• Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO

  • Yanik Comeau

28 février

Mis à jour : mars 27

En ce 28 février, on souligne deux naissances qui ont marqué le théâtre de chez nous. Levons le rideau!


1914: Naissance de Mia Riddez

Bien qu'elle soit surtout connue pour son travail de scénariste à la télévision de Radio-Canada (Rue des Pignons dont elle a repris l'écriture après la mort subite de son mari Louis Morriset en 1968, téléroman dans lequel il joue déjà, Terre humaine qu'elle créera et qu'elle coécrira avec sa petite-fille Dominique Drouin pour les dernières saisons, et Le Grand Remous qu'elle coécrira toujours avec Dominique Drouin) Mia Riddez, née à Lyon en France, est la fille du chanteur d'opéra Jean Riddez et la soeur de la comédienne et professeure de théâtre, Sita Riddez. Sa carrière de comédienne débutera dans les radioromans de Robert Choquette, La Pension Velder et Métropole. Après un bref séjour à New York en 1935, elle revient à Montréal où elle joue au Stella, au Magestic, au Théâtre National, à L'Arcade, à L'Impérial, aux Variétés Lyriques ainsi qu'au cabaret Allô Paris aux côtés de Gratien Gélinas dans des revues d'Henri Letondal. Bien qu'elle ait collaboré aux textes des séries dramatiques de son mari tout au long de leur mariage, elle n'avouera cette collaboration qu'au décès subit de celui-ci en 1968. Elle sera la première femme à accéder à la présidence de l'Union des Artistes (1955 à 1957). Elle jouera dans plusieurs téléthéâtres et fera de l'animation télé aussi. Au théatre, elle sera la Jeanne d'Arc de Jean Anouilh et on soulignera ses performances dans Quand la moisson sera courbée de Roger Saint-Clair à la Comédie Canadienne, Pygmalion de Georges Bernard Shaw, Rhinocéros et Jeux de massacre d'Ionesco avec le Théatre du Nouveau-Monde et L'Oiseau bleu de Maeterlinck pendant trois saisons avec le Théâtre du Rideau Vert. Elle nous a quittés en 1995.


1934: Naissance de Hedwige Herbiet


Photo: Archives Journal LE DROIT


Originaire de Belgique d'où elle est venue à la fin des années 50 avec son mari de l'époque, Jean Herbiet, qui allait devenir le directeur du Centre National des Arts, la comédienne, metteure en scène et professeure Hedwige Herbiet est devenue un des piliers du théâtre à Hull (Gatineau) et Ottawa où elle a joué plus d'une centaine de rôles au théâtre et à la radio et signé quarante et une mises en scène. Elle a écrit beaucoup pour les enfants et les adolescents, mais aussi deux pièces pour adultes qui ont été créées au Centre national des Arts, La douce folie de Margo, la douce et Albert N., ni homme ni femme. Parlant du CNA, elle était de la reprise par André Brassard du classique de Michel Tremblay, Les Belles-Soeurs, en 1984, une production qui a aussi été présentée à la NCT à Montréal et dans laquelle elle était une Angéline Sauvé mémorable. Au cours de sa carrière, elle a signé de nombreux spectacles-collages, des textes dramatiques pour la radio et plusieurs adaptations. Elle a dirigé de plusieurs ateliers de formation et de perfectionnement professionnel pour jeunes interprètes. Elle est décédée le 24 novembre 2008 à 74 ans.


1940: Naissance de Jean Guy

Après avoir obtenu son diplôme du Conservatoire d'art dramatique de Québec en 1963 (assorti de trois premiers prix: répertoire moderne, tragédie et comédie), Jean Guy est tout de suite recruté par son directeur, Jean Valcourt, pour intégrer le corps professoral. Il y laissera sa marque, enseignant à plusieurs de nos plus grands comédiens dont Rémy Girard, Normand Chouinard, Marie Tifo. Au moment du décès de Jean Valcourt en 1969, il assume la direction par interim et s'avère un directeur des plus dynamiques et appréciés, défenseur du théâtre de création ce qui, au début, fait contraste avec la direction du Conservatoire de Montréal. Il sera nommé directeur en 1972 et assumera le poste jusqu'en 1978. Il y reviendra pour un deuxième mandat, de 1989 à 1996. Son dévouement à la pédagogie ne l'empêchera pas d'être un interprète et un metteur en scène de premier plan à Québec, lui qui se bat pour la cause du théâtre dans la Vieille Capitale. C'est lui qui signera la mise en scène de la création de O-71 de Jean Barbeau, première production de la saison inaugurale du Théâtre Le Trident. Il recevra le Masque Meilleur interprète masculin pour sa performance dans Le Gars de Québec de Michel Tremblay d'après Le Revisor de Gogol au Théâtre du Bois-de-Coulonge et le prix Paul-Hébert pour son Willy Loman dans Mort d'un commis voyageur d'Arthur Miller. En 2005, il connaitra un autre beau succès dans Vistes à monsieur Green au Théâtre de la Dame Blanche. Bonne fête, monsieur Guy!


1969: Création de Les Traitants de Guy Dufresne dans une mise en scène d’Albert Millaire au Théâtre Port-Royal de la Place des Arts, une production du Théâtre du Nouveau Monde (Montréal)

Les Traitants a vu le jour au Théâtre Port-Royal (maintenant le Théâtre Jean-Duceppe) de la Place des Arts alors que le Théâtre du Nouveau Monde était toujours itinérant. Immense fresque historique mise en scène par Albert Millaire, la pièce mettait en vedette une impressionnante brochette d'acteurs: Élisabeth Lesieur, Guy L'Écuyer, Jean Besré, Jean Leclerc, Jean-Louis Roux, Léo Ilial, Lionel Villeneuve, Monique Joly, Monique Lepage, Monique Miller, Bernard Lapierre-Assiniwi, Dominique Briand, Emmanuelle Collin, François Tassé, Jean Perraud, Jean-Louis Paris, Marjolaine Hébert, Victor Désy, Roger Garand et Pascal Rollin. La pièce a aussi fait l'objet d'une publication dans la collection Théâtre Leméac. Rappelons que Guy Dufresne était aussi un téléromancier populaire (Cap-aux-Sorciers, Les Forges du Saint-Maurice, Septième Nord) et qu'il a adapté plusieurs pièces étrangères pour en faire des téléthéâtres à Radio-Canada (Comme tu me veux de Pirandello, Les Trois Soeurs de Tchekhov et l'innoubliable Des Souris et des Hommes de Steinbeck). Au cinéma, c'est lui qui a signé le scénario du film Le Frère André.