• Yanik Comeau

6 novembre

En plus du décès d'une figure déterminante du théâtre montréalais de la première moitié du 19e siècle, nous soulignons plusieurs créations qui ont eu lieu un 6 novembre au fil des années. Vive le théâtre!


1940: Décès de Jean-Paul Filion


C"est à 69 ans que le comédien, auteur et directeur artistique Jean-Paul Filion (le nom de scène qu'il adopte), né à Montréal le 7 juin 1871 sous le nom Joseph-Phileas Filion, meurt dans la métropole après avoir travaillé comme censeur pour la Ville de Montréal dans les 10 dernières années de sa vie. Il fait partie de la toute première génération d'acteurs professionnels québécois. Avec Elzéar Hamel et Palmieri, il forme un redouble trio. Avant ça, il fait ses débuts avec la Troupe Franco-Canadienne, première compagnie de théâtre formée d'artistes nés ici, notamment Blanche de la Sablonnière, Victor Brazeau et Louis Labelle. La troupe se produit au Théâtre Lyceum à l'angle des rues Saint-Dominique et Sainte-Catherine et présente des drames et des mélodrames français contemporains (parce que nous n'avons encore que très peu d'auteurs québécois à l'époque) pendant l'été 1887. En novembre 1898, avec l'inauguration du Théâtre des Variétés, il pourra vivre exclusivement de son métier. En 1900, il passe au Théâtre National où il restera pendant 17 ans. Dans le Dictionnaire des artistes du théâtre québécois, Jean-Marc Larrue nous parle de son interprétation du rôle de Flambeau dans L'Aiglon d'Edmond Rostand qu'il reprendra plus d'une dizaine de fois entre 1904 au National et 1917 au Théâtre Canadien. Son jeu est considéré nuancé et intense pour l'époque. Il excelle autant dans des comédies: L'Amour veille de Robert de Flers et Gaston de Caillavet et L'Abbé Constantin de Ludovic Halévy, deux pièces dans lesquelles il joue des curés. Après le National, il jouera au Théâtre Canadien avec l'Alliance artistique, au Family avec la troupe de Bella Ouellette et au Saint-Denis où il reprendra son rôle dans L'Aiglon, cette fois aux côtés d'Antoinette Giroux, une autre des grandes vedettes de l'époque. Il participera aussi à des opérettes, des comédies musicales et des revues avant de mettre fin à sa carrière d'acteur en 1930.


1975: Création de Les Hauts et les bas d’la vie d’une Diva, Sarah Ménard par eux-mêmes, texte et mise en scène de Jean-Claude Germain avec Nicole Leblanc au Théâtre d’Aujourd’hui, rue Papineau (Montréal), une coproduction des P’tits Enfants Laliberté et du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui

Photo: Daniel Kieffer


«Une chanteuse arrivée au faite de sa gloire et au déclin de sa carrière nous livre ses réflexions sur la musique, les relations amoureuses, sa vie et son métier. Comédie bouffe, pleine de fantaisie, qui emploie plusieurs genres musicaux, de la chanson populaire aux grands airs d'opéra.» Un superbe véhicule pour la grande Nicole Leblanc, un texte écrit et mis en scène par son conjoint et complice, Jean-Claude Germain. Après sa première série de cinq semaines de représentations, la pièce était reprise pour un autre mois en janvier et février 1975 et du 30 octobre au 14 décembre 1975. En mars et avril 1976, c'est le Théâtre du Trident et la Compagnie des Deux Chaises qui agissaient comme producteurs pour de nouvelles représentations au Palais Montcalm à Québec. En mai 1976, c'est au Studio du Centre National des Arts à Ottawa que la production s'arrêtait pour 3 représentations. En juillet de la même année, elle s'arrêtait pour trois nouvelles représentations sur l'immense scène du Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts dans le cadre du Programme Arts et Culture de la XXIe Olympiade de Montréal. Cinq ans plus tard, au printemps 1981, Nicole Leblanc reprenait le spectacle une dernière fois. En tout, c'est plus d'une centaine de représentations qu'elle en aura donné avec trois Tony Panneton différents: Gaston Brisson, Pierre Nadeau et François Dubé.


1984: Création de Deux tangos pour toute une vie de Marie Laberge dans une mise en scène de Denise Gagnon par la Commune à Marie au Théâtre du Petit Champlain (Québec)


Marie Laberge confie à son amie et complice Denise Gagnon la mise en scène de Deux tangos pour toute une vie dans laquelle elle joue avec Jean-Jacqui Boutet, Denis Bernard et Annette Leclerc lors de sa création. Huit ans plus tard, Denise Verville remonte la pièce au Théâtre La Bordée, confiant le rôle de la mère à Denise Gagnon. Manon Minier, Denis Lamontagne et Pierre-Philippe Guay composent alors le trio amoureux.

Marie Laberge et Denis Bernard dans la création de Deux Tangos pour toute une vie.


2001: Création de Boudin, révolte et camembert d’Isabelle Hubert dans une mise en scène de Richard Aubé au Théâtre La Bordée (Québec)


Sur la scène du Théâtre La Bordée, ce sont les traits de Marie-Ginette Guay, Marie-France Desranleau, Nadine Meloche, Jean-Sébastien Ouellette et Guy-Daniel Tremblay qu'ont empruntés les personnages d'Isabelle Hubert pour venir au monde. Dirigée par Richard Aubé, la production était scénographiée par Denis Denoncourt.


2007: Création de Le Problème avec moi de Larry Tremblay, mise en scène de Francine Alepin, une production Omnibus, à Espace Libre (Montréal) en même temps que le Déclic du destin du même auteur


C'est en effet un programme double, deux courtes pièces de Larry Tremblay, que propose Omnibus, d'abord à Espace Libre puis au Périscope à Québec (en avril-mai 2009). Larry Tremblay et Carl Béchard jouent les deux pièces ensemble.

  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO