• Yanik Comeau

«Manuel de la vie sauvage» de Jean-Philippe Baril Guérard: Start Me Up

par Yanik Comeau (Comunik Média / ZoneCulture)


Pour ce qui aurait dû être leur quatrième mais est en réalité leur troisième véritable saison à la barre de Duceppe, le duo Jean-Simon Traversy et David Laurin continue dans la tradition des gros spectacles d’ouverture avec un fond social fort et une forme tout aussi puissante qui vient appuyer le propos. Après Oslo et Héritage, voici l’adaptation théâtrale par l’auteur du roman Manuel de la vie sauvage de Jean-Philippe Baril Guérard. Plongeon dans l’abime des milléniaux ambitieux qui savent apprendre des plus durs de leurs prédécesseurs tout en donnant une twist bien personnelle et bien moderne à leur agenda.



Dans Manuel de la vie sauvage, on vient à la rencontre de Cindy Bérard (une contraction de Baril Guérard… volontaire ? hasard ?), jeune entrepreneure milliardaire qui nous offre son TED-talk à la manière des Elon Musk, Mark Zuckerberg, Sheryl Sandberg, Sara Blakely. Sans tomber dans une narration monotone et trop linéaire, l’auteur théâtralise habilement le parcours de la femme d’affaires sans merci que rien n’arrêtera… ou presque. On passe du présent au passé, on fait des va-et-vient dans le temps et les scènes se succèdent à un rythme tout aussi dynamique et effrénée que la vie de Cindy. Emmanuelle Lussier-Martinez, que j’avais découverte dans Faits divers de Joanne Arseneau à la télé, est absolument formidable dans tous les sens du terme. Affirmée, puissante, froide, gracieuse, elle dégage une énergie à couper le souffle et commande l’attention.



On rencontre le premier patron de Cindy, Yves, son bailleur de fonds et investisseur Luc-Alain et son père, lui-même un riche homme d’affaires de qui elle souhaite se dissocier parce qu’elle veut être une véritable self-made woman. Tous ces personnages sont joués par Stéphane Demers (O’, District 31, Faits divers…) qu’on a très peu vu au théâtre ces dernières années et qu’on retrouve avec bonheur. Vétéran de la distribution, il pourrait être le père de tous ses partenaires de scène et nuance juste assez ses personnages pour qu’on les distingue tout en évitant de tomber dans des caricatures. Autour de Cindy gravitent son ami d’enfance Laurent (excellent Maxime Mailloux, lui aussi mémorable dans Faits divers et au théâtre dans Lignes de fuite de Catherine Chabot au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui) et une ancienne collègue d’université avec qui elle s’est brouillée, Ève (Isabeau Blanche que je découvre avec plaisir), et dont Laurent était compulsivement amoureux. Se grefferont Arnaud, le jeune avocat charmeur et pas toujours charmant (le cependant toujours charismatique Patrick Emmanuel Abellard que j’apprécie autant en français qu’en anglais – Héritage, Fight On ! avec Infinithéâtre, Gratitude au MiniMain), Claude la troubleshooter/spécialiste de l’image (mon coup de cœur des derniers mois, Joëlle Paré-Beaulieu) et la comédienne Camille (incarnée à merveille par la touchante Anne Trudel, une autre découverte).



Toute cette formidable distribution épate au milieu du décor larger than life de Cédric Lord et les éclairages blafards mais glamour de Julie Basse. Jean-Simon Traversy signe une mise en scène inventive et réglée au quart de tour, démontrant à la fois sa maîtrise de la direction d’acteurs et son sens du spectacle.



Manuel de la vie sauvage, un regard critique sur l’éthique vs. l’entrée d’argent dans le monde de l’intelligence artificielle, lance certes en beauté la saison de Duceppe mais la saison théâtrale tout court. On y savoure une production d’une belle homogénéité, léchée mais irrévérencieuse et edgy à souhait.


Manuel de la vie sauvage de Jean-Philippe Baril Guérard Mise en scène : Jean-Simon Traversy Assistante à la mise en scène : Marie-Hélène Dufort Avec Emmanuelle Lussier-Martinez, Isabeau Blanche, Maxime Mailloux, Patrick Emmanuel Abellard, Stéphane Demers, Joëlle Paré Beaulieu et Anne Trudel Décor : Cédric Lord Costumes : Mérédith Caron Éclairages : Julie Basse Musique : Nicolas Basque Conception vidéo : Julien Blais Accessoires : Normand Blais Une production Duceppe Du 8 septembre au 9 octobre 2021 (durée : 1h40 sans entracte) Théâtre Jean-Duceppe, Place des Arts, Montréal. Info : https://duceppe.com/manuel-de-la-vie-sauvage/ Photos : Danny Taillon

25 vues0 commentaire