• Yanik Comeau

Cinéma: «Lignes de fuite» de Catherine Chabot/Émile Gaudreault/Miryam Bouchard: Fidèle au théâtre

par Yanik Comeau (Comunik Média / ZoneCulture)

Comme autrice de théâtre Catherine Chabot s’est taillée une place de choix dans le paysage théâtral québécois ces dernières années avec des œuvres comme Table rase, Dans le champ amoureux et, bien sûr, Lignes de fuite. Elle s’est aussi fait une place comme comédienne sur nos scènes et à l’écran, particulièrement aux côtés de Louis Morissette dans Le Guide de la famille parfaite l’an dernier.



Qu’on adapte sa pièce Lignes de fuite au cinéma est plus ou moins étonnant mais là où on attendait Catherine Chabot et son coscénariste Émile Gaudreault (plutôt habitué à écrire et réaliser des comédies à grand déploiement comme Nuit de noces, Mambo Italiano, De Père en flic, certaines des adaptations, d’autres des scénarios originaux) avec une brique et un fanal, c’est au niveau de l’adaptation. Pourquoi adapter une pièce de théâtre sans faire une captation de ladite pièce? Qu’est-ce qui en fait un véritable film? À ce niveau, on ne peut pas dire que Lignes de fuite soit une grande réussite. L’adaptation est plutôt paresseuse et repose sur un très bon texte de théâtre qui sauve la situation. Pour avoir vu la pièce, ce huis clos que j’avais comparé à Qui a peur de Virginia Woolf?d’Edward Albee, Carnage de Yasmina Reza ou Six Degrees of Separation de John Guare, est pas mal intact, bien qu’on ait ajouté des scènes «extérieures» et qu’on ait modifié le prétexte des «retrouvailles» des personnages. Dans la pièce, on parle de pendaison de crémaillère chez Sab (Lamia Belhacine), dans le film, on a droit au vernissage de sa blonde Amber (Victoria Diamond sur scène et au grand écran) et toute une soirée entre amis avant que tout ce beau monde débarque dans le loft à couper le souffle où niche le couple avec sa chienne vieillissante Frida.



Bien que le film ne soit pas si «librement inspiré» de la pièce et y soit plutôt très fidèle, on y aura ajouté la question de la pandémie, on y aura mis plus d’emphase sur les changements climatiques qui pourront être plus spectaculairement illustrés au cinéma et on aura fait plus de place aux conjoints masculins (joués par Mickaël Gouin et Maxime de Cotret dans le film).



La distribution est nickel. Catherine Chabot, Léane Labrèche-Dor et Victoria Diamond replongent dans les rôles qu’elles ont créés à la scène alors que les deux gars et la magnifique Mariana Mazza s’intègrent à merveille, recréant à leur sauce les personnages qui ont d’abord vu le jour sur la scène du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. La surprise est très clairement Mariana Mazza qui entre dans la peau de cette Sab comme si elle avait été créée pour elle. On parlait depuis des semaines de la naissance d’une comédienne? Ce n’était pas une exagération. Ceux qui craignent que la «petite humoriste» se soit improvisée actrice peuvent aller se rhabiller. La fille a fait ses devoirs et mérite pleinement sa place.


Lignes de fuite – le film ne révolutionnera pas le cinéma, mais clairement, ce n’était pas son intention. On y trouve des dialogues savoureux (le contraire aurait étonné étant donné le texte de la pièce), des situations cocasses et ce toujours puissant huis clos aux personnages étoffés et bien joués. La scène finale? Un bijou. Une pièce d’anthologie audacieuse que je me garderai bien de vous divulgâcher. Si vous n’avez pas vu la pièce, raison de plus de voir le film.



Lignes de fuite Scénario librement inspiré de la pièce de théâtre de Catherine Chabot Scénario: Catherine Chabot et Émile Gaudreault Réalisation: Catherine Chabot et Miryam Bouchard Avec Mariana Mazza, Catherine Chabot, Victoria Diamond, Léane Labrèche-Dor, Mickaël Gouin et Maxime de Cotret Productrice: Denise Robert Coproducteur: Émile Gaudreault Directrice de la photographie: Stéphanie Weber Biron Directeur artistique: Guillaume Couture Costumes: Sharon Scott Montage: Arthur Tarnowski Son: Arnaud Derimay et Louis Gignac Création sonore: Marie-Claude Gagné Directeur de production: Simon Marcotte Directeur de postproduction: Guy Langlois Casting: Lucie Robitaille et Dandy Thibodeau Productrice déléguée: Sylvie Trudelle Sortie en salles au Québec : 7 juillet 2022 Information: https://www.lignesdefuite-lefilm.com/

Photos; Eve B. Lavoie

31 vues0 commentaire