• Yanik Comeau

1er juillet

Dernière mise à jour : juil. 8

C'est la fête du Canada mais chaque jour est la fête du théâtre dans nos éphémérides du théâtre québécois. Suivez-nous pour savoir ce qui a marqué la journée!

1942: Naissance de Geneviève Bujold

Née à Montréal six jours après Michel Tremblay, la comédienne de réputation internationale Geneviève Bujold et l'écrivain québécois le plus célèbre à travers le monde auraient pu être à l'hôpital en même temps! Formée au Conservatoire d'art dramatique de Montréal, Geneviève Bujold aura eu une belle mais très courte carrière au théâtre avant de se tourner définitivement vers le cinéma. Jean Dalmain la dirigera dans Le Barbier de Séville de Beaumarchais au Gesù en 1962 et dans Le Fils d'Achille de Claude Chauvière l'année suivante au Théâtre du Rideau Vert, production dans laquelle il joue également le rôle titre. Pendant la saison 1964-1965, Geneviève Bujold jouera dans rien de moins que cinq pièces dont trois mises en scène par Georges Groulx au Rideau Vert! Jean Gascon la dirigera dans L'École des femmes de Molière au TNM où son Agnès face au Arnolphe de Jean Dalmain impressionnera. Elle sera Lucille dans La Répétition ou L'Amour puni d'Anouilh, Vera dans Un Mois à la campagne de Tourgeniev, Nathalie dans la création d'Une Maison... un jour... de Françoise Loranger et Puck dans Songe d'une nuit d'été de Shakespeare. Ces deux dernières productions feront partie d'une tournée européenne du Rideau Vert et seront jouées à L'Odéon de Paris où le réalisateur Alain Resnais la verra et lui offrira le rôle de Nadine dans La Guerre est finie avec Yves Montand. Ce sera le début de sa carrière française. En 1972, elle joue Antigone d'Anouilh sur Broadway, production qui sera captée pour la télévision et diffusée sur PBS dans le cadre de la célèbre série Great Performances. Elle avait déjà tourné en anglais à ce moment-là, entre autres dans le rôle titre d'Anne of the Thousand Days avec Richard Burton et dans Act of the Heart avec Monique Leyrac (avec qui elle avait joué dans Le Fils d'Achille) et Donald Sutherland, un film dirigé par son futur mari Paul Almond. Chez nous, elle tourne avec Michel Brault (Entre la mer et l'eau douce, Mon amie Max, Les Noces de papier), Claude Jutra (Kamouraska) et plus récemment avec Manon Briand (La Turbulence des fluides), Denis Chouinard (Délivrez-moi), Jacob Tierney (The Trotsky), Micheline Lanctôt (Pour l'amour de Dieu) et François Delisle (Chorus). Elle a aussi été la voix de Saya dans The Legend of Sarila et la voix de Johanna Adulte dans Two Girls (2018). En tout, elle a fait plus de 60 films en plus de cinquante ans de carrière jusqu'à maintenant. Bonne fête, madame Bujold!


1943: Naissance de François Dompierre



compositeur de musique

1947 : Naissance de Jacqueline Barrette

Née à Québec, la scénariste, auteure, metteure en scène et comédienne Jacqueline Barrette a fait ses études en enseignement à l'Université du Québec à Montréal. C'est là qu'elle écrit ses premières pièces. Elle abandonne l'enseignement en 1970 après avoir obtenu un succès remarquable avec sa revue Ça dit qu'essa à dire présentée au Festival de l'ACTA. Elle se consacrera à l'écriture et à l'interprétation, écrivant pour la radio (Pauline et Édouard), pour plusieurs émissions jeunesse à la télévision (Clak, Minute Moumoute, You Hou, La Fricassée, Pop Citrouille, Court-Circuit), pour des spectacles de l'imitateur Jean-Guy Moreau et de Dominique Michel, tout en écrivant des pièces drôles et plus dramatiques pour le théâtre (Oh, Gerry, oh!, Dis-moi qu'y fait beau, Méo!, Les Larmes volées...) en plus de signer le Show des femmes, Ça s'pourrait-tu?, sur le Mont-Royal en 1975. En plus d'écrire et d'interpréter bon nombre de monologues, Jacqueline Barrette signe le scénario du film Le Lys cassé, réalisé par André Melançon, dans lequel elle tient le rôle de la mère. Quand sa pièce Les Larmes volées est adaptée pour Radio-Québec, elle remporte le prix Évaluation Média. De 1989 à 1991, elle a collaboré aux scénarios de Passe-Partout tout en écrivant quelques-uns des livres qui accompagnaient l'émission. Il faut aussi noter qu'en 1993, bien avant que Debbie Lynch-White devienne La Bolduc dans le film de François Bouvier, Jacqueline Barrette a signé les textes et interprété le rôle-titre dans une docu-fiction réalisée par Isabelle Turcotte intitulée Madame La Bolduc qui lui valait le prix Gémeaux de la Meilleure interprétation féminine. Bonne fête, Jacqueline!

1948: Naissance de Serge Marois

Photo: Yann Canno


Natif de Rimouski, l'auteur, comédien, danseur, fondateur et directeur artistique du Théâtre de l'Arrière-Scène Serge Marois a obtenu un baccalauréat en arts et lettres de l'Externat classique de Longueuil avant d'aller parfaire sa formation théâtrale avec des stages en France et à New York auprès de Robert Wilson. De 1965 à 1973, il assume la direction artistique de L'Arabesque. Trois ans plus tard, il fonde L'Arrière-Scène qui se spécialise en théâtre jeune public. Du Café-théâtre Le Pont Tournant, il déménage au Centre culturel de Beloeil en 1982. En 2000, le Centre culturel était rebaptisé Centre dramatique pour l'enfance et la jeunesse de la Montérégie. Au cours de sa longue carrière, Serge Marois a écrit et mis en scène plus d'une trentaine de pièces dont Mon ami s'appelle Traguille, Côté cour, Les Boîtes, Train de nuit, Monsieur Léon et Les Âmes soeurs. L'Arrière-Scène les porte vers les publics français et québécois, belge, africain et canadien. Rassembleur et curieux, Serge Marois multiplie les collaborations avec des créateurs tout aussi innovateurs que lui: Wajdi Mouawad, Pascale Rafie, Joël da Silva, Marie-Line Laplante, Gilles Gauthier. Il explore même l'univers d'Aristophane! En 1993, il reçoit la médaille du Gouverneur général «qui souligne son apport au langage visuel, sonore et corporel ainsi que sa poésie scénique», écrit Guylaine Massoutre dans le Dictionnaire des artistes du théâtre québécois. En 2002, sa mise en scène de Pacamambo de Wajdi Mouawad remporte le Masque de la Production Jeunes Publics. En 2005, il reçoit le Prix du Grand-Richelieu «pour son rayonnement dans la communauté». Bonne fête, Serge!


2005: Création de Les Envahisseurs de François Archambault, Nico Gagnon, Simon Boudreault, Marie-Christine Lê-Huu et Francis Monty, mise en scène de Benoît Vermeulen, une production du Petit Théâtre du Nord, présentée à la Grange du Parc du Domaine Vert (Mirabel)

Luc Bourgeois, Louise Cardinal, Sébastien Gauthier et Mélanie St-Laurent triomphaient pendant deux mois à l'été 2005 dans ce collectif qui recevait des critiques très positives. La pièce était ensuite reprise l'été suivant au Théâtre Lionel-Groulx (Sainte-Thérèse) puis en tournée dans plusieurs villes pendant la saison 2006-2007.

35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout