• Yanik Comeau

17 juillet

C'est le 17 juillet et Théâtralités souligne les événements marquants de la journée dans le monde du théâtre québécois. Que le rideau se lève!


1955: Naissance de Sylvie Léonard

Née à Montréal, Sylvie Léonard a fait ses études en théâtre au Cégep de Saint-Hyacinthe et est rapidement devenue une vedette de la télé (à son corps défendant!) avec ses rôles successifs d'Annick (Petite Fleur) Jacquemin dans Terre humaine de Mia Riddez Morisset, Julie Galarneau dans L'Héritage de Victor-Lévy Beaulieu, Sylvie dans Un gars, une fille avec Guy A. Lepage, Aurise dans Montréal, P.Q. de Victor-Lévy Beaulieu et Madeleine dans Lâchez prise d'Isabelle Langlois, entre autres. Elle remporte plusieurs Gémeaux pour L'Héritage et Un gars, une fille, série à laquelle elle collabore aux scénarios. C'est sur les planches qu'elle veut être. Elle brille dans une multitude de créations dont Ti-Jésus, bonjour de Jean Frigon au TNM, Le Grand Écart de Denis Bélanger, Le Facteur réalité de René Gingras, Ch'te parle mieux quand j'te l'écris et La Nuit des p'tits couteaux de Suzanne Aubry (cette dernière avec Denise Morelle), Des yeux de verre de Michel Marc Bouchard, Dimanche napalm de Sébastien David et Messe solennelle pour une pleine lune d'été de Michel Tremblay. Elle jouera deux solos, la reprise de Bachelor de Louise Roy et Louis Saïa avec Yves Desgagnés qui la dirige et Jackie d'Elfriede Jelinek avec UBU, dirigée par Denis Marleau et Stéphanie Jasmin. Elle joue Gauvreau (La Charge de l'orignal épormyable au Quat'Sous et au TNM), Molière (Le Bourgeois gentilhomme et Don Juan au TNM, Les Femmes savantes avec UBU au TNM, en France et en tournée), Gorki (Les Bas-Fonds), Dubé (Bilan) et Shaw (Pygmalion dans trois productions différentes culminant avec celle chez Duceppe dans laquelle elle incarne le rôle principal féminin). Au cinéma, elle travaille avec Gabriel Pelletier (La Vie après l'amour, Ma tante Aline), Robert Morin (Que Dieu bénisse l'Amérique) et Denys Arcand (L'Âge des ténèbres). Bonne fête, Sylvie!


1955: Naissance d’Onil Melançon

Natif de Joliette, l'auteur, comédien et metteur en scène Onil Melançon a fait son baccalauréat à l'Université de Sherbrooke avant d'aller chercher une maîtrise de l'UQAM en art dramatique. Il étudie aussi après de plusieurs spécialistes en jeu masqué et en commedia dell'arte à Paris et à Berlin, notamment Carlo Boso, Philippe Gaulier, Wolfgang Kolneder et Guy Freixe du Théâtre du Soleil. Il se joint au Théâtre de la Grosse Valise en 1979 et en assume la direction artistique de 1988 à 1997. Avec cette compagnie de théâtre jeune public spécialisée dans le théâtre de masques, il jouera dans plusieurs productions et favorisera les coproductions avec ses maîtres européens. Les Incroyables Aventures de Jacques Cartier - dans laquelle il incarne le rôle titre - sera coproduite avec Mystère Bouffe et présentée à Paris dans une mise en scène de Carlo Boso. Dans Le Bossu de Notre-Dame d'après Victor Hugo, il incarne un Quasimodo mémorable dans une mise en scène de Guy Freixe. Il travaille avec Paul Buissonneau (Des Masques et vous et Masque'n'tape) et avec Martine Beaulne pour la mise en scène de L'Ombre jaune d'après le roman d'Henri Vernes avec ses complices Claude Desparois et Richard Lemire. Il travaillera aussi avec le Groupe La Veillée, notamment sur L'Impromptu de l'Alma d'Ionesco dans une mise en scène d'Elizabeth Albahaca dans laquelle il incarne Ionesco et sur Le Professionnel de Dusan Kovacévic dans une mise en scène de Teo Spychalski où il partage la scène avec Gabriel Arcand. Au cinéma, on a pu le voir dans Monica la mitraille et Maurice Richard. Bonne fête, Onil!


1984: Décès de Denise Morelle

Tout le Québec a été sous le choc en juillet 1984 en apprenant que la comédienne Denise Morelle, la colorée Dame Plume de La Ribouldingue, avait été sauvagement assassinée. Née dans l'Est de Montréal le 3 décembre 1926, au sein d'une famille de sept enfants, elle suit des cours de théâtre particuliers avant de s'inscrire à l'École des Compagnons de saint Laurent. Dans le Dictionnaire des artistes du théâtre québécois, Raymond Bertin la décrit avec éloquence: «Actrice au talent naturel, au tempérament généreux, rieuse et les pieds sur terre, elle incarne ses personnages avec un mélange d'autorité et de fragilité, de naïveté et de total don de soi. Possédant une voix puissante et limpide, elle rêvait d'être chanteuse.» Sa carrière professionnelle commence au Théâtre de Percé en 1958 dans Les Grands Départs de Jacques Languirand. Elle jouera à L'Égrégore, au TNM, au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui, au Rideau Vert, chez Duceppe... au Trident à Québec et au Centre National des Arts à Ottawa, alternant entre des créations québécoises et des pièces étrangères, classiques et contemporaines. Après avoir été une Mère Ubu extraordinaire dans Ubu roi d'Alfred Jarry aux côtés de Marcel Sabourin dans une mise en scène de Jean-Pierre Ronfard avec qui elle travaillera encore souvent (Les Choéphores d'Eschyle, Les Violettes de Shehadé, Le Roi se meurt d'Ionesco), elle fait partie de la famille de Tremblay-Brassard devenant la troisième Lisette De Courval des Belles-Soeurs à la deuxième reprise au Rideau Vert et au Grand Théâtre de Québec (rôle qu'elle joue même en anglais!) puis Angéline Sauvé pour la production du Trident en 1973. Au TNM, elle créera le rôle de Laurette dans Surprise! Surprise!, jouera la tante Charlotte dans la reprise de Bonjour, là, bonjour et créera le rôle d'Yvette Beaugrand dans L'Impromptu d'Outremont, personnage que Michel Tremblay écrit pour elle. Elle aurait dû jouer Albertine à 50 ans à la création d'Albertine en cinq temps à l'automne 1984 au CNA et au Rideau Vert mais a été remplacée par Amulette Garneau. Elle a aussi été de tous les films de Tremblay-Brassard, Françoise Durocher, Waitress, Il était une fois dans l'est, Le Soleil se lève en retard et participe aux séries télé Septième Nord, Terre humaine et Les Girouettes, entre autres. Au théâtre, elle a joué Linda Loman dans Mort d'un commis-voyageur d'Arthur Miller, Gilberte dans Bonne fête, maman d'Élizabeth Bourget, la mère dans Bousille et les Justes de Gratien Gélinas, mademoiselle O'Neill dans Les Sunshine Boys de Neil Simon, Mary dans Le Dernier Round de Michael Cristofer et docteur Kirilof dans Je veux voir Mioussov de Valentin Kataiev chez Duceppe. Elle a été dirigée par John Hirsch, Jean-Louis Barrault, Gaétan Labrèche, Jean Gascon, Roland Laroche, Jean Duceppe, Paul Hébert, Yvan Ponton, Daniel Roussel, Sébastien Dhavernas... Elle a été des créations de Klondyke de Jacques Languirand au TNM, Les Crasseux d'Antonine Maillet (elle y joue La Sagouine) chez Duceppe, La Tête de monsieur Ferron ou Les Chians de Victor-Lévy Beaulieu, Cardinal, cardinal, cardinal et cie de Vincent Nadeau et Strauss et Pesant de Michel Garneau au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui, La Nuit des p'tits couteaux de Suzanne Aubry avec Les Valseurs des beaux-dimanches à la Salle Fred Barry le printemps avant sa mort et jouait dans Les Larrons font l'occasion de Jane Milmore au Théâtre d'été de Sainte-Adèle au moment de son assassinat. Elle était revenue à Montréal pour deux jours (ses dimanche et lundi de relâche) pour visiter des appartements et a été tuée par un squatteur qui se trouvait dans le logement de la rue Sanguinet qu'elle est allée visiter seule, a-t-on appris vingt ans plus tard lors de son procès. Une horrible tragédie, une grande perte.


Voyez Denise Morelle dans Les Belles-Soeurs en anglais, interprétant le monologue de Lisette de Courval. Impressionnant!

  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO