• Yanik Comeau

29 janvier

Dernière mise à jour : 28 mars

Théâtralités vous invite à découvrir ses éphémérides du théâtre québécois pour le 29 janvier. Vous voulez ajouter quelque chose? Vous avez des infos qui pourraient nous aider? N'hésitez pas à communiquer avec nous ! Ce projet se veut inclusif, interactif. Tout le monde peut contribuer!


1929: Naissance de Roger Joubert


Né à Avignon en France, le comédien Roger Joubert et son accent de Provence ont charmé les Québécois dès les années 60-70. À la radio, on se rappelle du Festival de l'humour à CKAC, une revue hebdomadaire humoristique qui a duré plusieurs années. À la télé, sa complicité avec Denise Filiatrault remonte à la première mouture de Moi et l'autre et se poursuivra dans Chez Denise, 101 Ouest avenue des Pins, Denise... aujourd'hui et Moi et l'autre II. En plus de jouer dans Lance et Compte, Robin et Stella, Les Berger, Scoop, La Petite Vie et plusieurs autres projets télé, il brûlera les planches de Duceppe, du Rideau Vert, du Quat'Sous, travaillant avec des metteurs en scène comme Paul Buissonneau, Jean-Luc Bastien, André Montmorency, Monique Duceppe, Serge Denoncourt, Claude Maher, Daniel Roussel... Il joue Dario Fo, Ray Cooney, Clémence Desrochers, Feydeau, Shakespeare, Gorki... C'est le 2 octobre 2010 qu'il meurt à 81 ans dans sa maison à Lorraine. Il était le conjoint de la comédienne Johanne Fontaine.


1934: Naissance de Rodrigue Mathieu

Je ne ferai pas ça souvent, mais la biographie que fait Michel Vaïs de Rodrigue Mathieu dans le Dictionnaire des artistes du théâtre québécois est si fascinante que j'en retape ici (pas de copier-coller, quand même un effort!) de grands pans que je mets entre guillemets. «Autodidacte, fils d'ouvrier, il doit abandonner des études en dessin commercial pour devenir livreur chez Coca-Cola (1952), puis opérateur de machine à fabriquer des cigarettes (1967-1968),» l'année de ma naissance et de la création des Belles-Soeurs, ce qui n'est pas sans rappeler que Michel Tremblay aussi était fils d'ouvrier et a travaillé dans une usine comme linotypiste avant d'avoir la carrière qu'on lui connaît. «Parallèlement, [Rodrigue Mathieu] est comédien, metteur en scène et directeur de troupe d'amateurs. Un membre des Apprentis-Sorciers, Jean Bellemare, lui offre un premier petit rôle. De 1955 à 1962, Mathieu apprend «sur le tas», par la pratique, des cours particuliers, des lectures, et regarde travailler les Jean-Guy Sabourin, Claude Gai, Madeleine Greffard, Pierre Moretti... » Encore un rapprochement avec Michel Tremblay qui s'est avéré un de nos autodidactes les plus érudits. «En 1962, il monte Capitaine Bada de Jean Vauthier, salué par la critique - on le compare à L'Opéra de quat'sous [de Brecht que Jean Gascon a monté au TNM la saison précédente] - puis rompt avec Sabourin. Par la suite, 17 démissionnaires des Apprentis-Sorciers fondent Les Saltimbanques (1962-1969), dont Mathieu est le seul directeur.» C'est un gros pan de l'histoire du Théâtre d'Aujourd'hui qui s'écrit ici. «La salle du Vieux-Montréal, angle Saint-Paul et Bonsecours, accueille le répertoire de l'avant-garde européenne; il y monte Weingarten, Gatti, joue Genet, Cousin, Vian et de rares auteurs québécois: Roger Huard, Michel Vaïs. Pour l'Expo 67, il monte Équation pour un homme actuel de Moretti, qui fait l'objet d'une descente de police. En 1968, un regroupement des Saltimbanques, des Apprentis-Sorciers et, notamment, du Mouvement contemporain d'André Brassard donne naissance au Théâtre d'Aujourd'hui. Mathieu crée le personnage de Mycroft Mixeudeim dans La Charge de l'orignal épormyable de [Claude] Gauvreau.» Suite à son décès en 2017, on pouvait lire dans sa notice nécrologique: «C'est avec une grande fierté que, grâce à sa grande expérience et sans études post-secondaires, il devint ensuite professeur de théâtre (jeu, mise en scène) à l'Université de Sherbrooke, en plus de participer aux productions de l'Aire de jeu. Parallèlement, il collabora à certaines productions du Théâtre du Sang neuf. À sa retraite, il collabora à quelques saisons du Café-Théâtre de Chambly.» Une figure imposante dans notre théâtre national.

1941: Naissance de Michel Dumont


Né à Kénogami (aujourd'hui un arrondissement de Jonquière de la Ville de Saguenay), Michel Dumont sera remarqué par Jean Duceppe à Québec et celui qui se préparait à fonder la compagnie que l'on connaît aujourd'hui offre au beau jeune homme deux petits rôles dans la première production de Charbonneau et le Chef. C'est le début d'une grande histoire d'amour paternel. Duceppe deviendra en effet le père spirituel de celui qui lui succédera à la direction artistique de sa compagnie au moment de son décès en 1990. Dumont deviendra non seulement un des comédiens les plus appréciés du grand public, tant au théâtre qu'au petit (Picotine, Monsieur le Ministre, Des Dames de coeur, Marilyn, Urgence, Omertà, Un homme mort, Yamaska, Victor Lessard,...) et au grand (Cargo, Sans elle, Café de Flore, Le Garagiste...) écrans, mais également auteur et traducteur. On oublie souvent qu'il a écrit pour la télé (les textes de Picotine et le téléroman Robert et compagnie avec son éternel compagnon de traduction, Marc Grégoire) et traduit ou cotraduit plus d'une trentaine de pièces presque toutes présentées chez Duceppe, notamment des oeuvres d'Arthur Miller (Le Prix, Vu du pont, Ils étaient tous mes fils, Après la chute), Henrik Ibsen (L'Ennemi du peuple), August Strindberg (Le Père), Tennessee Williams (La Chatte sur un toît brûlant), Neil Simon (Rumeurs), George Bernard Shaw (Sainte-Jeanne), Aaron Sorkin (Des Hommes d'honneur) et John Patrick Shanley (Le Doute), pour n'en nommer que quelques-unes. Sur scène, il a joué de très grands rôles, de Mgr. Charbonneau dans Charbonneau et le Chef à Lennie dans Des Souris et des Hommes, du Révérand Hale dans Les Sorcières de Salem à l'Oncle Vania de Tchekhov en passant par le Henry Higgins de Pygmalion sans oublier Biff Loman (1973, 1975, 1983) puis Willy Loman (1999) dans Mort d'un commis-voyageur. Il est transcendant de vérité dans les grands rôles du répertoire québécois autant que dans les créations, livrant un inoubliable Léopold dans À toi, pour toujours, ta Marie-Lou et un bouleversant Yvon dans Messe solennelle pour une pleine lune d'été, toutes deux de Michel Tremblay, bien sûr. Il sera le père de Luc Picard dans la reprise de Un simple soldat de Marcel Dubé et celui de Guylaine Tremblay et de Maude Guérin dans les créations de Serge Boucher, 24 poses (portraits) et Des bonbons qui sauvent la vie respectivement. Il dirigera la Compagnie Jean Duceppe pendant 27 saisons, de 1991 à 2017. En 2019, il est nommé Membre de l'Ordre du Canada. Il a eu 79 ans en 2020 et décédait des suites d'un cancer le 13 août. Reposez en paix, monsieur Dumont! Merci pour tout ce que vous avez fait pour moi, notamment cette magnifique préface du volume 5 de ma collection Coups de théâtre! Vous avez été un mentor, une idole, un exemple à suivre.


1962: Naissance d'Éric Cabana

Natif de Sherbrooke, le comédien Eric Cabana a reçu sa formation de l'École Nationale de Théâtre du Canada où il enseigne depuis plusieurs années maintenant et assume le poste d'assistant au directeur artistique de la section française. En plus d'avoir joué à la télé (Le Grand Remous, Montréal P.Q., La Vie, la vie, Sous le signe du Lion II, 30 vies, Ruptures, District 31, Six degrés...) et au cinéma (Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer, Cap Tourmente, Laura Laur, Cruising Bar I et II, L'Escorte, Sashinka), il a brûlé les planches de nombreux théâtres, tant dans des créations que des classiques de toutes les époques. Il a été des créations de Votre fille Peuplesse par inadvertance et La Maison cassée de Victor-Lévy Beaulieu, Beauté baroque de Claude Gauvreau, La Robe de mariée de Gisèle Schmidt de Julie Vincent et Jusqu'au Colorado de Jérôme Labbé. On l'a aussi vu dans plusieurs Shakespeare (Songe d'une nuit d'été et Le Marchand de Venise au TNM, Richard III et La Nuit des rois au Rideau Vert), dans Genet (Les Paravents), Chaurette (Fragments d'une lettre d'adieu lus par des géologues), Feydeau (Le Ruban), Ionesco (Rhinocéros), Molière (Le Bourgeois gentilhomme), Pirandello (Six personnages en quête d'auteur), Shaffer (Equus), Marchessault (La Terre est trop courte, Violette Leduc), McDonough (Charbonneau et le Chef) et encore plus récemment dans Mon héros Oussama de Dennis Kelly. Bonne fête, Éric!


1968: Création de Les Grands Soleils de Jacques Ferron dans une mise en scène d'Albert Millaire, une production du Théâtre du Nouveau Monde en tournée à Salaberry-de-Valleyfield


Avant sa première représentation montréalaise le 25 avril 1968, la pièce Les Grands Soleils du poète médecin Jacques Ferron faisait l'objet d'une tournée de 66 représentations dans 44 villes du Québec, du Nouveau-Brunswick et de l'Ontario. La distribution comprenait le metteur en scène Albert Millaire (en alternance avec Gilles Cloutier), Jean-Marie Lemieux, Marthe Mercure, Bernard Lapierre-Assiniwi, Guy L'Écuyer, Jean Perraud, Jean Lajeunesse (Yves Létourneau en tournée) et Yvon Dufour. À Montréal, le TNM a présenté les Grands Soleils au Théâtre Port-Royal de la Place des Arts, n'ayant pas encore élu domicile à la Comédie-Canadienne qui va devenir son domicile permanent.


1976: Création de Jeudi soir en pleine face de Michel Beaulieu dans une mise en scène de Claude Maher, une production du Théâtre de la Manufacture présentée au Théâtre de Quat’Sous (Montréal)


La toute première création du Théâtre de la Manufacture, six ans avant qu'il se trouve un local permanent, Le café-théâtre La Licorne du boulevard Saint-Laurent qui ouvrira en 1981. Louise Gamache et Christiane Raymond, deux des comédiennes qui font partie du noyau dur de fondation de La Manufacture, montent sur les planches du Quat'Sous pour cette première production dirigée par Claude Maher.



2019: Création de Aalaapi du collection Aalaapi dans une mise en scène de Laurence Dauphinais à la Salle Jean-Claude-Germain du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui (Montréal)


À partir de l'idée originale de Laurence Dauphinais (mise en scène) et Marie-Laurence Rancourt (réalisatrice du documentaire radio), Aalaapi - qui signifie grosso modo «faire silence pour entendre quelque chose de beau» en Inuktitut - a été un des grands succès de la programmation 2018-2019 du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui, remportant même le Prix Auteur Dramatique 18/19. Écrit par le collectif Aalaapi, qui comprenait aussi Audrey Alasuak, Daniel Capeille, Mélodie Duplessis, Caroline Jutras Boisclair, Samantha Leclerc, Louisa Naluiyuk et Akinisie Novalinga, le spectacle invite de jeunes femmes originaires du Nunavik à jouer avec les micros de Magnéto et livre une réflexion sur la valeur de la parole et du silence. Il a été repris au Théâtre du Nouvel-Ontario et à la Maison de la Culture Janine-Sutto (Frontenac) en novembre 2019.

104 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout