• Yanik Comeau

«Mauvais Goût» de Stéphane Crête: De beaux malaises

Mis à jour : mars 16

par Yanik Comeau (ZoneCulture / Comunik Média)


Le premier embryon de Mauvais Goût était une scène écrite par Stéphane Crête dans le cadre du spectacle Les hommes aiment-ils le sexe, vraiment, autant qu’ils le disent? présenté à Espace Go en 2004. Quinze ans plus tard, après un atelier du CEAD, une lecture publique et une publication en 2012, c’est une distribution «premier trio» (pour faire une analogie hockey) qui lui donne naissance sur scène à Espace Libre ces jours-ci. Une pièce qui veut clairement faire fi du political correctness et qui traite de thèmes qui frisent le mauvais goût en effet, mais qui – quand même – n’est pas si «de mauvais goût».



Et c’est tout à l’honneur de son auteur, entouré de complices de Dans une galaxie près de chez vous et Les étoiles filantes (mais pas exclusivement, évidemment!). Ce qui aurait pu sérieusement déraper et tomber dans une horrible vulgarité étant donné les thèmes (scatologie, fétichisme sexuel, racisme, xénophobie, inceste, abus sexuel, sexualité entre personnes à grande différence d’âge…) donne plutôt une excellente pièce qui semble provoquer une hilarité jubilatoire chez son public. Un public plus ouvert d’esprit qui fréquente les premières et Espace Libre? Peut-être mais… il faudra voir.


Mauvais goût, c’est l’histoire de Patrick (Stéphane Crête), un gars à l’allure on ne peut plus ordinaire, qui se «gâte» une fois de temps en temps avec ses «chums de gars» Dave (Guillaume Chouinard, excellent en flashbacks originaux, bien mis en scène) et Fabrice (qui dit ne pas exister vraiment) en faisant de faux voyages de pêche. Leur dernier tournera mal et Dave ne reviendra pas vivant. Patrick – à la suggestion de Fabrice – tentera bien de faire passer «l’accident» sur le dos d’un os de poulet, mais… la réalité est beaucoup plus tordue et scabreuse. Comme le dit Didier Lucien (lui qui incarne également Fabrice) dans son mot du metteur en scène, «les péchés des autres révéleront votre sainteté.»



Pendant une heure et quarante-cinq minutes, on est transporté dans un univers tordu, certes, mais sans doute moins rare que l’on voudrait le croire dans notre société bien hypocrite et toute dans les apparences. Évidemment, ce n’est pas dans les journaux Facebook ou les fils Twitter ou Instagram de nos amis que nous en serons témoins!


J’en touchais mot au début, mais il faut revenir sur cette distribution incroyable où la complicité est palpable. Crête est au sommet de sa forme entouré de ses vieux potes de Galaxie (Lucien et Sylvie Moreau, formidable en Michelle) et Les étoiles filantes (Marie-Hélène Thibault qui multiplie les rôles au théâtre après Quelque chose comme une grande famille au Petit Théâtre du Nord pendant l’été et la reprise de l’adaptation théâtrale du Déclin de l’Empire Américain à Espace Go cet automne). Sans parler du fait que Moreau et Thibault se retrouvent après avoir connu plusieurs belles saisons de complicité dans la sitcom Catherine.



Dans la peau de Carole, Évelyne Rompré est méconnaissable. Un rôle de composition, agréablement caricatural, qui fait mouche. Le jeune Lévi Doré, qui s’est fait connaître par Au secours de Béatrice à la télé, retrouve Didier Lucien avec qui il avait joué au printemps dernier dans Jean dit d’Olivier Choinière au Théâtre d’aujourd’hui. Il fait preuve d’une maîtrise impressionnante, tout comme Camille Léonard qui ne retient pas de la voisine !



Aucun doute que Mauvais Goût remplira des salles et fera rire aux éclats… probablement plus que ne l’auraient cru les créateurs qui devaient s’attendre à davantage de rires jaunes. Et certes, il y en a. Mais peut-être sommes-nous rendus ailleurs? Ou peut-être que le balancier fait juste tranquillement revenir…? Et peut-être que ça fait juste du bien de rire et de ne pas trop virer fou avec la rectitude politique. Ce qui ne veut pas dire que la pièce ne fait pas réfléchir pour autant. À voir jusqu’au 26 janvier. Mauvais Goût de Stéphane Crête Mise en scène: Didier Lucien Avec Guillaume Chouinard, Stéphane Crête, Lévi Doré, Camille Léonard, Didier Lucien, Sylvie Moreau, Évelyne Rompré, Gabriel Sabourin et Marie-Hélène Thibault Du 8 au 26 janvier 2019 (1h45 sans entracte) *** Supplémentaires: samedi, le 19 janvier 2019 à 16h, dimanche, le 20 janvier 2019 à 16h et samedi, le 26 janvier à 16h Espace Libre, 1945, rue Fullum, Montréal Réservations : 514-521-4191 – espacelibre.qc.ca Photos : Jacinthe Perreault

  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO