• Yanik Comeau

1er février

Que s'est-il passé un 1er février dans le monde du théâtre québécois? Consultez nos éphémérides pour en connaître davantage. Tirez le rideau!

1955: Naissance d’Yves Dagenais


Originaire de Verdun, Yves Dagenais est un comédien formé à l'Option-Théâtre du Cégep Lionel-Groulx de Sainte-Thérèse. Il commence sa carrière en 1975 au Théâtre de l'Équilibre où il joue Capitaine Bordure dans Ubu Roi d'Alfred Jarry. Il travaillera ensuite avec plusieurs compagnies jeune public dont La Grosse Valise, dont il est le cofondateur, La Marmaille (qu'il retrouvera presque 20 ans plus tard - rebaptisée Les Deux Mondes - pour la création de L'Histoire de l'oie de Michel Marc Bouchard, pièce qui le mènera partout dans le monde et qu'il jouera plus de 500 fois en quatre langues: français, anglais, espagnol et allemand) et le Parminou avec qui il créera plusieurs spectacles et d'où naîtra son célèbre clown «politique au jeu physique et à l'esprit malicieux» (cf. Dictionnaire des artistes du théâtre québécois), Omer Veilleux avec qui il fera par la suite aussi le tour du monde dans un spectacle solo qu'il jouera plus de mille fois en 20 ans en Asie, en Europe et dans les Amériques. Il signe aussi une trentaine de mises en scène au théâtre et au cirque, au Québec, bien sûr, mais aussi en Suisse, en Uruguay et au Mexique, travaillant pour le Théâtre Denise-Pelletier (Amphitryon de Molière), le Cirque Éloize (Typo), Aguascalientes (Don Quijote) et plusieurs autres. En 2005, après avoir enseigné à l'École Nationale de Théâtre, à l'École Nationale de Cirque, à l'UQAM, il fonde et dirige le Centre de recherche en art clownesque.


1964: Naissance de Nancy Tobin


Diplômée en art dramatique de l'UQAM en 1988, Nancy Tobin est une artiste sonore beaucoup associée à la performance et à la danse (Nathalie Derome, Fondation Jean-Pierre Perreault, Montréal Danse...) mais aussi au théâtre, notamment avec Denis Marleau et son UBU, compagnie de création pour laquelle elle crée des designs sonores pour plusieurs productions dont Les Trois Derniers Jours de Fernando Pessoa, Urfaust, Intérieur, Les Aveugles, Nous étions assis sur le rivage du monde, Les Reines... et plusieurs autres. Elle travaille sur La Paresse, une installation au Musée d'art contemporain de Montréal avant de créer des univers et atmosphères sonores pour deux mises en scène de François Girard, Novecento de Baricco au CNA et au Quat'Sous, et Le Procès de Kafka au TNM. Elle travaillera aussi avec Marie-Thérèse Fortin sur Des yeux de verre (la réécriture de Michel Marc Bouchard de sa Poupée de Pélopia au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui), Gilles Maheu (pour La Bibliothèque de Carbone 14) et Wajdi Mouawad pour Lulu, le chant souterrain à Chants Libres en 2000. Encore plus récemment, elle créait les ambiances sonores pour la pièce Les Barbelés d'Annick Lefebvre présentée au Théâtre La Colline à Paris et reprise au Quat'Sous, un texte qui avait été commandé à l'auteure par Mouawad devenu directeur du théâtre parisien. Bonne fête, madame Tobin!


1965: Création de Les Beaux Dimanches de Marcel Dubé à la Comédie Canadienne (Montréal)


Mise en scène par Louis-Georges Carrier, cette pièce majeure de Marcel Dubé mettait en vedette Janine Sutto (Hélène), Jean Duceppe (Victor), Michelle Rossignol (Dominique), Claude Préfontaine (Étienne), Andrée Lachapelle (Evelyn), Roger Garceau (Paul), Denise Pelletier (Angéline), Pierre Boucher (Omer), Richard Martin (Rodolphe), Marjolaine Hébert (Muriel) et Yves Létourneau (Olivier). La musique était de François Cousineau. La chanson pour Les Beaux Dimanches a été écrite par Gilles Vigneault (paroles et musique) et interprétée par Monique Leyrac. En 1974, Richard Martin (qui allait faire carrière davantage comme réalisateur que comme comédien - notamment sur la série Lance et compte) réalisait l'adaptation cinématographique avec quelques acteurs qui reprenaient leurs rôles (Jean Duceppe, Andrée Lachapelle, Yves Létourneau), plusieurs qui remplaçaient (Catherine Bégin en Hélène, Louise Portal en Dominique, Robert Maltais en Étienne, Denise Filiatrault en Angéline, Yvon Dufour en Omer, Serge Thériault en Rodolphe, Luce Guilbeault en Muriel et Gérard Poirier en Paul) et certains qui s'ajoutaient avec une distribution élargie au cinéma (Pierre Dufresne, Hubert Gagnon, Roger Lebel, Alpha Boucher, Catherine Blanche...). Un film qui a fait époque et dont s'est servi le metteur en scène Christian Lapointe quand il a repris Les Beaux Dimanches avec une cohorte de finissants de l'École Nationale de Théâtre, spectacle présenté à La Chapelle, Scènes Contemporaines en 2018. Rappelons que la reprise de la pièce par Lorraine Pintal au TNM en janvier et février 1993 avait aussi fait mouche avec une distribution qui comprenait Normand D'Amour, Guy Nadon, Marie Tifo, Robert Gravel, Sophie Clément, Marie Michaud, Anne Dorval, André Robitaille, Gilbert Sicotte, Louise Marleau et Jean-René Ouellet.


2013: Décès de Jean Faucher


Le metteur en scène et réalisateur Jean Faucher, né et formé en art dramatique en France où il a connu et épousé Françoise Élias (devenue Faucher) avec qui il aura quatre enfants dont la comédienne Sophie Faucher, est mort en 2013 après avoir eu une longue carrière au théâtre et à Radio-Canada où il sera ni plus ni moins un homme de théâtre télévisé. Il dirigera des dizaines de téléthéâtres et adaptations théâtrales dont Les Frères Karamazov de Dostoïevski, Anna Karénine de Tolstoi, Lorenzaccio de Musset, Cyrano de Bergerac de Rostand et, bien sûr, des créations québécoises. À la Société d'État, il assumera aussi la direction des émissions dramatiques pendant plusieurs années. Au Théâtre du Rideau Vert, auquel il ne participe pas comme telle à la naissance, mais où il travaille beaucoup, il monte entre autres Claudel, Giraudoux, Musset, Roussin et Chapeau! du Canadien Bernard Slade dans une traduction de Luis de Cespedes et mettant en vedette Jean Besré. Jean Faucher avait 88 ans au moment de son décès.

Photo: Journal Le Devoir

  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO