• Yanik Comeau

5 août

Qu'est-ce qui a marqué le 5 août au fil des années dans le merveilleux monde du théâtre québécois? C'est ici que vous le saurez!


1951: Naissance d’Alain Fournier

Natif de Saint-Gilles-de-Lotbinière, l'auteur, metteur en scène et comédien Alain Fournier a reçu sa formation en interprétation du Conservatoire d'art dramatique de Montréal avant d'aller chercher une maîtrise en art dramatique à l'UQAM. En plus d'enseigner à l'École Supérieure de Théâtre de l'UQAM, on y lui confie des tâches administratives et des mandats de direction pédagogique. Mordu de création, en début de carrière, il fait beaucoup de théâtre expérimental avec André Brassard, Lorraine Pintal, Alexandre Hausvater et Denis Marleau tout en multipliant les collaborations avec les compositeurs Pierre Moreau et Pierre Voyer. Il est de la création de L'Histoire de l'oie de Michel Marc Bouchard avec le Théâtre des Deux Mondes en 1991, pièce dans laquelle il partage la scène avec Yves Dagenais et avec laquelle il fait le tour du monde. Comme metteur en scène, il monte sa propre pièce Circuit fermé avec L'Atrium à la Salle Fred-Barry, il crée Fugues pour un cheval et un piano de Hervé Dupuis et monte Le Bélier de David Freeman au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui. Il pilote aussi la création de Déséquilibre, le défi de Gilbert Dupuis avec Dynamo Théâtre. Il crée également d'autres pièces de Gilbert Dupuis dont Mon oncle Marcel qui vague vague près du métro Berri, Kushapatchikan et Le Chapeau de plomb. En 1981, il crée un spectacle mémorable, Faust Performance, avec Michel Demers et Michel Gonneville, à partir de textes de Goethe, Durrell, Eisler, Ghelderolde, Marlowe et Valéry, spectacle qui sera présenté simultanément dans deux salles du boulevard Saint-Laurent à Montréal, Le Milieu et Le Lux. Alain Fournier a aussi été président du Conseil Québécois du Théâtre de 1996 à 2000 en plus de siéger au conseil d'administration de plusieurs compagnies de théâtre. Bonne fête, Alain!


1971: Naissance d’Olivier Landreville

Natif de Montréal, Olivier Landreville est un prolifique et très versatile concepteur de décors. Depuis sa sortie de l’Option-Théâtre du Collège Lionel-Groulx en 1993, il a conçu plus d’une cinquantaine de décors pour le théâtre, l'opéra et la télévision (Il va y avoir du sport, Tout simplement Clodine). Fidèle collaborateur du Théâtre de La Manufacture, on a pu apprécier son travail sur Antarktikos de David Young, Gagarin Way de Gregory Burke, Tête première de Mark O'Rowe, Le Pillowman de Martin McDonagh et Orphelins et Les Filles et les Garçons de Dennis Kelly ainsi que sur plusieurs créations québécoises comme La Société des loisirs de François Archambault, Chaque jour de Fanny Britt, Coma Unplugged de Pierre-Michel Tremblay, Cheech (Les Hommes de Chrysler sont en ville) de François Létourneau et À présent de Catherine-Anne Toupin. Il est tout aussi à l'aise sur les grandes scènes comme le Théâtre Denise-Pelletier (Tit-Coq de Gratien Gélinas, Bonjour, là, bonjour de Michel Tremblay et Des Souris et des Hommes de Steinbeck en 1999 qui lui a mérité le prix du public), le Théâtre Jean-Duceppe (on lui doit entre autres les décors de la reprise de Encore une fois, si vous permettez de Michel Tremblay et de la création d'Enfant insignifiant ! du même auteur avec le metteur en scène Michel Poirier), le Théâtre du Nouveau Monde (Being at Home with Claude de René-Daniel Dubois) ou le Théâtre Saint-Denis (la comédie musicale Roméo et Juliette de Gérard Presgurvic. Il a régulièrement habillé la scène du Théâtre d’Aujourd’hui (Bacchanale d'Olivier Kemeid, Le Périmètre de Frédéric Blanchette, Si j’avais la seule possession dessus le jugement dernier d’Érik Charpentier et La Nostalgie du paradis de François Archambault), celle d'Espace Go avec le Théâtre PàP ou avec le Théâtre de l'Opsis (Le Bruit et la fureur de William Faulkner/Pierre-Yves Lemieux, Dissidents de Philippe Ducros, Élektra d'Hugo Von Hofmannsthall, La Petite Scrap de Dominick Parenteau-Lebeuf) ou celle du Théâtre du Rideau Vert (L'Homme éléphant de Bernard Pomerance, Glengarry Glen Ross de David Mamet, Le Misanthrope de Molière, Le Paradis à la fin de vos jours de Michel Tremblay ou Vol au-dessus d'un nid de coucou de Dale Wasserman. Il multiple les collaborations avec les metteurs en scène Michel Monty (Transthéâtre), Luce Pelletier, Patrice Dubois, Claude Poissant, Frédéric Dubois... Bonne fête, Olivier!


1976: Création de Les Célébrations de Michel Garneau dans une mise en scène de Robert Duparc et Danielle Panneton au Théâtre du Horla (Saint-Bruno-de-Montarville)


La comédienne Léo Munger et le comédien Normand Lévesque ont été les premiers chanceux à jouer Margo et Paul-Émile dans Les Célébrations de Michel Garneau. Le réalisateur Yves Simoneau (Pouvoir intime, Dans le ventre du dragon) a par la suite signé l'adaptation cinématographique avec les deux mêmes comédiens.

2017 : Décès de Victor Désy

Né à Montréal le 8 juin 1932, le comédien Victor Désy a beaucoup joué au théâtre, à la télévision et au cinéma, mais a vraiment gagné sa vie dans les studios de doublage, tant comme adaptateur et directeur de plateau que comme comédien, prêtant souvent sa riche voix grave aux plus grands comédiens afro-américains comme Danny Glover (L'Arme fatale), Morgan Freeman (Sept, Le Bûcher des vanités), Delroy Lindo (C'est le petit qu'il nous faut), Michael Clarke Duncan (La Ligne verte, La Planète des singes), Michael Dorn (Star Trek) et James Earl Jones (Field of Dreams, Sommersby, Three Fugitives). Au cinéma, il a tourné en anglais et en français avec Léa Pool (À Corps perdu), Norman Jewison (Agnes of God), Theodore J. Flicker (Jacob Two-Two Meets the Hooded Fang) et Claude Jutra (À tout prendre) entre autres. À la télé, on a pu le voir autant dans Le Pirate Maboule que dans Montréal P.Q., dans Du Tac au tac que dans Lance et Compte. Au théâtre, il a participé à plus de 80 productions en plus de 50 ans de carrière, particulièrement au Théâtre du Nouveau Monde et au Théâtre du Rideau Vert, dirigé par Olivier Reichenbach, Jean Louis Roux, Jean Gascon, Albert Millaire, Daniel Roussel, Françoise Faucher... jouant Beaumarchais, Brecht, Claudel, Feydeau, Giraudoux, Ibsen, Ionesco, Labiche, Molière, O'Neill, Pirandello, Racine, Shakespeare, Shaw, Strindberg, mais participant aussi aux créations d'André Langevin (L'Oeil du peuple), de Jean-Louis Roux (Bois brûlés), de Guy Dufresne (Les Traitants), d'André Laurendeau (Deux Femmes terribles) et de Jacques Languirand (Klondyke, Les Grands Départs). Il mourait à l'âge de 85 ans des suites de complications liées à l'emphysème.

27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO