• Yanik Comeau

18 juillet

En ce 18 juillet, Théâtralités souhaite bonne fête à Pierre Collin et André Rioux. Pleins feux sur deux artistes aux carrières étincelantes!


1938: Naissance de Pierre Collin

Montréalais de naissance, le comédien et metteur en scène Pierre Collin a reçu sa formation théâtrale de Jacques Zouvi, Henri Norbert et Charlotte Boisjoli. Depuis plus de cinquante ans, il multiplie les rôles variés avec autant d'aplomb et de crédibilité. Son physique et sa voix lui permettent d'être aussi crédible en politicien qu'en pégreux, en pauvre type qu'en homme d'autorité. Après avoir débuté sa carrière avec les Apprentis-Sorciers, une des compagnies qui a donné naissance au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui, il joue autant dans des créations que des classiques, dirigé autant par Ronfard père (Le Misanthrope de Molière en 1971 et Peer Gynt d'Henrik Ibsen en 1991) que Ronfard fille (Quai ouest de Bernard-Marie Koltès en 1997 et L'Avare de Molière en 2001), par Jean Gascon (Arlequin, serviteur de deux maîtres de Goldoni, Le Cid de Corneille) que par Brigitte Haentjens (création d'Eddy de Jean-Marc Dalpé et Caligula de Camus au Théâtre Denise-Pelletier, Combat de nègre et de chiens de Bernard-Marie Koltès au TNM). Qu'il s'agisse de créations (La Poupée de Pélopia de Michel Marc Bouchard, Les Jumeaux d'Urantia de Normand Canac-Marquis, Camille C. de Jocelyne Beaulieu et René Richard Cyr, Les Saisons de Sylvie Drapeau et Isabelle Vincent, Rêves de Wajdi Mouawad, Le Langue-à-langue des chiens de roche de Daniel Danis, Bonbons assortis de Michel Tremblay, L'Intimité d'Emma Haché, Sexy béton d'Annabel Soutar) ou de pièces venues d'ailleurs (Glengarry Glen Ross et Variations sur le canard de David Mamet, Maîtres anciens de Thomas Bernhard, Lulu de Frank Wedekind et Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès - hé oui, encore lui! - avec UBU compagnie de création), il ne recule devant rien. Il a signé plusieurs mises en scène au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui, à La Licorne et au Théâtre Denise-Pelletier (Des Souris et des Hommes de John Steinbeck dans une traduction d'Yvan Bienvenue avec Pierre Lebeau et Alexis Martin). À la télé, il a été de plus de quarante séries dont Omertà, Réseaux, Unité 9 et Victor Lessard. À la télé, il a brillé dans La Grande Séduction, bien sûr, mais aussi dans Saints-Martyrs-des-Damnés, Guide de la petite vengeance, De père en flic, Ésimésac et Il pleuvait des oiseaux. Bonne fête, monsieur Collin!


1958: Naissance d’André Rioux

Né à Rivière-du-Loup, André Rioux est un concepteur d'éclairages autodidacte qui a fait ses débuts en 1980 comme technicien de scène. Depuis, il a été régisseur, assistant à la mise en scène, directeur technique, directeur de production et directeur de tournée. Il a aussi créé les éclairages de plus de 200 spectacles, principalement des productions théâtrales, plusieurs qui lui ont valu les éloges des critiques et ont remporté des prix tant à Montréal qu'à Québec qu'au Théâtre Les Gens d'en bas, au Bic, auquel il est associé depuis 1986 comme directeur technique, directeur de production et principal éclairagiste. C'est d'ailleurs pour une production du Bic, Le Cygne d'Elizabeth Egloff, mise en scène de Claude Poissant, qu'il reçoit le Masque des meilleurs éclairages en 1994. Juste avec Claude Poissant, il aura travaillé sur six productions avant Le Cygne et six productions après dont Crime contre l'humanité et Le Goûteur de Geneviève Billette et Louisiane nord de François Godin avec le Théâtre PàP, et La Vie est un songe de Pedro Calderón de la Barca au TNM. Il reproduit à merveille les lueurs du soleil à tout heure du jour et joue avec les clairs-obscurs subtils comme un véritable peintre. Qu'on lui confie une production sur une scène minuscule (L'Obsession de la beauté de Neil LaBute et Les Inconnus de Julie-Anne Ranger-Beauregard, Des arbres de Duncan Macmillan à la Petite Licorne ou Chatroom d'Enda Walsh à Fred-Barry), une scène immense (Des Souris et des Hommes de Steinbeck au Théâtre Denise-Pelletier, récipiendaire du prix du public 1998-1999 pour les éclairages, Bilan de Marcel Dubé au TNM ou Consentement de Nina Raine chez Duceppe en 2018-2019) ou un spectacle qui devra s'adapter à plusieurs scènes en tournée ou en coproduction (La Mère Merle de Jasmine Dubé, Mika, l'enfant pleureur de Pascal Chevarie avec le Théâtre Bouches Décousues, Manifeste de la Jeune-Fille, Espace Go/L'Activité ou En cas de pluie, aucun remboursement de Simon Boudreault qui est passé du Petit Théâtre du Nord au Théâtre Jean-Duceppe), il épate toujours par son doigté et sa sensibilité qui, selon Raymond Bertin, dans le Dictionnaire des artistes du théâtre québécois, «fait écho à la luminosité naturelle du Bas-du-Fleuve». Il est maintenant chargé de productions au Théâtre La Manufacture (La Licorne) où il a aussi été chargé des tournées sur le multiples spectacles: Tout bas... si bas de Koulsy Lamko, Tête première et Howie le Rookie de Mark O'Rowe, Avaler la mer et les poissons de Sylvie Drapeau et Isabelle Vincent pour en nommer que quelques-uns. Bonne fête, monsieur Rioux!

8 vues
  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO