• Yanik Comeau

15 juillet

Que s'est-il passé dans le milieu du théâtre québécois un 15 juillet? C'est ici que vous l'apprendrez.


1954: Naissance de Marcel Leboeuf

Né à Lévis, le comédien Marcel Leboeuf a joué dans plus d'une soixantaine de productions théâtrales depuis sa sortie de l'École Nationale de Théâtre en 1977. Même si on a l'habitude de le voir dans des rôles de bon gars sympathique - et plutôt dans des comédies -, quelques productions nous ont permis de voir le registre considérable de ce comédien exceptionnel. Dans le film Rafales qu'il a coécrit avec le réalisateur André Melançon et le comédien Denis Bouchard, il s'est mérité le prix d'interprétation masculine au Festival des films du monde en 1990. Dans la série Les Simone, il joue un papa touchant et nuancé. Dans la série d'époque Au nom du père et du fils ou les séries policières 10-07 et District 31, il trouve aussi sa place. Au théâtre, il touche à l'univers glauque de George F. Walker pendant deux saisons de suite au Quat'Sous avec Pour adultes seulement et La Fin de la civilisation. Évidemment, il est surtout connu pour ses rôles comiques comme le concierge Jean Côté dans Chop Suey à TVA ou ses personnages loufoques dans les comédies qu'il produit comme copropriétaire du Théâtre des Grands Chênes à Kingsey Falls pendant quinze ans. Mais il exploite son talent comique dans une multitude de registre, surprenant tout le monde dans des classiques comme Le Bourgeois Gentilhomme de Molière aux côtés d'André Montmorency sur la scène du TNM en 1989 ou dans le rôle titre des Fourberies de Scapin au Rideau Vert en 2001. Il reprendra cette pièce avec Denise Filiatrault dix ans plus tard, cette fois dans le rôle d'Argante. Il participera aussi à la création de plusieurs pièces dont Zaza d'abord qu'il coécrit avec Sophie Clément, Nasopodes et autres bêtes merveilleuses de Michel Garneau au Théâtre d'Aujourd'hui, En ville d'Élizabeth Bourget chez Duceppe, Gertrude Laframboise, agitatrice de Pierre Kattini Malouf et La Nuit des p'tits couteaux de Suzanne Aubry à la Salle Fred-Barry, Il joue autant des pièces américaines (la reprise de Drôle de couple de Neil Simon chez Duceppe aux côtés de Luc Guérin et Les Gars d'à côté de Tom Griffin à La Licorne et au Théâtre des Grands Chênes) que des pièces québécoises (Florence de Marcel Dubé au Théâtre Denise-Pelletier et Bonne fête maman d'Élizabeth Bourget chez Duceppe) ou européennes (Souvenirs de Graham Reid chez Duceppe, La Cuisine d'Arnold Wesker au TNM). À la fin des années 70, il a aussi fait partie du théâtre pour enfants Le Gyroscope et joué pour l'équipe des Noirs dans la Ligue Nationale d'Improvisation (1978-1985). Rappelons également que sa fille Laurence avec la comédienne Diane Lavallée suit aussi dans les traces de ses parents. Bonne fête, Marcel!


2002: Décès de Felix Mirbt


Né à Breslau en Allemagne, l'artiste multidisciplinaire Felix Mirbt a été un des pionniers de la marionnette et n'a pas cessé d'innover après son arrivée au Canada en 1953. À Munich et à Göttingen, il apprend les techniques de scène, l'art du mouvement et le dessin, nous apprend Hélène Beauchamp dans ie Dictionnaire des artistes du théâtre québécois. Après une rencontre internationale de la marionnette à Düsseldorf, il vient à Montréal pour poursuivre «ses recherches pour renouveler la construction et la manipulation des marionnettes à fil.» Toujours selon Hélène Beauchamp, c'est Félix Mirbt qui aurait été le premier à explorer la manipulation à vue chez nous. Avec Pierre et le loup, une production du Théâtre des Saltimbanques en 1965, les marionnettistes sont cagoulés, gantés, vêtus de noir et se déplacent à vue dans l'espace scénique, manipulant personnages, décors et accessoires pour faire évoluer l'histoire. Une technique qui sera adoptée par plusieurs compagnies de théâtre de marionnettes d'ici dont, bien sûr, le Théâtre Sans Fil. Félix Mirbt «travaille comme accessoiriste et décorateur, surtout au Centaur, où il présente L'Ombre chinoise (légendes esquimaudes) et Abu Hassan (contes arabes), y annonçant les techniques qu'il mettra en place pour Inook and the Sun de Henry Beissel, avec Jean Herbiet, au Festival de Stratford (1973).» Mirbt et Herbiet donneront ensuite deux spectacles marquants: Woyzeck d'après Georg Büchner qui sera présenté aussi à l'internationale et Le Songe qui sera primé par UNIMA-USA. Quand le Théâtre de l'Oeil créera Les Grandes Vacances de Michel Tremblay à la Salle Fred-Barry en 1981, le metteur en scène Olivier Reichenbach fera appel à Mirbt comme expert conseil. À partir de 1980, Mirbt proposera une série de spectacles qui témoignent de sa fascination pour la musique: L'Enfance du Christ, oratorio de Berlioz (1980), Happy End de Bertholt Brecht et Kurt Weill (1981), Le Retable de Maître Pierre de De Falla (1986), L'Histoire du soldat de Stravinski (1988) qui fera l'objet d'une tournée canadienne, Uferlinien de Gerhard Stäbler (en Allemange en 2000) et «son spectacle le plus impertinent et le plus libre», Le Chauffe-O d'Alain Trudel, à Montréal en 2001. Aussi en 2001, Mirbt contribuera au Hitler d'Alexis Martin et Jean-Pierre Ronfard au Nouveau Théâtre Expérimental. Il s'est éteint à Sutton à l'âge de 70 ans. Témoignage de son influence considérable sur le monde de la marionnette, le Théâtre de la Pire Espèce crée, neuf ans après sa mort, le spectacle Die Reise ou Les visages variables de Félix Mirbt au Théâtre Aux Écuries avec les marionnettes laissées en héritage par le maître.

  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO