• Yanik Comeau

«Corps titan [titre de survie]» d’Audrey Talbot: Celle qui est revenue des portes de la mort

par Yanik Comeau (Comunik Média/ZoneCulture)

Reprise après avoir été interrompue par une des vagues de fermetures causées par la pandémie, la pièce on-ne-peut-plus autobiographique, tranche de vie d’Audrey Talbot Corps titan [titre de survie] est une des plus puissantes créations dramatiques à avoir vu le jour sur nos scènes dans les cinq dernières années… ex-aequo avec Ceux qui se sont évaporés de Rébecca Déraspe sur la même scène de la Salle Michelle-Rossignol du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui.



Bien que ces pièces aient très peu en commun au-delà de leur force dramatique, Corps titan [titre de survie] semble arriver dans notre paysage théâtral comme un train qui possède sa propre voie à côté de celle du théâtre documentaire. Hasard que Philippe Cyr, metteur en scène du J’aime Hydro de Christine Beaulieu, signe également la mise en scène de Corps titan [titre de survie]? Peut-être, mais c’est un beau hasard et les rapprochements entre les deux spectacles sont néanmoins nombreux. Les deux autrices-interprètes ont plongé dans des recherches et des documents pour alimenter leur œuvre dramatique, la seconde relisant les témoignages des témoins de son horrible accident de vélo qui, en principe, en faisait une condamnée insauvable et donc miraculée. Dans les deux spectacles, des comédiens incarnent une multitude de personnages autour de la principale intéressée. Dans les deux spectacles, c’est la vérité, la réalité qui touche le spectateur droit au cœur.



Avec Corps titan [titre de survie], Audrey Talbot, comédienne surtout employée en théâtre pour la jeunesse mais vivant son rêve de vivre de son art d’interprète et passant d’une tournée à une autre dans des spectacles reçus favorablement partout où ils passent (le Pinocchio de Tout=à=trac et Le Bruit des os qui craquent de Suzanne Lebeau avec Le Carrousel, entre autres, dont elle parle dans le spectacle) notamment en Europe, se retrouve broyée par un camion-benne alors qu’elle file à vélo vers une répétition de théâtre. Contre toute attente, elle survivra grâce à des premiers répondants qui se trouvaient par hasard très près de l’incident et qui réussiront tant bien que mal à rapporter tous ses morceaux à l’hôpital pour qu’elle soit reconstruite et qu’elle puisse cheminer pendant des mois vers une vie presque comme avant.


Quand Audrey Talbot aura été assez bien pour raconter son histoire, elle se sera inspirée des témoignages, rapports des ambulanciers, policiers, personnel médical de l’hôpital pour transposer au théâtre son miraculeux retour à la vie. Elle le dira elle-même comme narratrice de sa propre histoire, certains passages sont durs à attendre, certaines descriptions sont graphiques et relèvent presque d’un film d’horreur. On reçoit les témoignages et les mots comme des coups de poing mais au-delà de cette souffrance bien insignifiante à les entendre, on peine à croire que les intervenants (et Audrey!) aient pu s’en remettre avec si peu de séquelles.



Avec une poésie, un humour et une fluidité étonnamment rafraîchissants et réjouissants malgré le chemin de croix digne d’une ascension du Kilimandjaro qu'elle raconte, tant Audrey Talbot l’autrice qu’Audrey Talbot la comédienne entraînent le public avec une redoutable efficacité. Autour d’elle, un des plus grands comédiens de sa génération, Francis Ducharme, incarne entre autres son frère, un des ambulanciers et un des préposés du centre de réhabilitation. Papi Maurice Mbwiti et Leni Parker jouent à la fois les parents d’Audrey, le chauffeur de camion qui suivait celui par lequel le malheur est arrivé et une des policières dépêchées sur les lieux. Catherine Larochelle sera tour à tout policière, médecin, meilleure amie… Sans tomber dans la caricature mais par une toute petite inflexion de la voix ou une caractéristique physique, les interprètes campent en toute simplicité toutes les personnes qui rôderont autour d’Audrey de mai 2013, jour de l’incident qui aurait pu s’avérer fatal, jusqu’à son triomphal retour sur scène.


Dans une scénographie et une conception lumières magnifiques de Cédric Delorme-Bouchard et une musique originale de Vincent Legault, Corps titan [titre de survie] nous transporte dans l’univers de cette jeune femme qui ne baissera jamais les bras avant qu’elle se soit complètement réapproprié sa vie. Une pièce qu’on ne peut classer officiellement dans la catégorie «théâtre documentaire» mais qu’on peut certainement qualifier de «cousine formidable», de pièce passionnante et inspirante, de nouvelle réussite indéniable de L’Homme-allumette après Le Brasier et Selfie et en attendant ce que Philippe Cyr nous réserve au Prospero. Et ce qu'Audrey Talbot écrira ensuite, maintenant qu'elle est autrice.



Corps titan [titre de survie]

Texte: Audrey Talbot

Mise en scène: Philippe Cyr

Interprétation: Francis Ducharme, Catherine Larochelle, Audrey Talbot, Leni Parker et Papy Maurice Mbwiti

Assistance à la mise en scène et régie générale: Vanessa Beaupré

Scénographie et conception lumières: Cédric Delorme-Bouchard

Costumes : Julie Charland assistée de Yso

Accessoires: Marie-Ève Fortier

Musique originale: Vincent Legault

Conseil au mouvement: Jacques Poulin-Denis

Conseil dramaturgique: Sarah Berthiaume

Intégration vidéo: Pierre Laniel

Direction technique: Marjorie Bélanger

Une création du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui et de L’Homme allumette en coproduction avec le Théâtre français du Centre National des Arts

Du 6 au 24 septembre 2022 (2h10 sans entracte)

Salle Michelle-Rossignol – Théâtre d’Aujourd’hui, 3900, rue Saint-Denis, Montréal

Billetterie: 514-282-3900 poste 1

Tournée:

Du 15 au 18 juin 2022 – Centre National des Arts (Ottawa)

14 octobre 2022 – Shawinigan

15 octobre 2022 – Théâtre des Deux Rives (Saint-Jean-sur-Richelieu)

21 octobre 2022 – Théâtre de la Ville (Longueuil)

25 octobre 2022 – Théâtre Hector-Charland (L’Assomption)

27 octobre 2022 – Salle Pauline-Julien (Sainte-Geneviève)

29 octobre 2022 – Salle Desjardins-Telus (Rimouski)

2 novembre 2022 – Théâtre Gilles-Vigneault (Saint-Jérôme)

8 novembre 2022 – Maison des arts Desjardins (Drummondville)

12 novembre 2022 – Théâtre du Vieux-Terrebonne (Terrebonne)

23 novembre 2022 – Le Carré 150 (Victoriaville)

25 novembre 2022 – Maison des arts de Laval (Laval)

26 novembre 2022 – Centre des arts Juliette-Lassonde (Saint-Hyacinthe)

29 novembre 2022 – Salle J.-A.-Thompson (Trois-Rivières)

3 décembre 2022 – Centre culturel Desjardins (Joliette)

25 janvier 2023 – Diffusion Saguenay (Chicoutimi)

28 janvier 2023 – Théâtre Mirella et Lino Saputo (Saint-Léonard)

2 février 2023 – Maison de la Culture Notre-Dame-de-Grâce (Montréal)

7 au 11 février 2023 – Théâtre La Bordée (Québec)

16 février 2023 – Quai 5160, Maison de la Culture de Verdun

Photos : Valérie Remise

39 vues0 commentaire