• Yanik Comeau

3 décembre

Mis à jour : janv. 20

Tous les jours, Théâtralités célèbre les artistes qui ont fait et font notre théâtre. Que le rideau se lève!


1926: Naissance de Denise Morelle

C'est dans le quartier Guybourg de Montréal, au sein d'une famille de sept enfants, qu'est née la comédienne Denise Morelle qui allait devenir la colorée Dame Plume de La Ribouldingue à Radio-Canada. Elle suit des cours de théâtre particuliers avant de s'inscrire à l'École des Compagnons de saint Laurent. Dans le Dictionnaire des artistes du théâtre québécois, Raymond Bertin la décrit avec éloquence: «Actrice au talent naturel, au tempérament généreux, rieuse et les pieds sur terre, elle incarne ses personnages avec un mélange d'autorité et de fragilité, de naïveté et de total don de soi. Possédant une voix puissante et limpide, elle rêvait d'être chanteuse.» Sa carrière professionnelle commence au Théâtre de Percé en 1958 dans Les Grands Départs de Jacques Languirand. Elle jouera à L'Égrégore, au TNM, au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui, au Rideau Vert, chez Duceppe... au Trident à Québec et au Centre National des Arts à Ottawa, alternant entre des créations québécoises et des pièces étrangères, classiques et contemporaines. Après avoir été une Mère Ubu extraordinaire dans Ubu roi d'Alfred Jarry aux côtés de Marcel Sabourin dans une mise en scène de Jean-Pierre Ronfard avec qui elle travaillera encore souvent (Les Choéphores d'Eschyle, Les Violettes de Shehadé, Le Roi se meurt d'Ionesco), elle fait partie de la famille de Tremblay-Brassard devenant la troisième Lisette De Courval des Belles-Soeurs à la deuxième reprise au Rideau Vert et au Grand Théâtre de Québec (rôle qu'elle joue même en anglais!) puis Angéline Sauvé pour la production du Trident en 1973. Au TNM, elle créera le rôle de Laurette dans Surprise! Surprise!, jouera la tante Charlotte dans la reprise de Bonjour, là, bonjour et créera le rôle d'Yvette Beaugrand dans L'Impromptu d'Outremont, personnage que Michel Tremblay écrit pour elle. Elle était pressentie pour jouer Albertine à 50 ans à la création d'Albertine en cinq temps à l'automne 1984 au CNA et au Rideau Vert mais a dû être remplacée par Amulette Garneau. Elle a aussi été de tous les films de Tremblay-Brassard, Françoise Durocher, Waitress, Il était une fois dans l'est, Le Soleil se lève en retard et participe aux séries télé Septième Nord, Terre humaine et Les Girouettes, entre autres. Au théâtre, elle a joué Linda Loman dans Mort d'un commis-voyageur d'Arthur Miller, Gilberte dans Bonne fête, maman d'Élizabeth Bourget, la mère dans Bousille et les Justes de Gratien Gélinas, mademoiselle O'Neill dans Les Sunshine Boys de Neil Simon, Mary dans Le Dernier Round de Michael Cristofer et docteur Kirilof dans Je veux voir Mioussov de Valentin Kataiev chez Duceppe. Elle a été dirigée par John Hirsch, Jean-Louis Barrault, Gaétan Labrèche, Jean Gascon, Roland Laroche, Jean Duceppe, Paul Hébert, Yvan Ponton, Daniel Roussel, Sébastien Dhavernas... Elle a été des créations de Klondyke de Jacques Languirand au TNM, Les Crasseux d'Antonine Maillet (elle y joue La Sagouine) chez Duceppe, La Tête de monsieur Ferron ou Les Chians de Victor-Lévy Beaulieu, Cardinal, cardinal, cardinal et cie de Vincent Nadeau et Strauss et Pesant de Michel Garneau au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui, La Nuit des p'tits couteaux de Suzanne Aubry avec Les Valseurs des beaux-dimanches à la Salle Fred Barry le printemps avant sa mort et jouait dans Les Larrons font l'occasion de Jane Milmore au Théâtre d'été de Sainte-Adèle au moment de son assassinat. Rappelons qu'elle était revenue à Montréal pour deux jours (ses dimanches et lundis de relâche) pour visiter des appartements et a été tuée par un squatteur qui souffrait de schizophrénie et qui se trouvait dans le logement de la rue Sanguinet qu'elle est allée visiter seule, a-t-on appris vingt ans plus tard lors de son procès. Une horrible tragédie, une grande perte.


1945: Naissance de Gérard Bibeau


Né à Saint-Flavien, dans le comté de Lotbinière, Gérard Bibeau étudie en lettres modernes à l'Université Laval à Québec. Il amorce d'abord une carrière de professeur au Cégep de La Pocatière puis au Cégep de Limoilou. Sa première expérience de mise en scène remonte à 1972 à La Pocatière où il monte Les Balançoires de Jean O'Neil (pièce créée par Paul Buissonneau au Théâtre de Quat'Sous l'année précédente. Après un an comme professeur à Limoilou, il est invité par Guy Beaulne à se joindre aux Marionnettes du Grand Théâtre de Québec où il rencontre Josée Campanale, scénographe et conceptrice de marionnettes. Comme «auteur pour théâtre de marionnettes», il signe aussi les mises en scène de ses propres textes, Tiptouti, Le Petit Cheval bleu, Le Violoniste amoureux, Le Petit Cirque... Quand le Grand Théâtre met fin aux activités des Marionnettes en 1993, Campanale et Bibeau fondent le Théâtre de Sable qui s'imposera rapidement comme une des grandes compagnies de marionnettes au Québec. Explorant déjà l'imaginaire dramatique par l'entremise du conte avec Contes du temps qui passe en 1992, il crée Le Rossignol et l'Empereur de Chine (Masque de la production jeunes publiques en 1994), un des spectacles phares de la compagnie qui sera présenté partout et connaîtra des bonifications de sa mise en scène et de ses éléments de production au fil des explorations des créateurs. Suivront Le Rêve de Pinocchio en 1996, un autre excellent spectacle, et La Chevelure de Bérénice où il explore désormais un mythe. Ces textes acclamés sur les scènes québécoises et européennes seront publiés sous forme de Triptyique aux Éditions de la Huit. En plus de codiriger le Théâtre de Sable avec sa complice, Bibeau collabore avec le Théâtre Repère sur le cycle shakespearien de Robert Lepage (Coriolan, Macbeth et La Tempête en 1992) et agit comme conseiller dramaturgique et coauteur sur le légendaire spectacle d'Ex Machina Les Sept Branches de la rivière Ota. Il travaille aussi avec Robert Marinier comme conseiller dramaturgique sur Maïta d'Esther Beauchemin (une coproduction du Théâtre de la Vieille 17, du Théâtre de Sable et du Théâtre français du Centre National des Arts d'Ottawa), Marie-France Desranleau et Jean-Philippe Joubert font appel à lui comme conseiller dramaturgique sur leur spectacle duo Île et ailes, une production des Nuages en pantalon - compagnie de création en 2001 et Agnès Zacharie fait de même auprès de lui et de Josée Campanale pour Le Périple de Ubus Théâtre, spectacle présenté à bord d'un autobus scolaire en 2014. Bonne fête, monsieur Bibeau!


2020: Décès d'André Gagnon


Le pianiste et compositeur André Gagnon est surtout connu pour ses compositions originales et ses albums (comme Neige) qui se sont vendus à des centaines de milliers d'exemplaires à travers le monde, mais il a aussi beaucoup composé pour le théâtre, notamment l'opéra Nelligan avec Michel Tremblay. Né le 2 août 1936 à Saint-Pacôme au Québec, ses contributions au théâtre incluent la revue On grève... de rire! de Gina Bausson, André Montmorency et Jacques Lorain au Rideau Vert en 1965, trois productions au même théâtre pendant la saison 1966-1967 (Terre d'aube de Jean-Paul Pinsonneault, La Poudre aux yeux de Labiche, Doña Rosita ou Le Langage des fleurs de Federico Garcia Lorca) et La Dame de chez Maxim's de Feydeau en 1970. Toujours avec André Montmorency qui en signait l'adaptation et la mise en scène, il était de la création de Wouf Wouf d'Yves Sauvageau au Gesù pour la NCT. En 1990, il était de la création de La Maison suspendue de Michel Tremblay (mise en scène d'André Brassard) et en 1993, il créait la musique originale de la reprise de Les Belles-Soeurs (mise en scène de Denise Filiatrault), deux productions de Duceppe. Rappelons que parmi ses musiques de film et de télé, il a signé le mémorable indicatif d'ouverture du téléroman Des Dames de coeur de Lise Payette. Il avait 84 ans au moment de son décès des suites de la maladie à corps de Lewy.

8 vues0 commentaire
  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO