• Yanik Comeau

1er mai

Un nouveau mois, une nouvelle journée, de nouvelles éphémérides qui ont marqué le théâtre québécois au fil des années. Suivez-nous !


1931: Naissance de Jacques Languirand

Auteur, comédien, journaliste et animateur (particulièrement à la radio de Radio-Canada où il a été à la barre de sa légendaire émission Par quatre chemins pendant plus de 35 ans), Jacques Languirand, auteur des pièces Les Grands Départs, Les Insolites, Diogène, Les Violons de l'automne, Klondyke, Feedback et Faust et les radicaux libres, est cofondateur du Centre culturel du Vieux-Montréal, devenu le Centaur Theatre, a été secrétaire général de la Comédie-Canadienne sous la direction de Gratien Gélinas (1958-1959), adjoint du directeur artistique Jean Gascon et écrivain en résidence au TNM (1964-1966) et professeur invité à l'École Nationale de Théâtre du Canada (1971-1972). En 1992, il a fait un retour à la scène en tant que comédien quand il a participé à la trilogie shakespearienne de Robert Lepage. Comme comédien, on a aussi pu le voir dans le rôle du grand-père dans l'émission jeunesse La Boîte à Lunch à la fin des années 1990 à l'antenne de Radio-Canada Télé. Sa pièce Faust et les radicaux libres, qu'il a écrite plus de trente ans après sa dernière pièce, lui a mérité un Prix spécial du jury du Concours international de dramaturgie de la Fondation Alexandre Onassis en 2001. La même année, les Éditions internationales Alain Stanké publiaient huit de ses pièces regroupées sous le titre Presque tout Languirand. En 2004, on lui décernait le prix Georges-Émile Lapalme, le Prix du Québec attribué pour la promotion de la langue française. Il avait 86 ans au moment de son décès des suites de la maladie d'Alzheimer's.


1959: Naissance de Roger Léger



Né à Saint-Hubert en Montérégie, le comédien Roger Léger a reçu sa formation au Conservatoire d'art dramatique de Montréal et, bien avant qu'il devienne une vedette de la télé grâce à son rôle dans L'Auberge du chien noir, il a rapidement intégré deux familles de théâtre expérimental marquante: Carbone 14 pour laquelle il jouera dans Pain blanc, Marat-Sade, Le Rail, Le Titanic et Opium, et le Nouveau Théâtre Expérimental pour lequel il jouera sous la direction de Jean-Pierre Ronfard et dans le cadre de quelques productions collectives: Le Grand Théâtre du monde, Variations, Précis d'histoire générale du théâtre en 114 minutes, Corps à corps, Le Cru et le Cuit en coproduction avec Omnibus. Comme si ce n'était pas assez impressionnant, il joue aussi dans des classiques comme La Médée d'Euripide de Marie Cardinal (dirigé encore par Ronfard), Le Songe d'une nuit d'été de Shakespeare dans la mise en scène de Robert Lepage, George Dandin de Molière, une coproduction du TNM et du Centre National des Arts, Antigone de Sophocle mise en scène de Lorraine Pintal et Le Barbier de Séville de Beaumarchais au Théâtre Denise-Pelletier. Il sera également de la création de Nature Morte (mise en scène de Michel Tremblay au Quat'Sous) et de 24 poses: portrait (mise en scène de René Richard Cyr au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui et chez Duceppe), deux pièces de Serge Boucher. À la télé, on le voit aussi dans En thérapie, Le Clan, Les Pays d'en haut, Demain des hommes, District 31 et La Maison Bleue, entre autres. Bonne fête, Roger !


1970: Création de Manon Lastcall de Jean Barbeau dans une mise en scène d’Yvon Thiboutot au Conservatoire d’art dramatique de Montréal.


Écrite d'abord pour la radio et créée à CBV Radio-Canada Québec dans une réalisation de Michel Gariépy, Yvon Thiboutot et André Dionne en avaient fait une adaptation scénique pour que Thiboutot la monte avec ses finissants au Conservatoire d'art dramatique de Montréal. Selon Jean Barbeau dans sa préface de l'édition 1972 de la pièce chez Leméac, les comédiens étaient Jean-Pierre Chartrand dans le rôle du conservateur du musée, Ginette Morin dans le rôle de Manon Deslaurier et Francine Vernac dans le rôle de Madame «la conservateur»... Par après, Barbeau en a fait une pièce à quatre personnages qui a été créée «professionnellement» au TNM dans une mise en scène de Jean-Louis Roux pendant la saison estivale dans un programme double avec Joualez-moi d'amour, la pièce avec laquelle elle est publiée. Cette production mettait en vedette Marie Fresnières, Guy Godin, Jean-Louis Millette et Ghislaine Paradis.


Puis, sept ans plus tard, le Quat'Sous présentait encore Manon Lastcall et Joualez-moi d'amour en programme double tout l'été au Manoir Richelieu avec Andrée Lachapelle comme tête d'affiche. Jean Dalmain signait la mise en scène de la production qui mettait aussi en vedette Benoît Dagenais, Claudie Verdant et Bernard Meney. Joualez-moi d'amour avait été créée en octobre 1970 par le Théâtre Quotidien de Québec au Chanteauteuil avec Dorothée Berryman dans le rôle de Julie et Jean Guy dans le rôle de Jules, une mise en scène de Claude Septembre.

1978: Création de Les Allumettes ne veulent plus s’éteindre (collectif de Les Trésors oubliés) dans une mise en scène de Michel Brais présentée au Cégep de Rosemont


1986: Création de Bernadette et Juliette – suite d’Élizabeth Bourget par le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui (Montréal)


Suivant le succès de Bernadette et Juliette ou La Vie c'est comme la vaisselle, c'est toujours à recommencer, Élizabeth Bourget récidivait avec une suite. Le Théâtre Les Pichous avait créé la première pièce dans une mise en scène de Gilbert Lepage, directeur artistique du Théâtre d'Aujourd'hui, qui confiait à Monique Duceppe, qui l'avait souvent assisté dans ses mises en scène à la Compagnie Jean Duceppe, celle de la suite presque 7 ans plus tard, toujours au Théâtre d'Aujourd'hui. Jacques L'Heureux était le seul comédien à reprendre son rôle de la première pièce. Dans la suite, il était entouré de Marie-Élaine Berthiaume, Suzanne Garceau, Patrice L'Écuyer et Christiane Raymond. La pièce a joué tout le mois de mai et a eu droit à des supplémentaires jusqu'au 5 juin.



2007: Création de Monsieur Ratichon dans… La Vie est un match de Marc Mauduit, mise en scène de Francis Monty, à la Salle Jean-Claude- Germain du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui (Montréal), une production du Théâtre de la Pire Espèce


Marc Mauduit jouait dans cette nouvelle création essentiellement non-verbale, mise en scène par Francis Monty avec Magalie Amyot. Une autre excellent production du Théâtre de la Pire Espèce qui nous a aussi donné Ubu sourd la table, Cabaret de la Pire Espèce, Persée, Léon Le Nul... Délicieux.

  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO