top of page
  • Photo du rédacteurYanik Comeau

Théâtre musical: «Belmont» du Théâtre de l’Oeil ouvert: Salut à la reine!

par Yanik Comeau (Comunik Média / ZoneCulture)

Après une Clémence toute en douceur et en intimité et une Corriveau à grands déploiements, éclatée et épatante, le Théâtre de l’Oeil Ouvert, cette fois à l’invitation du Théâtre Advienne que pourra, développe un spectacle qui salue la place d’une reine parmi les reines dans l’univers de notre musique, la diva, l’artiste, l’amoureuse, l’enfant, la folle, la seule et unique Diane, déesse québécoise de l’audace. S’inspirant de la vie, de la carrière, de toutes les facettes artistiques et de la personnalité (ou presque!) de la grande Diane Dufresne, pigeant dans un corpus de chanson colossal, la codirectrice artistique et metteure en scène Jade Bruneau a pensé un spectacle qui n’est ni une biographie, ni un jukebox musical mais un peu tout ça à la fois quand même, qu’on le veuille ou non.


Belmont, qui tire évidemment son titre du fameux Parc Belmont, une des nombreuses chansons phares de l’artiste, est un ambitieux mais néanmoins modeste «voyage au cœur de l’intensité féminine» (devenu une sorte de devise pour le TOO) et « une fenêtre sur une parcelle de l’œuvre bien vivante de Diane Dufresne». Et c’est là que réside la modestie du spectacle parce qu’il aurait été impossible de faire un spectacle exhaustif, complet de cette œuvre. Certains Dufresnologues pourraient d’ailleurs s’offenser que certaines chansons ait été à peine évoquées ou carrément occultées mais, comme pour tout spectacle, il a fallu faire des choix, qu’on les achète tous ou non.


À l’instar de Clémence où un seul comédien-chanteur (Simon Fréchette-Daoust) incarnait tous les hommes, Jade Bruneau a confié au formidable Pierre-Olivier Grondin la responsabilité d’incarner les hommes de Diane. Il sera d’abord un clown, oui, une sorte de saltimbanque arlequin-esque qui narre et qui relie les Dianes entre elles. Il chantera aussi un des nombreux numéros musicaux à couper le souffle et à scier les jambes dans ce spectacle qui n’en manque pas (c'est la chansons Que qu'on lui a confiée). Son charisme, son talent, sa voix époustouflante sont renversants.



La Diane, elle, se conjugue en cinq temps comme les Albertines de Tremblay mais surtout en cinq personnalités, cinq facettes qui se déploient dans le décor ingénieux d’Adam Provencher, le même qui nous avait donné celui de La Corriveau – La Soif des corbeaux. Les Diane sont incarnées par un brillant quintet de comédiennes-chanteuses solides et résolument investies dans cette œuvre généreuse.


Il y a celles dont on connaît les formations classiques en chant : d’abord, l’incroyable Catherine Sénart, notre Marguerite Volant nationale, qu’on a pu applaudir aussi dans des musicals mémorables, qui incarne si bien la Diva, son panache, sa sensualité, sa désinvolture par moments, puis, Laur Fugère, grande vocaliste qui a prêté son talent tant aux musicals d’Andrew Lloyd Webber qu’au Cirque du Soleil, à qui Jade Bruneau confie le rôle de la petite fille et qui brille de tous ses feux.



Après Miss Hannigan dans Annie, la tournée de Belles-Sœurs – Musical et Butch dans Demain matin, Montréal m’attend, Geneviève Alarie était fin prête pour le rôle musical de sa vie, celui de La Folle qu’elle incarne avec un appétit contagieux. On se régale aussi de l’Amoureuse que nous donne Laetitia Isembert après ses prestations dans Nelligan et Quatre Filles. On pourrait même croire que ces rôles auraient pu inspirer la créatrice de Belmont. Enfin, c’est une Catherine Allard passionnée et «granuleuse» qui nous offre une Diane-Artiste qui s’inscrit bien dans son parcours après son magnifique hommage à Pauline Julien dans Je cherche une maison qui vous ressemble.



Une des nombreuses forces des productions du Théâtre de l’Oeil Ouvert est cette façon de maximiser les talents des interprètes sur scène, de les mettre en valeur dans de puissants solos mais tout en les mettant au service des autres chansons, jouant habilement des arrangements vocaux et créant des chœurs ravissants. Les costumes de Sarah Balleux et l’habile utilisation des musiciennes dans quelques tableaux où elles s’improvisent artistes de variétés amènent des touches de théâtralité supplémentaires et bienvenues.


Bien qu’il y ait certaines chansons qu’on aurait peut-être voulu entendre davantage, des classiques soit, il reste que l’ingénieux assemblage de chansons tirées des différentes époques de la carrière de Diane Dufresne et les nouveaux éléments créés par Laurence Régnier et Audrey Thériault devraient néanmoins combler les fans de Diane tout autant que ceux qui la découvrent pour la première fois.


Comme tous les spectacles du Théâtre de l’Oeil Ouvert autant que ceux de son partenaire le Théâtre Advienne que pourra pour celui-ci, Belmont mérite d’être vu par toutes les générations de spectateurs, les amateurs de théâtre, de musique, de théâtre musical… mais aussi ceux qui pourraient y être amenés par Diane Dufresne elle-même. La compagnie laisse entendre que le spectacle connaîtra un avenir au-delà de ses représentations à Repentigny alors… attendons les nouvelles !



Belmont Idéation, mise en scène et adaptation: Jade Bruneau Création musicale et composition originale: Audrey Thériault Textes originaux: Laurence Régnier Direction musicale et arrangements: Marc-André Perron Assistance à la mise en scène: Lou Arteau Direction vocale: Chris Barillaro Distribution: Geneviève Alarie, Catherine Allard, Laur Fugère, Pierre-Olivier Grondin, Laetitia Isambert et Pierre-Olivier Grondin Musiciennes: Lucie Cauchon (Cheffe, pianiste et claviériste), Juliette Leclerc (violoncelliste et bassiste) et Véronique Boucher (percussionniste) Décors: Adam Provencher Costumes: Sarah Balleux Éclairages: Maude Serrurier Accessoires: Félix Plante Maquillages: Véronique St-Germain Coiffures: Kathleen Gravel Sonorisation: Martin (Plumo) Lessard Direction technique et éclairagistes: Audrey Janelle et Alexe Morrissette Encadrement du mouvement: Pénélope Desjardins Encadrement voix et diction: Simon Labelle-Ouimet Direction artistique: Simon Fréchette-Daoust Une production du Théâtre de l’Oeil Ouvert et du Théâtre Advienne que pourra Du 4 au 26 août 2023 – Théâtre Alphonse-Desjardins – Espace Culturel Repentigny (durée: approx. 1h50 sans entracte) Informations: www.spectaclebelmont.com

Photos: Thierry Du Bois

Comments


bottom of page