• Yanik Comeau

12 octobre

Dernière mise à jour : oct. 26

Le 12 octobre marque l'anniversaire de la comédienne Danielle Proulx et de belles créations dont un des grands classiques de notre théâtre qui rayonne aux quatre coins de la planète. Rideau!


1952: Naissance de Danielle Proulx


C'est à l'Option-Théâtre du Cégep Lionel-Groulx en 1974 que Danielle Proulx a complété sa formation en interprétation. Depuis ce temps, elle mène une carrière remarquable, autant à la télé qu'au cinéma et sur scène. Entre la Isabelle de Jamais deux sans toi et Les Héritiers Duval et la Cornemuse des enfants, il y avait déjà tout un monde, mais que dire du contraste entre la Henriette Boulier d'Unité 9 et la Grand-Mère de la nouvelle mouture de Passe-Partout ? On a aussi pu la voir au petit écran dans Sous le signe du Lion, Mon meilleur ennemi, ZAP, Lance et Compte, Aveux, 30 Vies, Lâcher prise, Fugueuse et Une Autre Histoire. Au cinéma, ses performances saisissantes dans Portion d’éternité (prix d’interprétation au Festival des Films du Monde de Montréal, 1989), Amoureux fou, L’Enfant d’eau, Truffes, Le Déserteur, Monsieur Lazhar et l'inoubliable C.R.A.Z.Y. de Jean-Marc Vallée (meilleure actrice dans un rôle de soutien au Gala Québec Cinéma et aux Prix Génie en 2006). Son parcours théâtral jalonne autant le théâtre expérimental que les répertoires classiques et contemporains, les créations et les relectures modernes d'oeuvres classiques. Ainsi, elle travaille avec Jean-Pierre Ronfard et Robert Gravel au Théâtre Expérimental de Montréal et au NTE (Vie et mort du roi boiteux, La Californie, Matines: Sade au petit déjeuner), Alice Ronfard (La Tempête de Shakespeare), Michel Laprise (Tonalités et Masculin/Féminin), Denis Bernard et Luce Pelletier (Les Trois Sœurs de Tchekhov), Lorraine Pintal (les créations de Gens du silence de Marco Micone et Stabat Mater II de Normand Chaurette) Serge Denoncourt (Les Belles-Sœurs de Michel Tremblay), Robert Bellefeuille (Vincent River de Philip Ridley et L’Opéra de Quat’Sous de Brecht), Michel Poirier (Faits pour s'aimer de Joe Bologna et Renée Taylor dont elle assure la traduction et adaptation, Enfant insignifiant! de Michel Tremblay), Justin Laramée qui la dirige dans sa pièce Transmission, Daniel Brière et Alexis Martin dans L’Histoire révélée du Canada français 1608-1998 et Le Pain et le Vin, Gregory Hlady dans La danse de mort de Strindberg et Le Joueur de Dostoïevski et Florent Siaud (Don Juan revient de la guerre d'Odön von Horvath). Dans les dernières années, elle a multiplié les rôles au théâtre plus que jamais, participant aux créations de L'Espérance de vie des éoliennes de Sébastien Harrisson chez Duceppe, Centre d'achats d'Emmanuelle Jimenez au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui, Il faudra bien qu'un jour de Stéphanie Labbé à La Licorne et en 5 à 7 chez Duceppe, au fascinant Cr#%# d'oiseau cave d'Aaron Posner (relecture de La Mouette de Tchekhov) et, lorsque la première vague de #COVID19 a frappé, elle jouait Les Enfants de Lucy Kirkwood chez Duceppe. Bonne fête, Danielle!


1977: Création professionnelle de Abriés désabriées de Michel Garneau dans une mise en scène de Daniel Simard par le Théâtre de la Manufacture au Centre d’essai de l’Université de Montréal


Louise Gamache, Yves Labbé, Robert Lalonde, Jacques Lavallée, Michelle Léger, Robert Marien, Christiane Raymond, Anouk Simard et les musiciens Michel Dubuc et Pierre Murray composaient la distribution de cette première production de la pièce de Michel Garneau. Le Théâtre de la Manufacture n'était pas encore installé au Café-Théâtre La Licorne du boulevard Saint-Laurent et présentait ses spectacle au Centre d'essai de l'Université de Montréal, incubateur de plusieurs créations importantes de l'époque. La pièce a été publiée chez VLB Éditeur en 1979 avec L'Usage du coeur dans le domaine réel.


1977: Création de Le Fleuve au cœur de Danielle Bissonnette, Léo Munger et Manon Vallée dans une mise en scène de Manon Vallée au Café-Théâtre Le Hobbit (Québec)


Écrite collectivement par les deux comédiennes Danielle Bissonnette, Léo Munger et la metteure en scène Manon Vallée, la pièce était d'abord présentée à Québec puis reprise à Montréal deux ans et demi plus tard au 1er Festival de Créations de Femmes au Théâtre Expérimental des Femmes le 26 mai 1980. La pièce mettait en scène Danielle Bissonnette et Léo Munger. L'année suivante, elle était publiée dans la collection Théâtre Leméac.


1983: Création de La Basse-Cour de Roger Parent, dans une mise en scène de Claude Binet, au Théâtre La Bordée (Québec)


Jacques Leblanc, Francine Lafontaine, Gaston Hubert, Louis-Georges Girard, Richard Fréchette et Ghislaine Vincent composaient la distribution de cette création.


1984: Création d’Albertine, en cinq temps de Michel Tremblay dans une mise en scène d’André Brassard, une coproduction du Théâtre du Rideau Vert (Montréal) et du Théâtre français du Centre National des Arts (Ottawa) au Studio du CNA


Avant d'être présenté à Montréal, le «nouveau» Tremblay, qui s'avérera un de ses ultimes chefs d'oeuvre - le chef d'oeuvre de sa carrière pour certains -, prendra l'affiche du Studio du Théâtre français du Centre National des Arts à Ottawa dans le cadre de la série «Studio - En première mondiale». Rappelons que cette création est arrivée pendant le mandat de Brassard à la direction artistique du Théâtre français du CNA, ce qui explique la coproduction inévitable. La pièce connaîtra 32 représentations dont six scolaires dans la Capitale Nationale avant de s'en venir à Montréal. Muriel Dutil, Paule Marier, Rita Lafontaine, Amulette Garneau (en remplacement de Denise Morelle assassinée quelques mois plus tôt), Gisèle Schmidt, Huguette Oligny incarnent Madeleine et les cinq Albertines.


J'avais 16 ans lorsque la pièce a été créée et présentée à Montréal par la suite en novembre. Les 2, 9 et 10 novembre 1984, j'ai présenté ma toute première mise en scène: Les Belles-Soeurs de Michel Tremblay que j'avais montée avec des consoeurs de l'École secondaire La Magdeleine à La Prairie. Ma tante Louise, comme cadeau de représentations, plutôt que de m'apporter des fleurs, m'avait offert le livre d'Albertine en cinq temps qui sortait presqu'en même temps. Elle l'avait acheté au Salon du Livre de Montréal et l'avait fait dédicacer par Michel Tremblay: «A Yanik, un futur metteur en scène. Michel Tremblay» J'ai encore ce livre. Il s'agit du premier exemplaire dédicacé que j'ai eu d'une oeuvre de mon idole et je le chéris.


Lorsque la pièce a été reprise en mai 1985 au Rideau Vert et tout de suite après au Grand Théâtre de Québec en juin, Christiane Raymond a remplacé Paule Marier dans le rôle d'Albertine à 30 ans. Lorsque la pièce connaîtra une nouvelle série de supplémentaires au Rideau Vert et une tournée sous l'égide du Théâtre Populaire du Québec (TPQ), Paule Marier reprendra le rôle d'Albertine à 30 ans et Marie-Hélène Gagnon remplacera Amulette Garneau dans la peau d'Albertine à 50 ans. La pièce sera éventuellement traduite en anglais (trois versions dont une pour l'Écosse), en espagnol (une mutitude de versions pour le Chili, le Mexique, l'Espagne, le Vénézuela...), en catalan, en allemand...


Le Québec aura droit à d'autres magnifiques productions au fil des années, notamment à Espace GO (mise en scène de Martine Beaulne avec Guylaine Tremblay, Sylvie Drapeau, Élise Guilbault, Sophie Clément, Andrée Lachapelle et Monique Mercure, la distribution qui reprendra la pièce pour le téléthéâtre filmé en extérieurs par André Melançon (exception faite de Macha Limonchik qui a remplacé Sylvie Drapeau pour la tournée et ce tournage).



À Québec, la pièce sera montée par Denise Verville au Théâtre de la Commune en 1994 et Lorraine Pintal dirigera une coproduction Trident/TNM en 2013-2014, production qui sera aussi présentée à Montréal, bien sûr, et qui connaîtra une tournée en France et en Suisse à l'automne 2015.





2021: Création de Les Morts d'Alexis Martin, dans une mise en scène de Daniel Brière, une production du Nouveau Théâtre Expérimental, à Espace Libre (Montréal)


Ce solo d'Alexis Martin faisait suite aux spectacles Animaux et Bébés qui exploraient aussi la présence en scène. Ce dernier volet traitait de la présence des morts, des esprits, des fantômes, des êtres aimés disparus en scène. J'ai eu la chance de voir ces trois productions. Super intéressant de suivre ainsi le processus de création. Ma critique de Les Morts est ici.



36 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout