• Yanik Comeau

26 février

Mis à jour : juin 22

Vous savez ce qui a marqué le 26 février dans le monde du théâtre québécois? C'est ici que nous vous le dirons.


1958: Naissance de Patrick Quintal


Comédien, metteur en scène et auteur originaire de Granby, Patrick Quintal fonde avec Laurence Tardi le Théâtre du Double Signe en 1985. Ce théâtre de recherche et de création dont le siège social est à Sherbrooke a, depuis, créé 25 spectacles dont Houdini, Le Désert de Gobi, Pot pourri, Sur le bord de la fenêtre, un tout petit chien en flammes, Mowgli, L'Île aux sabots et Kraken, conte à la dérive, ce dernier ayant remporté le Prix Yves-Sauvageau. Au fil des années, il a également signé des dizaines de mises en scène au Théâtre du Double-Signe et, quand il ne signait pas la mise en scène des spectacles, c'est souvent parce qu'il jouait et faisait appel aux Daniel Simard, Luce Pelletier, Carole Nadeau pour le diriger. Il écrit aussi pour la radio et la télévision tout en signant des contes et des monologues pour les concerts de l'Orchestre Symphonique de Sherbrooke. En 2007, il recevait le Prix de la création artistique pour la région de l'Estrie. En 2018, il quittait la direction artistique du Théâtre du Double Signe pour se consacrer à ses projets d'écriture et de création théâtrale. Bonne fête, monsieur Quintal!

Photo: Archives - Journal La Tribune


1991: Création de La Farce de l'âge de Denis Bouchard, Suzanne Champagne, Pierrette Robitaille et Rémy Girard, dans une mise en scène de Normand Chouinard, au Théâtre du Rideau Vert (Montréal)


Excités de leur expérience à travailler ensemble sur Les Fridolinades (1987) et Les Fridolinades II (1989-1990) au Centre National des Arts et au Théâtre du Rideau Vert, Denis Bouchard, Suzanne Champagne, Rémy Girard et Pierrette Robitaille se réunissaient pour créer un nouveau spectacle ensemble. Denis Bouchard et Rémy Girard avaient déjà écrit ensemble sur La Déprime et la longue amitié de Rémy Girard avec Normand Chouinard en faisait le candidat tout désigné pour signer la mise en scène. Le succès des Fridolinades et la notoriété des interprètes ont sûrement contribué au feu vert donné par mesdames Brind'Amour et Palomino à ce spectacle. La critique de Nadine Vincent dans la revue Jeu était très sévère et négative, mais celle-ci avouait que le public, le vrai, se marrait bien alors bien que l'humour ait été un peu trop bon enfant, pas assez mordant, il semble que les auteurs et les interprètes (les mêmes!) aient néanmoins atteint la cible.



  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO