• Yanik Comeau

13 août

Mis à jour : 14 août 2020


1936: Naissance de Claude Gai

Natif du quartier Saint-Henri à Montréal, Claude Gai (né Sanschagrin) est principalement connu pour son incarnation de La Duchesse de Langeais de Michel Tremblay autant à la scène que dans le film Il était une fois de l'Est de Tremblay/Brassard qui reçoit les honneurs à Cannes en 1974, Il étudie la pose de voix et la diction et se perfectionne auprès de Sita Riddez. Passionné d'opéra, il commence sa carrière de comédien comme semi-professionnel dans les années 60 au coeur des groupes Les Apprentis-Sorciers et Les Saltimbanques qui seront deux des compagnies à la source du Théâtre d'Aujourd'hui. Sous la direction d'André Brassard, il deviendra un comédien incontournable de l'univers de Tremblay sans pour autant y rester coincé. Bien sûr, il sera un Marcel mémorable à la création d'En pièces détachées, mais Brassard le mettra aussi en scène dans la création de Le Marquis qui perdit de Réjean Ducharme au TNM en 1970 et dans son En attendant Godot de Beckett pour la NCT en 1971. La carrière de Claude Gai est d'ailleurs jalonnée de créations, notamment Le Bourgeois gentleman d'Antonine Maillet au Rideau Vert, Les Faux Brillants de Félix-Gabriel Marchand et Jean-Claude Germain et Les Vieux ne courent pas les rues de Jean-Pierre Boucher au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui. Ça ne l'empêchera pas pour autant de jouer des classiques tout au long de sa carrière: La Nuit des rois de Shakespeare, Le Malade imaginaire de Molière au TNM, L'Avare de Molière à la NCT, La Tempête de Shakespeare adaptée par Marie Cardinal pour le Théâtre Expérimental des Femmes en 1988, Comme il vous plaira dans une traduction de Normand Chaurette pour le Théâtre Denise Pelletier en 1994, Cyrano de Bergerac de Rostand au TNM et au CNA en 1996 et Les Précieuses ridicules de Molière au TNM en 2003. Au moment de son décès, le 3 février 2007, il n'avait que 70 ans.


2020: Décès de Michel Dumont

Né à Kénogami (aujourd'hui un arrondissement de Jonquière de la Ville de Saguenay), Michel Dumont sera remarqué par Jean Duceppe à Québec et celui qui se préparait à fonder la compagnie que l'on connaît aujourd'hui offre au beau jeune homme deux petits rôles dans la première production de Charbonneau et le Chef. C'est le début d'une grande histoire d'amour paternel. Duceppe deviendra en effet le père spirituel de celui qui lui succédera à la direction artistique de sa compagnie au moment de son décès en 1990. Dumont deviendra non seulement un des comédiens les plus appréciés du grand public, tant au théâtre qu'au petit (Picotine, Monsieur le Ministre, Des Dames de coeur, Marilyn, Urgence, Omertà, Un homme mort, Yamaska, Victor Lessard,...) et au grand (Cargo, Sans elle, Café de flore, Le Garagiste...) écrans, mais également auteur et traducteur. On oublie souvent qu'il a écrit pour la télé (les textes de Picotine et le téléroman Robert et compagnie avec son éternel compagnon de traduction, Marc Grégoire) et traduit ou cotraduit plus d'une trentaine de pièces presque toutes présentées chez Duceppe, notamment des oeuvres d'Arthur Miller (Le Prix, Vu du pont, Ils étaient tous mes fils, Après la chute), Henrik Ibsen (L'Ennemi du peuple), August Strindberg (Le Père), Tennessee Williams (La Chatte sur un toît brûlant), Neil Simon (Rumeurs), George Bernard Shaw (Sainte-Jeanne), Aaron Sorkin (Des Hommes d'honneur) et John Patrick Shanley (Le Doute), pour n'en nommer que quelques-unes. Sur scène, il a joué de très grands rôles, de Mgr. Charbonneau dans Charbonneau et le Chef à Lennie dans Des Souris et des hommes, du Révérand Hale dans Les Sorcières de Salem à l'Oncle Vania de Tchekhov en passant par le Henry Higgins de Pygmalion sans oublier Biff Loman (1973, 1975, 1983) puis Willy Loman (1999) dans Mort d'un commis-voyageur. Il est transcendant de vérité dans les grands rôles du répertoire québécois autant que dans les créations, livrant un inoubliable Léopold dans À toi, pour toujours, ta Marie-Lou et un bouleversant Yvon dans Messe solennelle pour une pleine lune d'été, toutes deux de Michel Tremblay, bien sûr. Il sera le père de Luc Picard dans la reprise de Un simple soldat de Marcel Dubé et celui de Guylaine Tremblay et de Maude Guérin dans les créations de Serge Boucher, 24 poses (portraits) et Des bonbons qui sauvent la vie respectivement. Il dirigera la Compagnie Jean Duceppe de 1991 à 2017. En 2019, il est nommé Membre de l'Ordre du Canada. Monsieur Dumont a signé la préface de mon recueil Coups de théâtre ! - 36 courtes picèes de théâtre pour enfants et adolescents, volume 5. Pour ses 79 ans le 29 janvier 2020, nous lui souhaitions un retour à la pleine santé. Malheureusement, le cancer dans ses amygdales se sera propagé à ses poumons. Il nous a quittés entouré de ses proches. Reposez en paix, monsieur Dumont!



21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO