top of page
  • Yanik Comeau

11 octobre

Dernière mise à jour : 12 oct. 2022

Naissances, créations, tristes décès: Théâtralités vous informe quotidiennement sur ce qui a marqué le calendrier du théâtre québécois au fil des années!


1969: Naissance de Marie-Hélène Thibault

Née à Trois-Rivières, Marie-Hélène Thibault termine ses études à l'École Nationale de Théâtre du Canada en 1994. À la télévision, elle se fait connaître tant du côté comique avec le rôle de Sophie dans la sitcom Catherine aux côtés de Sylvie Moreau que du côté dramatique avec des séries comme L'Ombre de l'épervier et Providence. On la verra aussi dans la comédie dramatique Les Étoiles filantes, dans les séries Le Gentleman et Aveux et dans les comédies Toi et moi, Web thérapie, L'Heure bleue et File d'attente. Au théâtre, elle participe à de nombreuses productions dont plusieurs créations: Couples de Frédéric Blanchette, Coma Unplugged de Pierre-Michel Tremblay (Masque 2007 de la Production Montréal), Le Soir de la dernière d'Isabelle Doré, l'adaptation de Le Déclin de l'empire américain par le Théâtre PàP, Emovere de Pascal Chevarie, Masculin/féminin de Michel Laprise et presque toutes les pièces de son conjoint, l'auteur François Archambault, notamment La Société des loisirs, 15 secondes, Les Gagnants, La Nostalgie du paradis, La Montagne, Tu te souviendras de moi, Une Mort accidentelle (ma dernière enquête) et Quelque chose comme une grande famille. On a aussi pu la voir dans Cyrano de Bergerac de Rostand, Le Journal d'Anne Frank d'Eric-Emmanuel Schmitt et L'Histoire du Roi Lear de Shakespeare au TNM, La Preuve de David Auburn, Fleurs d'acier de Robert Harling et Disparu.e.s de Tracy Letts chez Duceppe, Amour/Argent de Dennis Kelly à La Licorne et Mauvais goût de Stéphane Crête à Espace Libre. Elle a également participé au National d'impro Juste pour rire et a fait partie de la LNI. Bonne fête, Marie-Hélène!


1973: Création de Québec, printemps 1918 de Jean Provencher et Gilles Lachance, dans une mise en scène de Paul Hébert, une production du Théâtre du Trident (Québec) présentée à la Salle Octave-Crémazie du Grand Théâtre de Québec


Relatant les pires émeutes de l'histoire de la Ville de Québec, cette création de Jean Provencher et Gilles Lachance mettait en vedette Yves Massicotte, Claude Préfontaine, Aubert Pallascio, Éric Gaudry, Yvon Poirier, Janine Angers, Denise Dubois, Yolande Binet, Jean-Pierre Masson, Rolland Bédard, Lionel Villeneuve, Basil Fitzgibbon, Pierre Héral, Hubert Gaudry, Michel Gariépy, Véronique Aubut, Réjean Gauvin, Jean Ricard, Michel Forget, Jacques Morin, Noël Moisan, Raoul Bastarache, Georges Delisle et René Constantineau.


1994: Création d’Eddy de Jean-Marc Dalpé dans une mise en scène de Brigitte Haentjens à la Nouvelle Compagnie Théâtrale (Montréal)


Pour créer la nouvelle pièce de son complice du Théâtre du Nouvel-Ontario, Brigitte Haentjens s'entoure d'une distribution cinq étoiles: Robin Aubert, Luc Bourgeois, Sophie Clément, Pierre Collin, Pierre Lebeau et Luc Proulx.



2005: Création de Filles de guerres lasses de Dominick Parenteau-Lebeuf dans une mise en scène de Caroline Binet, une production du Théâtre Baraka à la salle Jean-Claude-Germain du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui (Montréal)

La Salle Jean-Claude-Germain du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui accueille Baraka Théâtre pour la création de cette pièce dense et riche signée Dominick Parenteau-Lebeuf. Paule Baillargeon, Bénédicte Décary, Marie-Ève Desroches, Ève Duranceau, Martin Dion, Christophe Rapin et Éric Robidoux. Les archives du Théâtre d'Aujourd'hui résument ainsi la pièce: «Elles sont quatre. Quatre icônes féminines de la modernité. Quatre héroïnes enrôlées dans des combats qui les ont consumées. Quatre peaux rompues, prêtes pour la mue. Quatre chutes dont les enjeux sont l’identité même de celles qui tombent et l’état de leur monde lorsqu’elles se relèveront. Elles sont quatre. Quatre polyphonies dramatiques — Vive la Canadienne !, Vices cachés, Nacre C et Catwalk, sept voix pour sept voiles — mettant en scène quatre champs de bataille, quatre corps piégés, terrifiés, parés, profanés, quatre voix de tête, de ventres, de muscles et de jambes, quatre essences de fille hautement inflammables et le chœur de ceux qui les entourent. Elles sont quatre. Et écœurées de se battre. Elles sont les Filles de guerres lasses.» Photos: Yanick Macdonald


2018 : Décès de Johanne Fontaine

Née le 4 avril 1955 à Sainte-Thérèse, la comédienne Johanne Fontaine aura eu une belle carrière comme interprète avant d'être happée par un cancer qu'elle aura combattu longtemps et avec beaucoup de courage. En fait, elle ne laissera pas la maladie prendre le dessus sur elle et non seulement continuera-t-elle à travailler, mais elle écrira un livre et partira en tournée de conférences. Mais avant tout ça, elle fera ses études en théâtre au Cégep Lionel-Groulx en 1975 et retournera y enseigner de 1985 à 2000. À la télé, elle commencera dans Au jour le jour à Radio-Québec et Jeune délinquant à Radio-Canada, sera de quelques séries jeunesse (Robin et Stella, Les Aventures de la Courte Échelle) et de plusieurs séries et téléromans dont Ent'Cadieux, ZAP, Avec un grand A, KM/H, Réseaux, Fred-Dy, Les Invincibles, Les Bougons, 30 Vies, Les Pêcheurs, Ruptures jusqu'à L'Imposteur pour lequel elle recevra le Gémeaux du meilleur rôle de soutien féminin dans une série dramatique en 2018. Au cinéma, elle a tourné avec Yves Desgagnés (Idole instantanée, Roméo et Juliette), Jean Beaudin (Le Matou, Nouvelle-France), Brigitte Sauriol (Laura Laur), Luc Dionne (Aurore), Paule Baillargeon (Solo), Denise Filiatrault (C'tà ton tour, Laura Cadieux) et Éric Tessier (Vendus). Au théâtre, elle est cofondatrice avec son amie Danielle Proulx d'Organisation Ô, un théâtre de femmes qui monte une série de pièces et de créations collectives engagées dont Blanche de Sylvie Prégent, De force, je déchire ma camisole et Kié-Con-Pétan. Elle est de plusieurs autres créations marquantes sur différentes scènes, notamment Pleurer pour rire de Marcel Sabourin avec La Marmaille, Je ne t'aime pas de Louise Roy et Yves Desgagnés par Médium Médium à la Salle Fred-Barry, Fêtes d'automne de Normand Chaurette au TNM, Sauce brune de Simon Boudreault par Simoniaques Théâtre à Espace Libre et les solos Y a-t-il une guérilla dans la salle? d'Hélène Pedneault qu'elle conçoit avec l'auteure et Pirandella qu'elle conçoit avec Patricia Nolin. Elle travaille beaucoup avec Alice Ronfard qui la dirige dans La Tempête de Shakespeare, L'Annonce faite à Marie de Claudel, Henri IV de Pirandello et Électre, Électra qu'Alice Ronfard conçoit pour Artfacte et le Festival de Théâtre des Amériques. Elle a aussi été mémorable dans le rôle de la Femme de Curley dans Des Souris et des Hommes de Steinbeck chez Duceppe en 1987, Chute libre de Laura Harrington au Café-théâtre La Licorne et La Vie continue d'Yvan Bienvenue au Théâtre Prospero. Elle a été la conjointe du comédien Roger Joubert décédé en 2010. Johanne avait 63 ans lorsqu'elle s'est éteinte entourée de membres de sa famille en 2018.


2022: Décès d'André Brassard


Montréalais jusqu'au bout des ongles, André Brassard est né le 27 août 1946 et se forme comme comédien auprès de Mme Audet avant de fonder le Mouvement Contemporain qui opérera de 1965 à 1968 et qui sera une des troupes à former le Centre du Théâtre d'Aujourd'hui. Il deviendra bien sûr un de nos plus importants metteurs en scène, débutant dès l'âge de 20 ans. Dès ses débuts, il se passionne pour Genet, Beckett, Shakespeare, les Grecs et son nom est étroitement lié à celui de Michel Tremblay dont il montera fidèlement toutes les créations à partir des Belles-Sœurs en 1968. Leur collaboration, tant pour les pièces de Tremblay que pour ses adaptations d'Aristophane (Lysistrata), Dario Fo (Mistero Buffo), Anton Tchekhov (Oncle Vania), Paul Zindel (L'Effet des rayons gamma sur les vieux-garçons), Tennessee Williams (Le Pays du Dragon) ou Roberto Athayde (Mademoiselle Marguerite), comédie musicale (Demain matin, Montréal m'attend) ou opéra (Nelligan), est légendaire et ne s'essoufflera jamais, seule la santé de Brassard ayant raison de leur grande fidélité. Brassard a non seulement monté presque tout Tremblay, il l'a aussi monté en anglais et a aussi signé d'autres mises en scène à Stratford et ailleurs dans la langue de Shakespeare. C'est un AVC qui aura raison de sa carrière. Étrangement, ses deux dernières mises en scène ne seront pas des Tremblay. Il montera Oh les beaux jours de Samuel Beckett avec Andrée Lachapelle et Roger La Rue (2008) et la création mondiale en français d'Une Truite pour Ernestine Shuswap (2009) de Tomson Highway, toutes deux à Espace Go. En plus des mythiques créations d'À toi, pour toujours, ta Marie-Lou, En pièces détachées, Bonjour, là, bonjour, Les Anciennes Odeurs, Albertine, en cinq temps, Le Vrai Monde?, La Maison suspendue, Marcel poursuivi par les chiens, Messe solennelle pour une pleine lune d'été et des reprises mémorables aussi, il ne se limite pas à créer Tremblay. Il signe les premières mises en scène de Le Marquis qui perdit de Réjean Ducharme au TNM, Quatre à quatre de Michel Garneau au Quat'Sous, Les Muses orphelines de Michel Marc Bouchard au Théâtre d'Aujourd'hui de la rue Papineau, Les Feluettes de Michel Marc Bouchard à la Salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier, La Gloire des Filles à Magloire d'André Ricard au Trident, Jusqu'au Colorado de Jérôme Labbé, Les Reines de Normand Chaurette et Les Mains d'Edwige au moment de la naissance de Wajdi Mouawad au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui pour n'en nommer que quelques-unes. En plus des auteurs déjà nommés, il explore des dramaturges de partout dans le monde. Chez nous, bien sûr (Françoise Loranger, Marcel Dubé, Gratien Gélinas, Normand Chaurette, Victor-Lévy Beaulieu) mais de tous les répertoires, de toutes les époques: Euripide, Corneille, Arthur Miller, Brecht, Feydeau, Racine, Camus, Slawomir Mrozek, Brad Fraser. Avec Tremblay, il fera aussi du cinéma: Françoise Durocher, waitress (1972), Il était une fois dans l'Est (1973) et Le Soleil se lève en retard (1976). Directeur artistique du Théâtre français du Centre National des Arts de 1982 à 1990 et directeur artistique de la section française de l'École Nationale de Théâtre du Canada de 1992 à 2000, André Brassard a reçu une quantité innombrable de prix, d'honneurs de distinctions: Prix Gascon-Roux pour ses mises en scène de Les Feluettes ou La Répétition d'un drame romantique de Michel Marc Bouchard et En attendant Godot de Samuel Beckett, le Prix Denise-Pelletier (Prix du Québec) et le Prix Victor-Morin remis par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal pour sa contribution exceptionnelle au théâtre québécois. Tristement affaibli par la maladie et forcé à prendre sa retraite, son influence se fait néanmoins toujours sentir chez plusieurs metteurs en scène des générations suivantes qui marquent maintenant le théâtre à leur façon, en partie grâce à lui. En juin 2021, il était récipiendaire de l'Ordre des Arts et des Lettres du Québec. Il a 76 ans au moment de son décès.

62 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page