• Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO

  • Yanik Comeau

1er mars

Nouveau mois, nouvelles éphémérides passionnantes dans l'univers du théâtre québécois.

1929: Décès de Jean-Baptiste Eugène Lassalle


Le fondateur du célèbre Conservatoire Lassale naît à Saint-André de Cubzac en France en 1859 et meurt à Montréal en 1929. Il n'aura donc pas tout à fait 70 ans. Sa vie aura cependant été bien remplie! Après ses études classiques, il se tourne vers le théâtre et connaît de beaux succès au Théâtre de l'Ambigu dans la Ville Lumière. Il voyage beaucoup et se voit nommer Grand Intendant du théâtre du Sultan à Tildiz Kiosque en 1887 et 1888. En 1891, il sera guide des tournées de comédiens et d'opérettes en Asie mineure et centrale et au Tibet, nous apprend le Dictionnaire des artistes du théâtre québécois. Hélène Beauchamp nous raconte qu'après avoir été fait commandeur de l'Ordre de Medjïdié en Turquie, chevalier de l'Ordre de Saint-Stanislas en Russie et officier de l'Ordre du Lion et du Soleil en Perse, il arrive à Montréal en 1906 avec sa femme Louise Landreau (qui prendra Larcey comme nom de scène) pour travailler au Théâtre des Nouveautés. C'est cette même année, le 1er décembre, qu'il fonde son fameux Conservatoire d'élocution française à l'angle des rues Sainte-Catherine et Saint-Denis. En 1908, l'institution s'incorpore et est reconnue «d'utilité publique par le gouvernement du Québec et par le ministère des affaires étrangères de France». Lassale deviendra évidemment une référence en matière d'enseignement de la diction et de l'élocution, publiera des ouvrages en ce sens, des recueils de poésies, un récit de ses tournées intitué De Batoum au Tibet et Les Monologues Lassalle à l'usage des élèves. En 1908, il monte Athalie de Racine, une grande première chez nous, et en 1913 il est responsable de «L'Audition de Britannicus», une grande manifestation artistique. «Dans Comédiens et Amateurs, il s'étonne de l'absence d'un théâtre national canadien-français à Montréal et prodigue ses conseils aux apprentis comédiens,» nous raconte Hélène Beauchamp. «Sa grande culture et son sens aigu de l'observation y sont manifestes. Dans Ce que je vois ! Ce que je pense ! (Montréal, 1925), esquisses et alexandrins, il témoigne avec humour du milieu théâtral et des événements qui l'entourent.» Le Conservatoire Lassalle sera affilié à l'Université de Montréal de 1920 à 1972.


1979: Création de La Tête de Monsieur Ferron ou Les Chians de Victor-Lévy Beaulieu (d’après Ciel de Québec de Jacques Ferron) dans une mise en scène d’André Brassard au Théâtre d’Aujourd’hui, rue Papineau (Montréal)


Autant il a créé toutes les pièces de Michel Tremblay jusqu'à ce qu'il en soit incapable à cause de la maladie, André Brassard a aussi créé quelques pièces de Victor-Lévy Beaulieu. Un an et quelques jours après avoir signé la mise en scène de la création de Votre fille Peuplesse par inadvertance, Brassard signait celle de cette nouvelle pièce de VLB, toujours au Théâtre d'Aujourd'hui. Une impressionnante distribution défendait ce texte inspiré de l'oeuvre de Jacques Ferron: Lothaire Bluteau, Denis Bouchard, Alain Fournier, René Gingras, Suzanne Marier, Denise Morelle, Jean-Louis Paris, Jacques Rossi et Lionel Villeneuve. 25 ans plus tard, le Théâtre d'Aujourd'hui revenait à l'oeuvre de Jacques Ferron avec la pièce Un carré de ciel de Michèle Magny, inspirée des derniers textes du docteur/poète/philosophe. À ce moment, le théâtre était déménagé rue Saint-Denis et c'est Martine Beaulne qui signait la mise en scène.