• Yanik Comeau

20 novembre

Mis à jour : nov. 23

Bonne fête à Marc Labrèche en ce 20 novembre. Célébrons notre théâtre au quotidien sur Théâtralités!


1960 : Naissance de Marc Labrèche

Photo: Radio-Canada


Comédien, animateur, humoriste, Marc Labrèche est un enfant de la balle. Fils du comédien, metteur en scène et professeur de théâtre Gaétan Labrèche, il a commencé à la télé et sur scène dans l'enfance et l'adolescence. On le verra dans Quelle famille, Boogie Woogie 47 et quelques téléthéâtres avant que le théâtre musical de Marc Drouin et Robert Léger, Pied de poule, le propulse dans le limelight du showbiz québécois. Lorsqu'il commencera à faire des chroniques à l'émission Beau et Chaud de son ami Normand Brathwaite à Radio-Québec, on découvrira l'ampleur de son charisme et de son talent et rapidement, l'animation télé s'ouvrira à lui: La Fin du monde est à sept heures, Le Grand Blond avec un show sournois, Fric Show, 3600 secondes d'extase, Info, sexe et mensonges, Cette année-là... Il anime, joue, parodie... sans parler de ses prestations comme comédien à la télé dans Chop Suey, La Petite Vie, Le Coeur a ses raisons, Les Bobos, On parle encore, 3o ans plus tard, de sa dramatique Avec un grand A dans laquelle il jouait avec son père. Au cinéma, il a joué des rôles comiques, bien sûr, (Ding et Dong, le film, L'Assassin jouait du trombone, Matusalem, Matusalem II, L'Odyssée d'Alice Tremblay) mais aussi des rôles plus dramatiques dans Le Coeur au poing, Monica la Mitraille, Les États-Unis d'Albert, L'Âge des ténèbres et L'Enfant prodige. Il a aussi eu la chance d'exploiter sa palette dans de nombreux doublage, prêtant sa voix à Krusty le Clown dans Les Simpson pendant plusieurs saisons, à la souris Toupie dans Toupie et Binou, au cochon d'Inde Néo dans Cochon dingue, à Olaf dans La Reine des neiges et La Reine des neiges 2, à Jim Carrey dans Ace Ventura mène l'enquête et Le Grincheux, à Donatello dans Les Tortues Ninja et à Gru dans Détestable Moi pour n'en nommer que quelques-uns. Au théâtre, il aura été de Harold et Maude au Rideau Vert en 1979, Les Fourberies de Scapin au TNM en 1986, la création de Import-Export du Théâtre Il va sans dire en 1988, la création de Gala de Jean-Pierre Ferland dans laquelle il jouait Salvador Dali, le rôle-titre dans Frankenstein au Théâtre Denise-Pelletier en 1992, en plus de jouer Serge dans Art de Yasmina Reza au Rideau Vert, Le Cryptogramme de David Mamet et Variations sur un temps de David Ives au Quat'Sous en 1996, pièce qu'il jouera à nouveau en 2004. On se souviendra aussi qu'il a repris Les Aiguilles et l'Opium, le solo de Robert Lepage, jouant cette pièce pendant deux ans en tournée aux États-Unis, au Japon et en Europe entre 2013 et 2015. Bonne fête, Marc!


1977: Création de Ste-Icitte de demain de René Marcotte dans une mise en scène de René Marcotte et d’Anouk Simard au Centre d’essai Le Conventum


création

  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO