top of page
  • Photo du rédacteur

Théâtre: «Vernon Subutex – partie 1 / 2+3 / intégrale» de Virginie Despentes/Angela Konrad: Fresque post-historique

par Yanik Comeau (Comunik Média/ZoneCulture)


   Après avoir remporté le prix de la meilleure mise en scène en 2022 décernée par l’AQCT pour la première partie de son adaptation théâtrale du roman de Virginie Despentes, voilà qu’Angela Konrad, nouvellement nommée directrice générale et artistique d’Usine C, arrive enfin avec les parties 2 et 3 et, bien sûr, l’intégrale de cette fresque colossale qu’est Vernon Subutex. Je n’avais pas pu voir la première partie il y a deux ans alors je me suis senti privilégié de pouvoir me rattraper mardi dernier et de me saisir de la suite le lendemain. Surtout avec les coupures de subventions dénoncées en fin de spectacle qui, nous le rappelait la comédienne Violette Chauveau, auraient pu empêcher la suite de ce projet audacieux n’eut été de la résilience et des compromis de tous les intéressés.



   Vernon Subutex est une formidable fresque théâtrale dont l’adaptation est parfois un peu trop littéraire mais ce n’est jamais trop agaçant parce que la metteure en scène – avec la collaboration des comédiens qui doivent jouer plusieurs personnages – a choisi de travailler sur différents niveaux de français, les faisant parfois parler avec un accent plus «québécois», parfois plus «normatif», parfois plus «parisien», maintenant cependant toujours le vocabulaire typique de l’hexagone (les «meuf», «rigole», «mec», «came», «SDF» et compagnie) mais donnant beaucoup de texture aux différents personnages. C’est vraiment brillant, crédible et rafraîchissant!



   Racontant l’histoire d’un jeune paumé qui transforme une étrange séquence de «couchsurfing» en une tout aussi bizarre secte (malgré lui?) où il se fait autant d’ennemis que d’amis, de détracteurs que d’alliés tout en survivant tant bien que mal dans un Paris de plus en plus chaud et dangereux (l’autrice ponctue la fiction de véritables tragédies dont Charlie Hebdo, les attentats du Bataclan, etc… et la metteure en scène intègre habilement des extraits de bulletins de nouvelles et de directs de ces événements dévastateurs, la vidéo étant confiée à Alexandre Desjardins). Bien que le spectacle intégral dure plus de six heures sans compter les entractes, c’est si passionnant, si enlevant, si captivant qu’on ne s’ennuie pas une seule seconde.


   Ce qui permet au spectacle de passer à la vitesse de l’éclair, ce sont à la fois les personnages riches et souvent attachants, humains, et les interprètes de haut calibre qu’Angela Konrad a réunis autour d’elle. Au cœur de cette distribution, David Boutin, dans le rôle-titre, est flagorneur, opportuniste, débrouillard, sale, mais tellement charismatique qu’il rallie le public. Autour de lui, Paul Ahmarani, Dominique Quesnel, Philippe Cousineau, Violette Chauveau et Anne-Marie Cadieux, des vétérans ferrés qui se donnent à 300% dans une multitude de rôles, multipliant les aller-retours avec des changements de costumes et de maquillages parfois rapides, tout comme les plus jeunes Samuël Côté (Tableau final de l’amour), Mounia Zahzam (Antioche, À cause du soleil, Le Misanthrope) et Blanche-Alice Plante (quelle belle découverte!) qui sont aussi épatants et généreux.


   Malgré les coupures et les modifications qu’Angela Konrad a dû apporter à sa proposition initiale de mise en scène, la générosité et la détermination de tous les artistes et artisans ont permis de livrer un spectacle à couper le souffle qui s’avère un des grands événements de la saison théâtrale 2023-2024, une saison qui déjà nous en a mis plein la vue, d’une richesse incroyable, n’en déplaise au gouvernement provincial qui devra encore se faire brasser pour comprendre que soutenir les arts, c’est soutenir la culture, les artistes, l’âme du peuple.


Vernon Subutex partie 1 / parties 2+3 / intégrale de Virginie Despentes et Angela Konrad Texte: Virginie Despentes Conception, adaptation et mise en scène: Angela Konrad Assistant à la mise en scène, dramaturge et conseiller musical: William Durbau Interprétation: Paul Ahmarani, David Boutin, Anne-Marie Cadieux, Violette Chauveau, Samuël Côté, Philippe Cousineau, Blanche-Alice Plante, Dominique Quesnel et Mounia Zahzam avec la collaboration de Fayolle Jean Jr. Décor, accessoires (tome 1), direction technique: Louis-Charles Lusignan Direction de production, régie: Jacinthe Nepveu Costumes: Marie-Audrey Jacques Conception vidéo: Alexandre Desjardins Assistants à la conception vidéo/artistes 3D: Charly Barrera, Maxime Karam (tome 1), Alexandre Lévesque (tomes 2-3) Lumières: Cédric Delorme-Bouchard Conception sonore: Simon Gauthier Accessoires (tomes 2-3): Chloé Depommier Maquillages: Florence Cornet Coiffures et perruques: Angelo Barsetti Assistant sonore: Jules Potier Habilleur.euse: Vicky Wolf-Dumont et Maxime Bertrand Coupeur: Paul Rose Photographies: N/B: Louise Marois de la série Pour rien au monde, Paris 2021 Direction administrative: Kevin Bergeron – Agence Roger Roger Coproduction: LA FABRIK et USINE C Partie 1 présentée les 30 avril, 2 mai, 7 mai, 9 mai, 14 mai, 16 mai à 19h (durée: 3h30 avec entracte) Parties 2 et 3 présentées les 1er mai, 3 mai, 8 mai, 10 mai, 15 mai, 17 mai à 19h (durée: 2h50 sans entracte) Intégrale présentée les 4 mai, 11 mai, 18 mai 14h (durée: 7 heures avec deux entractes) Usine C, 1345, avenue Lalonde, Montréal Informations: https://usine-c.com/spectacle/vernon-subutex-tome-1

Comments


bottom of page