• Yanik Comeau

Théâtre musical anglophone: «The Pianist of Willesden Lane»: Le plus beau des voyages musicaux!

par Yanik Comeau (ZoneCulture / Comunik Média)


Lisa Jura, une jeune autrichienne juive qui a fait le voyage Vienne-Londres dans le cadre de l’opération Kindertransport en 1938 pour échapper au régime nazi, était déjà une pianiste de talent toute jeune. Grâce à la chance et à des circonstances fascinantes, elle a pu réaliser son rêve de devenir une pianiste de concert… et une maman… ce qui n’a évidemment pas été le cas de toutes les petites filles juives de l’époque, plusieurs ne s’étant même pas rendues à l’adolescence. Les parents de Lisa sont morts à Auschwitz. Mona, une de ses deux filles, a suivi les traces de sa mère et s’est donnée comme mission de raconter la formidable histoire de cette jeune fille au parcours pour le moins singulier.



Mona Golabek est non seulement elle-même une grande pianiste de concert, mais elle a co-écrit un livre, The Children of Willesden Lane (traduit en sept langues), racontant l’histoire de sa mère, récit que le pianiste, comédien, dramaturge, compositeur, producteur et metteur en scène Hershey Felder (le conjoint de l’ancienne Première Ministre Kim Campbell) a eu la brillante idée d’adapter en un magnifique one-woman show présenté jusqu’au 29 septembre sur la scène du Sylvan Adams Theatre du Segal Centre.


Alternant joyeusement entre des bouts d’histoire écrits de belle façon et des extraits magnifiquement bien joués de pièces de Grieg, Mozart, Schubert, Schumann, Beethoven, Bach, Scriabine, Mahler, Rachmaninov, Debussy et Chopin, Mona Golabek rend hommage à sa mère tout en offrant au public une fenêtre sur un chapitre encore rarement exploré de la période la plus noire du 20e siècle. Alors que l’on pourrait croire que toutes les histoires d’Holocauste, d’horreurs et d’injustices faites aux Juifs pendant la Deuxième Guerre Mondiale ont déjà été racontées, quelqu’un d’autre arrive avec une nouvelle histoire qui confirme que chacune est différente, chacune est unique, chacune mérite d’être racontée et chacune est universelle parce qu’elle traite d’amour, de famille, de passion, de résilience et de lumière.



Mona Golabek entre sur scène en Lisa et s’adresse que très rarement au public en Mona, incarnant totalement sa mère et partageant l’incroyable périple de cette jeune fille… avant de nous donner un aperçu de ce qu’elle est devenue plus tard, lorsqu’elle a quitté Londres pour les États-Unis. Pendant 90 minutes, amoureux de théâtre, mélomanes, spectateurs de toutes générations, de toutes religions et de toutes origines ethniques ne font qu’un et vivent un mémorable voyage musical digne des plus impressionnantes montagnes russes, passant par toute la gamme des émotions, conduits par une grande conteuse – et actrice de talent qui change subtilement sa voix, maîtrise des accents qu’elle utilise avec parcimonie pour éviter la caricature ou les exagérations grossières – dont le talent n’a d’égal que sa grande maîtrise du piano.



La mise en scène et direction que Hershey Felder offre à son actrice sont tout aussi subtiles et permettent de mettre en valeur l’élégance et la grâce de Golabek ainsi que sa parfaite maîtrise de l’histoire qu’elle raconte. Elle n’a besoin de rien d’autre qu’un Steinway and Sons à queue et quelques cadres dorés pour que l’on projette son album de famille et des extraits vidéo qui vont droit au cœur.



Encore une fois, la directrice artistique du Segal, Lisa Rubin, offre au public montréalais un spectacle incontournable, essentiel.


The Pianist of Willesden Lane de Mona Golabek Adapté et mis en scène par Hershey Felder Inspiré du livre The Children of Willesden Lane de Mona Golabek et Lee Cohen Dramaturgie: Cynthia Caywood, PhD Scénographie: Hershey Felder et Trevor Hay Conception sonore / direction de production : Erik Carstensen Réalisateur à la vidéo: Lawrence Siefert Costumes: Jaclyn Maduff Concepteurs des projections: Andrew Wilder et Greg Sowizdrzal Assistant à la mise en scène: Trevor Hay Produit par Samantha F. Voxakis, Karen Racanelli et Robert M. Birmingham 8 au 29 septembre 2019, relâche les vendredis, deux représentations les dimanches (14h et 19h), deux représentations les mercredis (13h et 20h), lundi 19h, mardi, jeudi, samedi 20h (Durée: 90 minutes sans entracte) Sylvan Adams Theatre Segal Centre for Performing Arts, 5170, chemin de la Côte-Sainte-Catherine, Montréal Billetterie: 514-739-7944

  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO