• Yanik Comeau

16 mai

Mis à jour : mai 18

Des naissances et des créations ont marqué le 16 mai au fil des années. Bonne fête à deux directeurs artistiques, comédiens, metteurs en scène, Denise Filiatrault et Martin Faucher!


1931: Naissance de Denise Filiatrault


Photo: Jean-François Bérubé


Née à Montréal, Denise Filiatrault est une bête de scène qui a commencé sa carrière dans le dur milieu des cabarets et du Music Hall. Elle travaille avec Paul Berval au Beu qui rit, chante, danse, joue. Elle deviendra rapidement une redoutable touche-à-tout qui multiplie les succès. La télé lui ouvrira ses portes d'abord comme comédienne (elle sera la Délima des Belles Histoires des pays d'en haut) mais plus tard comme scénariste. Après avoir accédé au firmament du showbiz québécois avec sa complice Dominique Michel dans la comédie révolutionnaire Moi et l'autre de Gilles Richer dans les années 60 et nous avoir laissé des numéros d'anthologie dans quelques Bye Bye, elle écrira, réalisera et jouera dans Chez Denise, Denise... aujourd'hui et le retour de Moi et l'autre. Au cinéma, elle sera renversante dans La Mort d'un bûcheron de Gilles Carle et Il était une fois dans l'Est d'André Brassard après avoir été une des pierres angulaires du succès de la création des Belles-Soeurs de Michel Tremblay. Au cinéma, à quatre-vingts ans passés, elle éblouira encore dans C'est le coeur qui meurt en dernier réalisé par son gendre, Alexis Durand-Brault. Se découvrant une véritable passion pour la mise en scène, la direction d'acteurs, l'écriture (ou la réécriture, voire le resserrement d'oeuvres!), elle fera également du cinéma, d'abord avec C't'à ton tour, Laura Cadieux, le roman de Tremblay qui avait déjà été adapté en monologue pour la scène mais qu'elle transforme en film à plusieurs personnages avec la bénédiction de l'auteur, puis La Suite et la série télé qui connaîtront aussi de beaux succès avec tour à tour Ginette Reno et Lise Dion dans le rôle titre. Elle écrira les épisodes d'Alys Robi, la minisérie télé mettant en vedette Joëlle Morin, puis écrira et réalisera le film Ma Vie en cinémascope (toujours sur Alys Robi) avec Pascale Bussières. Au théâtre, elle mettra en scène une multitude de comédies, entre autres, pour Juste pour rire, des classiques comme des contemporaines (La Cage aux folles, Le Dindon, Les Fourberies de Scapin, Le Bourgeois Gentilhomme, Les Palmes de M. Schutz...), ressuscitera Les Fridolinades de Gratien Gélinas au Centre National des Arts et au Théâtre du Rideau Vert puis accédera à la direction artistique de ce théâtre en 2004 au moment où la compagnie bat de l'aile. Rapidement, le vent tourne, le public regagne son siège et avec des idées comme Revue et corrigée, le Bye Bye annuel du théâtre sur scène, des musicals américains traduits avec la complicité d'Yves Morin, souvent en coproduction pour des tournées (Sweet Charity avec Marie-Ève Beaulieu, Neuf avec Serge Postigo, Un Violon sur le toit avec Martin Larocque, My Fair Lady avec Catherine Sénart, Irma la douce avec Karine Vanasse, Cabaret avec François Papineau et Sylvie Moreau, Une vie presque normale avec Benoit McGinnis...), le Rideau Vert reprend le chemin de la rentabilité et de la fidélité du public. À 89 ans, elle fait toujours de la mise en scène (Le Schpountz d'Emmanuel Reichenbach d'après Pagnol) et a toujours le doigt sur le pouls du public. Bonne fête, grande dame!




1962: Naissance de Martin Faucher



Comédien, metteur en scène, auteur, professeur de théâtre, directeur artistique du FTA- Festival TransAmériques, Martin Faucher est né à Granby et a reçu sa formation à l'Option-Théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe. En 1988, il montre une facette de son talent que le public et la critique adoptera sur-le-champ. Il adapte et met en scène un spectacle inoubliable à partir de l'oeuvre de Réjean Ducharme, À quelle heure on meurt qui lui méritera le prix Révélation de l'Association québécoise des critiques de théâtre. À partir de ce moment, tout le monde se l'arrachera. Il signera une quarantaine de mises en scène à ce jour, faisant découvrir l'oeuvre de Carole Fréchette - Les Sept Jours de Simon Labrosse, Le Collier d'Hélène, Les Quatre Morts de Marie -, revisitant l'oeuvre de Ducharme avec deux spectacles solos pour Markita Boies, La Fille de Christophe Colomb et Autour du Lactume, montant deux des trois volets de la trilogie Les Désarrois amoureux de Pierre-Yves Lemieux chez Duceppe, s'associant au Théâtre Bouches Décousues pour mettre en scène deux pièces de Jasmine Dubé, La Bonne Femme (dirigeant l'auteure) et Pierrette Pan, ministre de l'enfance et des produits dérivés. Il créera Yukonstyle de Sarah Berthiaume au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui et retrouvera la plume de cette jeune auteure pour la toute aussi merveilleuse Antioche produite par le Théâtre Bluff pour la jeunesse. On ne peut pas oublier l'incroyable succès du Mystère d'Irma Vep de Charles Ludlam avec Éric Bernier et Serge Postigo qui a multiplié les reprises et les tournées... jusqu'à être reprise 15 ans plus tard en 2019. Martin Faucher a été président du Conseil Québécois du Théâtre, a siégé au conseil d'administration du Centre des auteurs dramatiques et dirige toujours le Festival TransAmériques qui a malheureusement dû annuler son édition 2020 à cause de la #covid19. Bonne fête quand même, Martin !


1974: Création de Mariaagélas d’Antonine Maillet d’après son roman du même titre au Théâtre du Rideau Vert (Montréal).


Antonine Maillet était déjà un des auteurs fétiches du Théâtre du Rideau Vert quand, pour son 25e anniversaire, Yvette Brind'Amour a voulu mettre une de ses pièces à l'affiche. L'auteure a proposé une adaptation de son roman Mariaagélas qui a été montée par un metteur en scène qui connaissait déjà bien son oeuvre, Roland Laroche. La grande Michelle Rossignol endossait le rôle-titre, entourée de Paul Guèvremont (Gélas, son père), Denise Pelletier, Kim Yarochevska, Yvon Dufour, Aubert Pallascio, Colette Courtois, Madeleine Sicotte, René Gagnon, Pierre Dufresne, Eugène Gallant, Éric Gaudry, Anne-Marie Ducharme, Gilles Cloutier, Philippe Reynal et Antoine Patenaude. Des années plus tard, dans un documentaire qui lui est consacré, Antonine Maillet a avoué ne pas avoir été satisfaite de ce qu'elle avait fait de cette adaptation et que c'est pour ça que, sept ans plus tard, Mariaagélas avait droit à une nouvelle adaptation, une nouvelle version intitulée La Contrebandière, créé aussi au Rideau Vert le 30 avril 1981.


1978: Création de À ma mère, à ma mère, à ma mère, à ma voisine (collectif du Théâtre Expérimental des Femmes)

Présentée au Théâtre Expérimental de Montréal, cette création collective de Louise Laprade, Dominique Gagnon, Pol Pelletier et Nicole Lecavalier était une production du Théâtre Expérimental des Femmes qui allait devenir Espace GO. Elle a été présentée jusqu'au 11 juin. La pièce a été publiée aux Éditions du Remue-Ménage.

  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO