• Yanik Comeau

8 février

Mis à jour : juin 28

C'est le 8 février ! On ne peut pas passer sous silence l'anniversaire du comédien Normand Lévesque. Apprenez-en davantage sur sa grande carrière!


1952: Naissance de Normand Lévesque

Originaire de Rimouski et diplômé du Conservatoire d'art dramatique de Montréal, Normand Lévesque est comédien et chanteur ayant joué dans plus de 90 productions, surtout au théâtre, bien sûr, mais aussi en théâtre musical, en comédie musicale et à l'opéra.


Depuis la création de Sainte-Carmen de la Main de Michel Tremblay, il est devenu un régulier de cette compagnie (deuxième comédien le plus demandé et apprécié des abonnés selon les statistiques) où il a participé à d'autres créations (notamment Les Bonbons qui sauvent la vie de Serge Boucher, Sous le regard des mouches de Michel Marc Bouchard et Le Miroir aux Tartuffes de Jean-Claude Germain), mais surtout à une multitude de pièces américaines, britanniques et canadiennes anglaises traduites dont Des frites, des frites, des frites d'Arnold Wesker, Vol au-dessus d'un nid de coucou de Dale Wasserman (meilleur rôle de soutien, Association québécoise des critiques de théâtre en 1991), Charbonneau et le Chef de John Thomas McDonaugh, Mambo Italiano de Steve Galluccio et des pièces de Neil Simon, Ray Cooney, d'Alan Ayckbourn, d'Edward Albee, de Miller...


Sur la scène du TNM, tant dans des productions du Théâtre du Nouveau Monde que dans des productions de Juste pour rire, il a participé à certaines créations dont La Mandragore de Jean-Pierre Ronfard (1983) mais a aussi joué de nombreux classiques comme Le Tartuffe de Molière, Cyrano de Bergerac de Rostand, Les Trois Mousquetaires de Dumas, Le Barbier de Séville de Beaumarchais... et on ne compte plus les prestations dans des productions estivales aux quatre coins du Québec.


Il faut aussi mentionner ses performances en théâtre musical dans la reprise dirigée par Denise Filiatrault (avec qui il a beaucoup travaillé) de Demain matin, Montréal m'attend dans laquelle il jouait La Duchesse, et dans la reprise de Pied de poule dirigée par un autre des metteurs en scène qui fait souvent appel à lui, Serge Denoncourt. Le Petit Roi, dans une mise en scène de Serge Postigo, et le Don Juan de Félix Gray figurent également à son CV.


À la télé, on l'a vu autant dans des comédies (L'Agent fait le bonheur, Poivre et Sel, Lapoisse et Jobard, Il était une fois dans le trouble, Madame Lebrun) que dans des téléromans (Cormoran, Sous un ciel variable, Virginie, L'Auberge du chien noir) et des téléséries (Bunker, le Cirque, Musée Eden).


Au cinéma, il a été de plusieurs comédies à succès (L'Assassin jouait du trombone, Louis 19, Mathusalem, Idole instantanée,..) et dans deux films de Charles Binamé, Le Coeur au poing et La Beauté de Pandore, entre autres. Bonne fête, monsieur Lévesque!


Photo: Laurence Labatt


2005: Décès de Marthe Choquette

Native de Québec, Marthe Choquette a connu une carrière fructueuse tant sur scène qu'à la télévision et c'est surtout à Montréal et en région, dans les théâtres d'été, qu'elle a travaillé. Elle n'avait que 74 ans lorsqu'elle a succombé à un cancer. Pour toute une génération de jeunes Québécois, elle est la voix de Madame Coucou dans Passe-Partout. Bien qu'elle ait surtout joué dans des séries comiques comme Du Tac au tac, Vaut mieux en rire et Les Brillant, elle a aussi joué des rôles plus dramatiques dans Épopée Rock et Terre humaine. Au théâtre, elle joue tant dans des boulevards (La Dame de chez Maxim's de Feydeau, La Poudre aux yeux de Labiche, Fleurs de cactus de Barillet et Gredy...) que des classiques (Songe d'une nuit d'été de Shakespeare), des pièces modernes (La Chatte sur un toît brûlant de Williams, Un sur six de Bobrick et Clark, Histoire à dormir debout de Ayckbourn, toutes chez Duceppe) et de nombreuses revues des fêtes (et à d'autres périodes de l'année) dont En rire... et en couleurs! de Jacques Lorain, Ne perdez pas la tête de Gina Bauson et André Montmorency et Qui s'y frotte s'y pique de Jean Rafa et Roger Joubert au Théâtre du Rideau Vert. C'est d'ailleurs au Rideau Vert qu'elle participera à de nombreuses pièces pour enfants présentées les dimanches après-midi (surtout des textes de Patrick Mainville et d'André Cailloux). Elle a été la première Marie-Ange Brouillette des Belles-Soeurs de Michel Tremblay en 1968, la première Yvette dans Les Voisins de Claude Meunier et Louis Saïa chez Duceppe, a participé à la création de la pièce de Félix-Gabriel Marchand de Jean-Claude Germain, Les Faux-brillants, et à celle de Les Vieux ne courent pas les rues de Jean-Pierre Boucher, toutes deux au Théâtre d'Aujourd'hui, cette dernière seulement cinq ans avant sa mort.

  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO