• Yanik Comeau

24 avril

On lève le rideau sur ce qui s'est passé un 24 avril au fil des années dans le monde du théâtre québécois. Suivez-nous !


1904: Naissance de Henri Norbert


Né à Bordeaux en France, Henri Norbert, né Northberg, décide de s'installer à Montréal lorsqu'il visite la métropole avec le Paris Théâtre Guild en 1949. La troupe vient jouer à L'Arcade et Norbert décidera de rester, stimulé par le renouveau du théâtre chez nous. Il fonde sa propre école de théâtre qui formera plusieurs de nos jeunes acteurs de l'époque dont Monique Lepage, Andrée Lachapelle et Edgar Fruitier. Il fondera un théâtre qu'il appellera Le Trait d'Union qui ne durera malheureusement pas très longtemps, peut-être parce qu'il ne propose pas une dramaturgie assez nichée. Il aura plus de succès à la tête du Théâtre de Sun Valley, un théâtre d'été qui propose des boulevards de 1965 à 1978. Il y signe plusieurs mises en scène, mais fera surtout carrière comme acteur, à la scène, à la télé et au cinéma. Au théâtre, il sera le Tartuffe de Jean Gascon au TNM en 1953, le Shylock du Marchand de Venise au Théâtre Club en 1963, le Volpone de Jules Romains que met en scène Georges Groulx au Gesù pour la NCT en 1968 et sera de quelques créations, notamment Les Bois-Brûlés de Jean-Louis Roux, L'Oeil du peuple d'André Langevin et Le Marquis qui perdit de Réjean Ducharme, toutes présentées par le TNM, la compagnie pour laquelle il joue le plus. À la télé, les plus vieux se souviendront de la série historique D'Iberville et de la série jeunesse Les Enquêtes Jobidon. En 1978, il retourne en France pour vivre sa retraite et meurt trois ans plus tard à 77 ans.


1975: Création de Une brosse de Jean Barbeau dans une mise en scène de Jean-Pierre Ronfard, une production du Théâtre du Trident (Québec)


C'est au Palais Montcalm à Québec que le Théâtre du Trident crée cette pièce de Jean Barbeau dans une mise en scène de Ronfard. Les comédiens Jean Guy et Raymond Bouchard tiennent les rôles principaux entourés de Marie Cantin (la prostituée) et Pierre Legris (le policier). 11 ans plus tard, Daniel Roussel signe la mise en scène d'une nouvelle production de la pièce au Théâtre Denise-Pelletier avec Germain Houde et Ghyslain Tremblay et Claude Prégent dans le rôle du policier. Le rôle féminin avait été éliminé.


Dans la production montréalaise d'Une Brosse de Jean Barbeau au Théâtre Denise-Pelletier, Germain Houde et Ghyslain Tremblay incarnaient les personnages principaux.


1980: Création de Nasopodes et autres bêtes merveilleuses de Michel Garneau dans une mise en scène de Roger Blay au Théâtre d’Aujourd’hui, rue Papineau (Montréal)


Roger Blay signe la mise en scène de cette pièce de Michel Garneau dirigeant Guy Nadon, Jocelyne Goyette, Marcel Leboeuf, Julie Vincent et André Angelini à la musique.



1981 : Création de La Saga des poules mouillées de Jovette Marchessault dans une mise en scène de Michelle Rossignol au Théâtre du Nouveau Monde (Montréal)


Huit ans avant d'assumer la direction générale et artistique du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui, Michelle Rossignol signait la mise en scène d'une nouvelle pièce d'une des voix importantes de la dramaturgie féministe québécoise sur la scène du Théâtre du Nouveau Monde, lieu de naissance des Fées ont soif de Denise Boucher et de La Nef des Sorcières collectif féministe. Quatre grandes comédiennes incarnaient quatre grandes écrivaines: Amulette Garneau était Germaine Guèvremont, Andrée Lachapelle incarnait Anne Hébert, Charlotte Boisjoli était Laure Conan et Monique Mercure incarnait Gabrielle Roy.


2012: Création de D pour Dieu? de Simon Boudreault à la Salle Jean-Claude-Germain du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, une production Simoniaques Théâtre (Montréal)


Pendant la dernière saison de Marie-Thérèse Fortin à la direction artistique du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui, le prolifique Simon Boudreault et sa compagnie Simoniaques Théâtre, en résidence de création, proposaient le fascinant D pour Dieu? à la Salle Jean-Claude-Germain. Boudreault se dirige lui-même assisté de Judith Saint-Pierre dans ce quasi-solo (il est accompagné de la marionnettiste Karine St-Arnaud). «D pour Dieu? est une comédie existentielle, ludique et imagée, qui traite de la désillusion sous toutes ses formes, à travers l’évolution d’un homme qui, bébé, se prend pour Dieu. Confronté aux règles imposées par ses parents, il se prend pour le fils des dieux. Découvrant les limites de ses propres parents, il en viendra à se prendre pour un génie. Découvrant les génies de l’humanité, tel que Mozart, il décidera qu’il est le meilleur dans ses compétences… Jusqu’à ne plus croire en rien, jusqu’à ne plus croire à l’idée de croire. Un récit comme on en fait autour d’un feu, une quête de sens, un musicien, des marionnettes, de l’espoir, du doute, du cynisme, de la naïveté pure, du burlesque existentiel, du trouble troublant, du rêve, mais aussi de la froide réalité.»



  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO