• Yanik Comeau

21 juin

Dernière mise à jour : juin 11

Beaucoup de naissances et de créations à souligner en ce 21 juin! Bonne fête à Normand Chouinard et Jacinthe Potvin. Vive le théâtre!


1924: Naissance de Jean Guida (Guilda)

Né à Paris, Jean Guida commence sa carrière tout de suite après la Deuxième Guerre mondiale dans le midi de France, là où il a vécu son enfance. Rapidement, il adopte la personnification féminine et le nom de Guilda, combination de son nom et du personnage de Gilda, la femme fatale incarnée par Rita Hayworth dans le film de Charles Vidor en 1946. Au Cabaret Lido de Paris, il incarne une Marlene Dietrich remarquable, personnage qui le fait embaucher au Carrousel, autre grand cabaret de la Ville Lumière. Il fait une série de tournées en Europe et en Afrique, fréquentant Édith Piaf, Maurice Chevalier, Charles Aznavour, Jean Marais, avant que la chanteuse Mistinguett l'engage comme doublure au Casino de Paris. Il arrive à Montréal en 1955 et «se produit au cabaret Chez Paree, rue Stanley, où sa revue Paris chez Paree fait sensation,» selon l'historien du théâtre Jean-Marc Larrue dans le Dictionnaire des artistes du théâtre québécois. On apprend aussi que c'est son passage à l'émission Rendez-vous avec Michelle, à heure de grande écoute à Radio-Canada, avec la grande Michelle Tisseyre, qui lui assurera notoriété et légitimité. La grande qualité de ses spectacles, réglés au quart de tour, lui donneront toute la crédibilité nécessaire pour confirmer sa place dans le firmament des stars québécoises. Il enregistrera des disques, proposera des revues régulières et fera salle comble à la Place des Arts avec son spectacle Toutes plumes dehors. À l'ouverture du Théâtre des Variétés de Gilles Latulippe, rue Papineau, en 1967, Guilda deviendra un artiste régulier de l'endroit. Il jouera souvent des rôles féminins, parfois des travestis dans des revues et des vaudevilles, mais jouera aussi parfois des rôles masculins tant à la télé (le Chevalier d'Éon dans Les Grands Esprits) qu'au théâtre, notamment au Théâtre d'été Le Saint-Laurent de Réjean Lefrançois sur l'Île Charron à Boucherville. Il meurt à Montréal à 88 ans en 2012.


1948: Naissance de Normand Chouinard

Normand Chouinard est né à Québec. Après ses études en droit à l'Université Laval, il est reçu au Barreau, mais entre au Conservatoire d'art dramatique de Québec avec son ami Rémy Girard. Pour des millions de Québécois, il est le sympathique chauffeur de taxi Gaétan dans Du Tac au tac et un des comédiens réguliers de la troupe de Samedi de rire auprès d'Yvon Deschamps, mais pour le public de théâtre, il commence à Québec, jouant des grévistes et des policiers dans la reprise de Charbonneau et le Chef, incarnant Lucky dans En attendant Godot de Beckett dirigé par Olivier Reichenbach et jouant Feste dans La Nuit des rois de Shakespeare dans une mise en scène de Brassard. Lorsqu'il arrive à Montréal, c'est surtout au TNM qu'il joue, d'abord sous la direction de Jean Dalmain dans Mangeront-ils? de Victor Hugo et avec André Brassard dans Le Balcon de Jean Genet. Lorsqu'Olivier Reichenbach accédera à la direction artistique, il le recrutera pour sa troupe permanente. Normand Chouinard jouera le rôle-titre dans Tartuffe de Molière, Betty/Edward dans Cul-de-sac au 7e ciel de Caryl Churchill, Obéron dans Le Songe d'une nuit d'été de Shakespeare dans la mise en scène de Robert Lepage et Brighella dans Arlequin, serviteur de deux maîtres de Goldoni, auteur qu'il reprendra avec Deux Jumeaux vénitiens (pièce dans laquelle il tient les deux rôles qui lui méritent le Prix Gascon-Roux 1986) et avec La Trilogie de la villégiature où il incarne un Leonardo plein d'énergie et d'inventivité. Après l'aventure de la troupe permanente, il continuera à jouer régulièrement au TNM, au Rideau Vert, chez Duceppe, même que les grands rôles se multiplieront: Daniel Roussel en fait son Scapin dans la coproduction TNM/CNA et le dirige dans La Cantatrice Chauve et La Leçon d'Ionesco, Brassard le dirige en Vladimir dans En attendant Godot, René Richard Cyr lui confie Arnolphe pour donner la réplique à Anne Dorval dans L'École des femmes de Molière, Monique Duceppe le dirige dans Normand le conquérant d'Alan Ayckbourn, Marcel Delval en fait son George Dandin, Dominic Champagne en fait son Don Quichotte dans l'adaptation de Wajdi Mouawad et Martine Beaulne le dirige dans L'Ouvre-boîte de Victor Lanoux chez Duceppe avec son éternel complice Rémy Girard, spectacle dans lequel ils choisiront par tirage au sort qui joue qui de soir en soir. Il se mettra aussi à faire de la mise en scène avec beaucoup d'adresse, tant à Montréal qu'en région, notamment au Théâtre des Grands Chênes de Kingsey Falls dont il sera copropriétaire pendant une vingtaine d'années. Il montera Feydeau, Ionesco, Pagnol, Beaumarchais, Jarry ainsi que les créations La Farce de l'âge de Denis Bouchard, Pierrette Robitaille, Suzanne Champagne et Rémy Girard, Le Prince des jouisseurs de Gabriel Sabourin sans parler de la reprise de l'opéra Nelligan de Michel Tremblay et André Gagnon qui triomphera au TNM juste avant la #covid19. Sa tournée sera d'ailleurs amputée à cause de la pandémie. Il a été président du Conseil québécois du théâtre de 1991 à 1993 et a dirigé le Conservatoire d'art dramatique de Montréal de 1995 à 2001. Bonne fête, Normand!


1949: Naissance de Jacinthe Potvin

Née à Chicoutimi, la comédienne, metteure en scène et directrice artistique fondatrice de Mathieu, François et les autres... reçoit sa formation théâtrale de 1969 à 1972 auprès d'Aario Marist selon la méthode de Stanislavski. Très impliquée dans le théâtre jeunes publics, elle fait partie du Théâtre de Carton à partir de 1975, y jouant, y faisant de la mise en scène, de la gestion, de la diffusion... jusqu'à la conception visuelle et sonore! On la verra dans les célèbres Les Enfants n'ont pas de sexe? et Si les ils avaient des elles, dans Coup de fil de Diane Chevalier, Danse, p'tite désobéissance! et dans Coeur flyé à tour de contrôle qu'elle coécrit avec Christian Girard. Après 13 ans et plus de 1000 représentations, elle passe à la codirection artistique des Coups de théâtre et au poste d'adjointe au directeur de la Maison-Théâtre de 1989 à 1992. À partir de 1995, elle commence à collaborer comme metteure en scène avec le Théâtre Les Gens d'en bas au Bic créant Le Pont de pierres et la Peau d'images de Daniel Danis, une coproduction Compagnie Jacinthe Potvin, Coups de théâtre et Théâtre de Quartier. Elle monte Il était une fois... d'Hervé Martin pour le Théâtre Pot au Rose, et fonde Mathieu, François et les autres... dans la foulée du succès de sa mise en scène de la création de Mathieu trop court, François trop long de Jean-Rock Gaudreault qui sera donnée plus de 200 fois et sera également présentée en anglais, même à New York. Deux pas vers les étoiles et Pour ceux qui croient que la Terre est ronde, deux autres pièces de Jean-Rock Gaudreault, suivront ainsi que Jeux doubles de Cristina Comencini au Théâtre du Bic à l'été 2011, toujours avec Les Gens d'en bas. Bonne fête, Jacinthe!


1975: Création de la comédie musicale Madeleine de Verchères d’Albert Millaire, Jean Besré et Cyrille Beaulieu, mise en scène d'Albert Millaire, au Théâtre de Marjolaine (Eastman)


Pendant la belle époque des théâtres d'été, le Théâtre de Marjolaine à Eastman, en Estrie, était parmi les plus populaires, les plus courus, et il avait la particularité d'offrir régulièrement des pièces de théâtre musical, ce qui était rare. En 1975, Jean Besré, Albert Millaire et Cyrille Beaulieu proposaient Madeleine de Verchères. Le scénario était de Millaire et Besré, les paroles des chansons signées Millaire, les dialogues écrits par Besré et la musique par Beaulieu. Albert Millaire signait la mise en scène dirigeant Louise Portal et Jean Perraud dans les rôles principaux, entourés de Gaétan Labrèche, Christiane Pasquier, Maryse Pelletier, Marie-Louise Dion, Robert Lalonde, Daniel Gadouas, Gilbert Comtois et Marjolaine Hébert. Une grosse production inspirée d'un sujet historique. Fallait le faire!


2017: Création de la pièce Docile de Mélanie Maynard et Jonathan Racine, dans une mise en scène de Jonathan Racine, au Petit Théâtre du Nord (Blainville)

Danielle Proulx, Jean-François Casabonne, Sébastien Gauthier, Louise Cardinal, Luc Bourgeois et Mélanie Saint-Laurent défendaient cette pièce de Mélanie Maynard (Dans une galaxie près de chez vous) et Jonathan Racine qui a été très bien accueillie par le public et la critique.


2018: Création de la pièce Quelque chose comme une grande famille de François Archambault, mise en scène de Luc Bourgeois et Sébastien Gauthier, au Petit Théâtre du Nord (Blainville)

Première pièce que j'aie vue au Petit Théâtre du Nord, j'ai rapidement compris l'engouement et l'intéret pour cette compagnie qui amène à la saison estivale une bonne dose de théâtre intelligent, fin, drôle, parfois plus dramatique et touchant. Cette pièce de François Archambault, écrite sur mesure pour la compagnie, était particulièrement réussie comme vous pourrez le voir en lisant ma critique.



55 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout