• Yanik Comeau

17 mai

Mis à jour : nov. 14

La grande Dyne Mousso aurait 90 ans aujourd'hui. Une naissance qui a marqué toute une époque dans le théâtre québécois.


1930: Naissance de Dyne Mousso


Comme sa soeur Muriel Guilbault, Dyne Mousso, née Denise Guilbault, était une beauté éblouissante et avait un talent incommensurable. Née à Montréal, elle a fait ses débuts au théâtre dans une salle minuscule où trop peu de gens ont pu la voir épater dans deux spectacles du metteur en scène français Jacques Mauclair. Son mari Jean-Paul Mousseau, peintre et scénographe, cosignataire du Refus Global, travaillait également sur ces spectacles. C'est aussi en 1955 qu'elle fait son entrée au TNM, incarnant une saisissante Nina dans La Mouette de Tchekhov, rôle qu'elle reprendra treize ans plus tard à la Nouvelle Compagnie Théâtrale. En plus de multiplier les rôles dans des téléthéâtres et de séduire les téléspectateurs dans Le Survenant de Germaine Guèvremont et dans Sous le signe du lion de Françoise Loranger, elle joue des classiques tout autant que des créations à la scène: L'Oeil du peuple d'André Langevin, Lorrenzaccio d'Alfred de Musset, Catherine, la fille muette de Mère Courage de Bertholt Brecht aux côtés de Denise Pelletier, Abbie dans Désir sous les ormes d'Eugène O'Neill, Électre dans Oreste ou les Choéphores d'Eschyle... toutes au TNM où elle est dirigée par Jean-Louis Roux, Jean Gascon, Jean-Pierre Ronfard, John Hirsh, Olivier Reichenbach, Paul Hébert... et avant que le TNM ne s'établisse à la Comédie-Canadienne, elle joue Jeanne dans L'Alouette de Jean Anouilh dirigée par Gratien Gélinas sur cette scène. À la Nouvelle Compagnie Théâtrale, elle joue Molière pour Jean Dalmain, Shakespeare pour Pierre Dagenais, Jules Romains pour Georges Groulx et reprend Tchekhov pour Gilles Pelletier. En 1970, elle crée Bien à moi Marquise de Marie Savard présentée en programme double avec Claude Gai dans La Duchesse de Langeais de Michel Tremblay, un spectacle mis en scène par André Brassard au Quat'Sous. Au milieu de la quarantaine, elle cesse de jouer, semant la consternation dans le milieu et créant un mystère qui n'est toujours pas complètement résolu. Certains ont évoqué une peur de la scène, d'autres ont dit qu'elle avait des problèmes d'alcool. Ses performances sublimes demeurent inoubliables dans le coeur et la mémoire de ceux qui l'ont vue. Elle est morte d'un cancer à l'âge de 64 ans en 1994. Sa fille Katerine Mousseau est également comédienne et Dyne est la grand-mère du chef Antonin Mousseau-Rivard, propriétaire - avec sa mère - du restaurant Le Mousso.


2020: Décès de Monique Mercure

Née Monique Émond à Montréal le 14 novembre 1930, Monique Mercure a été une des comédiennes les plus marquantes de sa génération, tant au cinéma, à la télé qu'au théâtre. Elle fait d'abord des études à l'École supérieure de musique d'Outremont avec l'ambition de devenir violoncelliste de concert. Elle épouse le compositeur Pierre Mercure en 1949 et aura trois enfants (Michèle, Daniel et Christian) avant leur séparation en 1958. Dire d'elle qu'elle est une comédienne autodidacte est un peu absurde puisqu'elle a fréquenté l'école Jacques-Lecoq à Paris et le Montreal Drama Studio. Parfaitement bilingue, elle jouera dans les deux langues officielles. En quelque soixante ans de carrière, elle jouera dans plus de 50 productions théâtrales, plus de cinquante films (courts et longs métrages confondus) et des dizaines de séries télé et téléfilms. De 1991 à 2000, elle assumera la direction générale et artistique de l'École Nationale de Théâtre du Canada. Au théâtre, elle a été Rose Ouimet dans la deuxième reprise des Belles-Soeurs de Michel Tremblay et pour les représentations à Paris, Fernande dans la création de L'Impromptu d'Outremont au TNM et Albertine à 70 ans dans la reprise d'Albertine, en cinq temps dirigée par Martine Beaulne à Espace GO et dans le téléfilm tourné par André Melançon. On n'oubliera jamais sa Mère Courage de Brecht à la NCT, sa Germaine, la pianiste bougonneuse dans Ce soir, on danse de Richard Harris chez Duceppe, son Eudoxia dans Jocaste Reine de Nancy Huston ou sa Dorothée dans Les Manuscrits du déluge de Michel Marc Bouchard au TNM. Elle interprète autant les grands classiques (Richard III de Shakespeare au Rideau Vert, Les Troyennes d'Euripide - Andromaque dans l'adaptation de Sartre, Hécube dans l'adaptation de Marie Cardinal, Jocaste dans Oedipe Roi de Sophocle) que les pièces contemporaines (La Saga des poules mouillées de Jovette Marchessault, Le Balcon de Genet, L'Hiver de force de Réjean Ducharme, Le Jour où l'autre... de Brigitte Poupart, Journée de noces chez les Cromagnons de Wajdi Mouawad, Quatre à quatre et Émilie ne sera plus jamais cueillie par l'anémone de Michel Garneau ou Play Strindberg de Dürrenmatt). Elle jouera Goldoni, Duras, Ionesco, Claudel, Molière, Tchekhov, René-Daniel Dubois, Tennessee Williams, Roland Lepage... et au cinéma sera la première Canadienne à remporter le prix d'interprétation à Cannes pour J.A. Martin photographe ex-aequo avec Shelly Duvall. Elle tournera avec David Cronenberg (Naked Lunch), Claude Jutra (Mon Oncle Antoine), Jean-Claude Labrecque (Les Vautours), Marquise Lepage (La Fête des rois), François Girard (Le Violon rouge), Léa Pool (Emporte-moi), Robin Aubert (Saints-Martyrs-des-Damnés) et Alexis Durand-Brault (C'est le coeur qui meurt en dernier qui sera sa dernière prestation au cinéma). À la télé, elle est de Sous le signe du Lion de Françoise Loranger, Monsieur le Ministre de Solange Chaput-Rolland, Providence et Mémoires vives de Chantal Cadieux, entre autres. Sa carrière est jalonnée d'honneurs: prix du Gouverneur Général pour les arts de la scène, le prix Denise-Pelletier, le prix Gascon-Roux, Compagnon de l'Ordre du Canada et Grand Officier de l'Ordre national du Québec. Elle meurt à 79 ans des suites d'un cancer de la gorge.

  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO