémorables avant même que je sois assez grand pour aller au théâtre des grands, dont la reprise (qui était en réalité la véritable création) de La Charge de l'orignal épormyable de Claude Gauvreau au TNM dans une mise en scène de Jean-Pierre Ronfard, Zone de Marcel Dubé à la NCT dans une mise en scène de Paul Blouin, et la création de Le Procès de Jean-Baptiste M. de Robert Gurik. Comme auteur, on lui doit le solo Macho Man que Germain Houde a joué au Quat'Sous et comme metteur en scène, Le Théâtre de la Maintenance de Jean Barbeau au Théâtre Denise-Pelletier en 1988. À la télé, il se démarque dans Montréal, P.Q., Omertà, Le Dernier Chapitre.., multipliant les rôles de composition. On le verra aussi dans Trauma (ah, ce chirurgien bourru!), Mensonges, Vertige, Escouade 99 et Faits divers dans lequel il joue l'innoubliable Yvan-Gilles Savard. Au cinéma, il tourne avec Francis Mankiewicz dans Les Bons Débarras, Éric Tessier dans Sur le seuil et Ken Scott dans Les Doigts croches, Mathusalem, L'Assassin jouait du trombone, Les 4 Soldats, entre autres. Il tourne aussi en anglais, on entend sa voix dans des pubs radio et télé (il a été la voix de Hyundai pendant de nombreuses années) et il donne des ateliers de jeu et de voix très courus aux Ateliers qui portent son nom. Bonne fête, Jean-Pierre!

photo: Carl Thériault



1954: Naissance de Claude Goyette

Le scénographe Claude Goyette est un des concepteurs les plus respectés du théâtre québécois depuis qu'il a terminé sa formation à l'Option-Théâtre du Cégep Lionel-Groulx en 1975. Il a conçu plus d'une centaine de décors de théâtre. Les metteurs en scène se l'arrachent! Originaire de Montréal, il possède un CV bourré de noms prestigieux comme André Brassard, Denis Marleau, René Richard Cyr, Daniel Roussel, Pol Pelletier, Martin Faucher, Alice Ronfard... Il a créé le décor de miroirs pour la mise en scène d'Olivier Reichenbach de La Double Inconstance de Marivaux au TNM, l'escalier pour la reprise d'Albertine, en cinq temps mise en scène par Martine Beaulne à l'Espace GO et la scénographie de la création de Nelligan, l'opéra de Michel Tremblay et André Gagnon mis en scène par Brassard. Son travail avec Marleau a été reconnu deux fois plutôt qu'une par l'Association des Critiques de Théâtre (Cantate grise de Beckett en 1990 et Maîtres anciens de Bernhard (1995). Il a signé les décors de créations québécoises mémorables (Le Voyage du couronnement de Michel Marc Bouchard au TNM en 1995) tout autant que de classiques comme le Macbeth de Verdi pour l'Opéra de Montréal (2009) et Opera Australia (2011). Bonne fête, monsieur Goyette!


1993: Création de Un Monde nouveau d'Élizabeth Bourget et Jean-Luc Denis, dans une mise en scène de Jean-Luc Denis, présentée à la Salle Fred-Barry de la Nouvelle Compagnie Théâtrale (Montréal) par Groupe Multidisciplinaire de Montréal


Sur scène, Suzie Marinier, Luc Morissette, Jean-Stéphane Roy, Sophie Vajda et Benoit Vermeulen.

34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout