• Yanik Comeau

22 octobre

La création est au coeur de la dramaturgie québécoise. Théâtralités la célèbre avec tout l'amour qu'elle mérite.


1977: Création de Kamikwakushit de Marc Doré dans une mise en scène de l'auteur au Conservatoire d’art dramatique de Québec



Bien avant que l'on crie au scandale à la moindre «appropriation culturelle», l'auteur, comédien et professeur au Conservatoire d'art dramatique de Québec Marc Doré a écrit Kamikwakushit (Celui qui est rouge) d'après le conte montagnais du même nom conté par Pien Peters, recueilli par Rémi Savard, traduit du montagnais par Pipin Bacon et Josée Maillot. Doré monte la pièce avec des étudiants du Conservatoire d'art dramatique de Québec qui vont devenir des incontournables de la scène culturelle de la Vieille Capitale: Robert Lepage, Richard Fréchette, Jean-François Gaudet (le Félix de Félix et Ciboulette à la télé), Jacqueline Patry, Marie-Christine Perreault, Claude Lemay, Yves Bourques et Andrée Samson. Fascinant de lire l'introduction du livre de la pièce, publié chez Leméac en 1978. Après tous les scandales ou révoltes autour de «Kanata», «SLAV» et combien d'autres (pas juste de Robert Lepage!), Rémi Savard écrit, en conclusion: «Ainsi, et comme tous ceux qui ont un jour repéré ce conte au pourtour de leur culture, tel que le fit sans doute un ancêtre de Pien Peters, Marc Doré nous en offre aujourd'hui sa magnifique version. Que ceux à qui elle plaira ne se préoccupent donc pas d'orthodoxie ou de fidélité par rapport au contexte amérindien d'où elle leur arrive. Le véritable auteur d'une telle oeuvre, c'est l'ensemble de ceux qui y trouvèrent et qui y trouveront encore leur vérité, au point de ne pouvoir s'empêcher d'en faire part à quelqu'un d'autre. Bien raconter une histoire, c'est toujours l'adapter...» Vous imaginez, monter une pièce sur un conte montagnais, une histoire autochtone avec une telle distribution d'étudiants qui jouent le Renard Roux, Le Vieil Indien,... ? Nous sommes tristement dans une période beaucoup trop politically correct, où même ce qui se veut hommage et respect, est perçu comme blasphème.

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout