• Yanik Comeau

Théâtre anglophone: «Gratitude» d’Oren Safdie: Le Prix à payer

Mis à jour : 7 juil. 2019

par Yanik Comeau (ZoneCulture/Comunik Média)


La nouvelle pièce d’Oren Safdie, Gratitude, est directe, crue et ne ménage pas ses mots. Bien que le titre ne soit pas clair au départ, sa signification devient tristement limpide lorsque l’on comprend que les personnages s’attendent à ce que les autres démontrent leur «reconnaissance» pour les différents «services» rendus.


Cette pièce relativement courte raconte l’histoire d’une adolescente de 15 ans, Dariya (Michaela DiCesare) qui fréquente une école secondaire privée réputée – oui, le genre où les filles portent des jupes à carreaux, les garçons portent des pantalons gris et tout le monde porte la cravate – et qui jette son dévolu sur Drew, le tombeur de la classe (Patrick Keeler). Elle doit aussi naviguer une vie familiale compliquée avec des parents qui lui ont déjà organisé un mariage, des parents de qui elle cherche désespérément à s’émanciper. Pour obtenir ce que ses hormones souhaitent de Drew, Dariya est prête à (presque) tout, même se prostituer avec deux des copains de l’élu de son cœur. Pourquoi Drew lui demanderait une telle chose pour accepter ensuite de partager son corps avec Dariya demeurera un mystère – et la plus grosse faiblesse du texte. Bien que la pièce atteigne déjà un étonnant niveau de «perversion» (Je me suis même mis à penser à L’Éveil du printemps de Frank Wedekind par moments), on se demande pourquoi Drew demanderait à Dariya de procurer du plaisir sexuel à ses amis s’il n’avait pas l’intention d’être là pour en être témoin. Après tout, qu’est-ce que ça lui apporte à lui personnellement?


Cela étant dit, les dialogues et la structure de la pièce sont sans faille. Les personnages sont vraisemblables et les quatre acteurs offrent des performances crédibles même si, par moments, Michaela DiCesare surjoue un peu et tombe dans la caricature dans les premières minutes de la pièce. Bien que Patrick Keeler (qui vient de terminer une série de représentations de Birthmark de Stephen Orlov au MAI la semaine dernière!) passe très près lui aussi de basculer dans le cliché, il réussit néanmoins à éviter l’écueil. Pour sa part, Patrick Émmanuel Abellard (qui jouait récemment dans Choir Boy de Tarell Alvin McCraney au Centaur) donne également une performance solide, mais à mon avis, c’est celle de Laurent Pitre dans le rôle du jeune Josh qui est la plus impressionnante.



S’il fallait ajuster une chose, ce serait sans doute l’inconfort que semblent vivre les acteurs devant les gestes sexuels que leur demande le texte. Bien qu’ils semblent très à l’aise avec le dialogue cru et les références sexuelles, peut-être aurait-il été préférable d’utiliser la scénographie simple et efficace de Bruno-Pierre Houle (une structure de tuyaux de métal qui rappelle un jeu de Mécano, à laquelle on a suspendu des rideaux de douche pas tout à fait transparents pour illustrer cet ancien vestiaire des garçons situé au sous-sol de l’école) pour mieux cacher et plutôt suggérer les actes sexuels qui ne sont clairement pas exécutés pour vrai et qui semblent rendre les acteurs inconfortables. En effet, lorsque Josh et Dariya baisent derrière un de ces rideaux, un peu comme des ombres chinoises, l’acte et les sons qu’ils émettent deviennent beaucoup plus crédibles.



Même si quelques choix musicaux semblent étranges, ce n’est pas un problème majeur. Cette production est généralement solide et mérite certainement de rejoindre un large public. En autant que celui-ci ait l’esprit ouvert, ne soit pas trop pudique et accepte de se faire dire les vraies affaires.


Gratitude de Oren Safdie Mise en scène: Amy Blackmore et Oren Safdie Distribution: Michaela DiCesare, Patrick Keeler, Laurent Pitre et Patrick Émmanuel Abellard Conception décor et costumes: Bruno-Pierre Houle Régie: Gabriel Mandeville Une production Hyper-Allergenic Productions et MainLine Theatre 21 novembre au 2 décembre 2018, mercredi au samedi à 20h, dimanche, 14h (Durée: approximativement 1 heure sans entracte) MainLine Theatre, Espace MiniMain, 3997, boulevard Saint-Laurent, Montréal Billets: 20$, âge d’or : 18$, étudiants : 15$ Réservations: 514-849-3378 Pour plus d’informations : www.mainlinetheatre.ca Photos : Oren Safdie, B.P. Houle

  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO