• Yanik Comeau

12 juin

Mis à jour : juin 6

C'est le 12 juin et Théâtralités souligne des naissances, un décès et une création marquante dans ses éphémérides du théâtre québécois. Rideau!


1923: Naissance de Charlotte Boisjoli


Née à Québec, Charlotte Boisjoli a commencé sa carrière au théâtre en 1946 alors qu'elle jouait Camille dans On ne badine pas avec l'amour d'Alfred de Musset. Par la suite, ce sont plus de 70 personnages qu'elle a incarnés avec finesse, autant dans des créations que dans de grands classiques. Mentionnons le rôle titre dans l'Antigone de Jean Cocteau, Macha puis Arkadina dans deux productions de La Mouette de Tchekhov (1955 et 1967), Elmire dans Le Tartuffe de Molière qu'elle joue en 1958, la reine Marguerite dans Le Roi se meurt d'Ionesco et Laure Conan dans La Saga des Poules mouillées de Jovette Marchessault (1981). Elle entretiendra un rapport étroit avec Claudel, interprétant Lumir puis Sichel dans deux productions de Le Pain Dur, incarnera une Violaine mémorable dans L'Annonce faite à Marie et sera Prouhèse dans Le Soulier de satin. Elle sera de toutes les premières aventures du théâtre québécois moderne, jouant autant pour Les Compagnons de saint Laurent qu'à L'Égrégore, avec le Théâtre-Club, la Compagnie du Masque et dans nombre de téléthéâtres à Radio-Canada aussi, bien sûr. Elle sera reconnue comme une redoutable pédagogue, formant notamment en cours privés bon nombre de jeunes comédiens dont Benoît Brière et Marina Orsini. En plus d'écrire deux romans et deux recueils de nouvelles bien accueillis par la critique, elle publie chez Leméac un ouvrage qui explique son enseignement de l'art dramatique, Dis-moi qui je suis. À la télé, on se rappellera de son rôle dans Sous un ciel variable, le téléroman d'Anne Boyer et Michel D'Astous. Pour souligner sa carrière, la ville de Boisbriand a nommé une rue en son honneur. Elle meurt à Montréal en 2001 à l'âge de 77 ans. Elle était la mère de l'animateur de la radio et de la télévision de Radio-Canada Jean-François Doré décédé en 2016.


1940 : Naissance de Louisette Dussault


Native de Thetford Mines, la comédienne, auteure et metteure en scène Louisette Dussault a eu une carrière des plus impressionnantes tant à la télé qu'au théâtre. Bien sûr, toute une génération de jeunes Québécois et Canadiens-français la connaît comme la célèbre Souris verte des émissions jeunesse de Radio-Canada mais elle a aussi été la vedette de la première quotidienne de la Société d'État, le téléroman Marilyn de Lise Payette avant d'être la Reine Lorange des Héritiers Duval de Guy Fournier, la Denise Laforêt des Super Mamies (toujours de Lise Payette) et la mère de James Hyndman dans deux séries mémorables et très différentes, Rumeurs d'Isabelle Langlois et Trauma de Fabienne Larouche. Au théâtre, elle a été une interprète féroce et une militante pour la diffusion et l'accessibilité aux arts de la scène dès sa sortie de l'école en 1961. Avec la troupe des Jeunes Comédiens de l'École Nationale de Théâtre, elle part en tournée d'un océan à l'autre pendant deux ans, jouant L'Amour médecin et L'Impromptu de Versailles de Molière, Hommes et Bêtes, un collectif de textes mis en scène par Jean-Pierre Ronfard, Leçons d'amour de monsieur Molière, la création d'un collage de textes de Molière et La Première Famille de Jules Supervielle. Dans sa cohorte, Jean-Luc Bastien, Nicole Leblanc, Sophie Clément avec qui elle retravaillera beaucoup ainsi que Robert Duparc (auteur de la pièce La Noce), Eugène Gallant, Frédéric de Vancker et André Richard (Fanfan Dédé). Après cette vaste tournée, elle se consacrera principalement à la création et la promotion du répertoire québécois. Elle sera de la première lecture des Belles-Soeurs de Tremblay, de la création de Lysistrata de Tremblay-Brassard d'après Aristophane, de celle de Demain matin, Montréal m'attend de Tremblay-Dompierre et de la traduction de Tremblay et Mistero Buffo de Dario Fo. Cofondatrice des Enfants de Chénier avec, entre autres, Jean-Claude Germain, Nicole Leblanc, Jean-Luc Bastien, une des compagnies qui a fait les belles années des débuts du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui, elle participe ensuite à d'autres créations importantes, dont deux au TNM, La Nef des Sorcières avec Luce Guilbault et compagnie et la pièce très controversée et combien importante Les Fées ont soif de Denise Boucher pour laquelle elle retrouve Jean-Luc Bastien à la mise en scène et Sophie Clément sur scène. L'année suivante, elle sera de l'inauguration de la Salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier avec la pièce Encore un peu de Serge Mercier qu'elle joue aux côtés de Paul Savoie, mise en scène de Jean-Luc Bastien qui en assume la direction artistique. Elle y crée ensuite son mémorable solo Moman qu'elle jouera partout jusqu'en 1983 et qu'elle reprendra en 2000. En 1987, c'est Pandora ou mon p'tit papa qu'elle créera sur la scène du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui. Issue d'une famille musicale (son frère Michel est un grand pianiste, sa soeur Céline est soprano et prof de chant émérite, sa nièce Catherine Sénart est chanteuse et comédienne), Louisette Dussault chantera dans Avant la nuit... Offenbach de Michel Garneau/Jacques Offenbach dans une mise en scène de Michelle Rossignol au Théâtre du Rideau Vert tout en dirigeant une production musicale de Barbe Bleue d'Isabelle Cauchy. Elle revisitera le théâtre pour la jeunesse avec les pièces Tiens tes rêves des Productions Ma Chère Pauline et D'Alaska de Sébastien Harrisson avec le Théâtre Bluff dans laquelle elle joue une lesbienne agée qui fait la rencontre d'un jeune gai. Parmi ses autres personnages mémorables, mentionnons le rôle titre dans la création de Le Voyage magnifique d'Emily Carr de Jovette Marchessault, Rose Ouimet dans la reprise des Belles-Soeurs au CNA et à la NCT en 1984 et la vieille prostituée Rowena dans Biloxi Blues de Neil Simon chez Duceppe. Présidente du Conseil Québécois du Théâtre de 1994 à 1996, Louisette Dussault a reçu le Prix Gascon-Thomas de l'École Nationale de Théâtre en 1995, le Prix Victor-Morin de la Société Saint-Jean-Baptiste en 1995 et est devenue chevalier des Arts et des Lettres de France en 2003. Bonne fête !

1949 : Naissance de Michel Beaulieu

Né à Montréal, le concepteur d'éclairages Michel Beaulieu a découvert le théâtre - et les métiers de l'ombre (sans jeu de mots) tout particulièrement - pendant ses années de collège dans les années 60. Jeune assistant de Gatien Payette, excellent éclairagiste et technicien qui a appris lui-même sur le tas au Gesù, Michel Beaulieu développe une passion pour la lumière et des habiletés impressionnantes. Il se retrouvera technicien à Terre des Hommes où il assurera l'éclairage de plusieurs spectacles de variétés. Quand il assistera Nicolas Cernovitch pour une tournée des Grands Ballets Canadiens en 1969, il aura la chance de vraiment parfaire ses outils techniques et sa vision personnelle de la lumière. Son talent naturel, son affinité innée jumelés à sa grande sensibilité font rapidement de lui le concepteur d'éclairages le plus en demande à Montréal. Depuis ses débuts au TNM en 1972 sur Les Oranges sont vertes de Claude Gauvreau dans une mise en scène de Jean-Pierre Ronfard et La Note de service de Vaclav Havel dans une mise en scène de Jean-Louis Roux, deux productions consécutives, ce sont plus de 200 productions théâtrales qu'il a éclairées dont plus de 75 au TNM seulement. Il a bien sûr multiplié les prix au fil des années (Gascon-Roux, Masques, Prix de la critique), ratissant de Denis Diderot à Jovette Marchessault, de Carlo Goldoni à Edward Albee, de Marivaux à Ionesco, de Federico Garcia Lorca à France Vézina, ce qui frappe tout particulièrement, au-delà de ses collaborations à répétition avec nos plus grands metteurs en scène, c'est le fait qu'il ait signé les éclairages de productions multiples de plusieurs pièces de tous les répertoires:


- Albertine, en cinq temps de Michel Tremblay (Théâtre du Rideau Vert, André Brassard, 1984; Espace Go, Martine Beaulne, 1995)

- Bonjour, là, bonjour de Michel Tremblay (TNM, René Richard Cyr, 1987; Duceppe, André Brassard, 1997),

- Les Fourberies de Scapin de Molière (CNA/TNM, Daniel Roussel, 1986; Théâtre du Rideau Vert, Jean-Louis Benoit, 2001)

- Hamlet de Shakespeare (TNM, Olivier Reichenbach, 1990; Théâtre du Rideau Vert, Guillermo de Andrea, 1999)

- Les Chaises d'Ionesco (TNM, Jean-Pierre Ronfard, 1976; Théâtre de Quat'Sous, Daniel Roussel, 1991)

- La Mégère apprivoisée de Shakespeare (Théâtre Denise-Pelletier, Jean-Luc Bastien, 1988; TNM, Martine Beaulne, 1995)

- La Charge de l'orignal épormyable de Claude Gauvreau (TNM, Jean-Pierre Ronfard, 1974; TNM, Lorraine Pintal, 2009)

- Roméo et Juliette de Shakespeare (TNM/Trident, Guillermo de Andrea, 1989; TNM, Martine Beaulne, 1999)

- Dom Juan de Molière (TNM, Olivier Reichenbach, 1987; TNM, Martine Beaulne, 2000)

- La Tempête de Shakespeare (Théâtre Expérimental des Femmes, Alice Ronfard, 1988; Théâtre du Rideau Vert, Guillermo de Andrea, 1997)

- Le Malade imaginaire de Molière (TNM, André Montmorency, 1988; Théâtre du Rideau Vert, Guillermo de Andrea, 1996)

- La Ménagerie de verre de Tennesse Williams (Théâtre du Rideau Vert, Danièle J. Suissa, 1982; Théâtre Denise-Pelletier, Michèle Magny, 1988)

- La Nuit des rois de Shakespeare (Théâtre du Rideau Vert, Guillermo de Andrea, 1993; TNM, Yves Desgagnés, 2002).


Il a même signé les éclairages sur TROIS productions différentes du Misanthrope de Molière: deux au TNM (Olivier Reichenbach, 1992; René Richard Cyr, 1998), une au Théâtre Denise-Pelletier (Françoise Faucher, 2002). Michel Beaulieu s'est éteint le 9 août 2020 à 71 ans.


1962: Naissance de Marcel Pomerlo

Comédien, metteur en scène et auteur né à Québec, Marcel Pomerlo a joué dans plus de 80 spectacles sur toutes les scènes montréalaises ainsi qu'en tournée aux quatre coins de la planète depuis sa sortie de l'Option-théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe. En plus d'écrire ses propres spectacles solo L’inoublié ou Marcel Pomme-dans-l’eau: un récit-fleuve et Gaëtan qui ont été chaleureusement accueillis autant par le public que la critique, il a mis en scène des œuvres de Genet, Beckett, Wajdi Mouawad, Catherine Dajczman, Simon Boudreault et Ingmar Bergman. Comme comédien, il a joué autant des classiques de Molière, Rostand, Shakespeare, Corneille que des pièces du répertoire contemporain (Les Sorcières de Salem de Miller au TNM, Les Trois Soeurs de Tchekhov avec L'Opsis, Douze hommes en colère de Reginald Rose au Théâtre Denise-Pelletier et au Théâtre de Rougemont, Wouf wouf d'Yves Sauvageau avec le Théâtre Repère, Grand et petit de Botho Strauss avec L'Opsis, Savage/Love de Sam Shepard avec Pigeons International ainsi qu'une multitude de créations avec Momentum, UBU compagnie de création, Urbi et Orbi, etc... À la télé, on l'a vu dans Toute la vérité à TVA, Nouvelle adresse, Ruptures et District 31 à Radio-Canada. Au cinéma, il a joué dans Grande ourse, La Vie secrète des gens heureux et il participait au film Chorus de François Delisle avec lequel il avait déjà tourné deux autres films. Cofondateur et membre permanent de Momentum, Marcel Pomerlo enseigne aussi le jeu et la mise en scène au Conservatoire LaSalle. Bonne fête, Marcel!


1981: Décès de Henri Norbert

Même si Henri Norbert, né Northberg, est né en France et y est mort également, à l'âge de 77 ans, il a travaillé toute sa carrière au Québec, Il décide de s'installer à Montréal lorsqu'il visite la métropole avec le Paris Théâtre Guild en 1949. La troupe vient jouer à L'Arcade et Norbert décidera de rester, stimulé par le renouveau du théâtre chez nous. Il fonde sa propre école de théâtre qui formera plusieurs de nos jeunes acteurs de l'époque dont Monique Lepage, Andrée Lachapelle et Edgar Fruitier. Il fondera un théâtre qu'il appellera Le Trait d'Union qui ne durera malheureusement pas très longtemps, peut-être parce qu'il ne propose pas une dramaturgie assez nichée. Il aura plus de succès à la tête du Théâtre de Sun Valley, un théâtre d'été qui propose des boulevards de 1965 à 1978. Il y signe plusieurs mises en scène, mais fera surtout carrière comme acteur, à la scène, à la télé et au cinéma. Au théâtre, il sera le Tartuffe de Jean Gascon au TNM en 1953, le Shylock du Marchand de Venise au Théâtre Club en 1963, le Volpone de Jules Romains que met en scène Georges Groulx au Gesù pour la NCT en 1968 et sera de quelques créations, notamment Les Bois-Brûlés de Jean-Louis Roux, L'Oeil du peuple d'André Langevin et Le Marquis qui perdit de Réjean Ducharme, toutes présentées par le TNM, la compagnie pour laquelle il joue le plus. À la télé, les plus vieux se souviendront de la série historique D'Iberville et de la série jeunesse Les Enquêtes Jobidon.


2015 : Création de Doggy dans Gravel d’Olivier Arteau au Théâtre La Chapelle, Scènes Contemporaines (Montréal) dans le cadre du Festival St-Ambroise Fringe



Le Théâtre Kata crée la pièce du toujours savoureux et irrévérencieux Olivier Arteau (qui signe également la mise en scène et joue dans la pièce) Doggy dans Gravel au Théâtre La Chapelle, Scènes Contemporaines en 2015. La pièce sera reprise au Théâtre Premier Acte à Québec en septembre 2016 avec Olivier Arteau, Ariel Charest, Sarah Villeneuve-Desjardins, Nadia Girard Eddahia, Gabriel Cloutier-Tremblay, Jean-Philippe Côté, Miguel Fontaine, Angélique Patterson, Steven Lee Potvin, Vincent Roy, Nathalie Séguin et Dayne Simard. Lorsque la pièce sera à nouveau présentée à la Salle Fred-Barry du Théâtre Denise-Pelletier en août et septembre 2017, certains comédiens ne feront plus partie de la distribution et Marie-Josée Bastien, Étienne D'Anjou et Pascale Renaud-Hébert joindront l'équipe. C'est à ce moment que j'ai eu la chance de voir la pièce avec mon adolescente Charlotte, 14 ans, qui s'est bien amusée aussi.



128 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout