• Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO

  • Yanik Comeau

Théâtre anglophone: «Yev» d’Alison Darcy et Joseph Shragge: Ma Vie dans la Taïga

Mis à jour : 9 juin 2019


par Yanik Comeau (Comunik Média/ZoneCulture)


Scapegoat Carnivale Theatre a l’habitude de créer des productions originales, qui sortent de l’ordinaire, mais des créations néanmoins enracinées dans les traditions théâtrales les plus pures. En août dernier, le théâtre d’objets Sapientia remportait un succès critique impressionnant lors de son passage au MiniMain du MainLine Theatre, boulevard Saint-Laurent. Maintenant, les codirecteurs artistiques Alison Darcy et Joseph Shragge proposent Yev, l’histoire d’une ermite (une Alison Darcy touchante et drôle) qui habite la Taïga nordique après avoir fui la persécution religieuse qu’elle subissait dans son pays.



Divisée en trois tableaux très distincts, Yev prend des allures de lecture publique dans son premier volet dans lequel Matthew, un étudiant en biologie à l’Université McGill (interprété par l’adorable, généreux et mignon Trevor Barrette) entre en contact par écrit avec la vieille grincheuse opportuniste aux allures misanthropes (du moins, au début – heureusement, elle deviendra graduellement plus sociable et agréable au fur et à mesure qu’elle s’attachera à son jeune correspondant) en passant par Nikolay (un traducteur au talent incertain mais néanmoins gentil et bien intentionné, interprété avec nuance, aplomb et humour par Davide Chiazzese), s’échangeant plusieurs missives dans lesquelles ils partagent leur expérience de vie, plus urbaine et «civilisée» pour Matthew, plus sauvage et «primitive» pour Yev. Bien que ce premier tableau puisse manquer un brin de rythme et qu’il soit triste que le personnage de Matthew ne revienne plus dans les scènes suivantes, les lettres sont bien écrites et les traductions volontairement douteuses de Nikolay du russe à l’anglais offrent de beaux moments de comédie subtile.



Dans le deuxième tableau, bien qu’on ne voie pas Matthew, il est mêlé à une correspondance verbale avec Savorin, un géologue retraité qui habite non loin de chez Yev et qui n’apprécie pas du tout l’amitié qui se tisse entre sa voisine et le jeune étudiant qui lui écrit du Canada. Il veut clairement être son seul amant et son seul punching bag. Interprété par Sasha Samar, un comédien montréalais né en Russie et qui nous a déjà donné d’excellentes pièces comme auteur également, le voisin de Yev parle aussi à Matthew par l’entremise de Nikolay qui traduit simultanément. Samar est excellent et Chiazzese est épatant dans ce tableau, s’exprimant avec un accent authentique, pas trop lourd, jamais caricatural qui procure une belle vérité à la scène.



Le troisième et dernier volet du triptyque est une bagarre physique chorégraphiée entre Yev et Savorin qui laisse le spectateur bouche bée. La coordination efficace des mouvements, créée par Andrew Turner, est époustouflante. Darcy et Samar exécutent ce numéro exigeant avec précision et lui donnent une crédibilité impressionnante. Bien que la pièce complète de 45 minutes soit une belle œuvre théâtrale en soit, cette dernière partie frappe particulièrement l’imaginaire du spectateur qui la portera longtemps dans sa mémoire. Un délice bien ficelé !



Bien que Yev souffre un peu de son manque de fil dramatique solide, la pièce propose des personnages intéressants, des répliques fortes, une jolie poésie et a définitivement été touchée par la baguette magique de conteur des auteurs. Néanmoins, j’aurais apprécié un quelconque dénouement dans l’histoire de cette amitié improbable entre l’étudiant américain étudiant la biologie à Montréal et la vieille recluse vivant dans la Taïga russe. J’imagine que la jalousie et les menaces à peine voilées de Savorin auront été assez fortes pour tenir le jeune homme à l’écart.


Yev est présentée au Montréal, Arts Interculturels (MAI) jusqu’au 24 mars.


Yev d’Alison Darcy et Joseph Shragge Mise en scène: Alison Darcy et Joseph Shragge Avec Trevor Barrette, Davide Ciazzese, Alison Darcy et Sasha Samar Chorégraphie: Andrew Turner Une production Scapegoat Carnivale Theatre 14 au 24 mars 2019, jeudi au samedi à 20h, samedi et dimanche 17, 23 et 24 mars: matinées à 15h (Durée: 45 minutes sans entracte) MAI, Montréal, arts interculturels, rue 3680 Jeanne-Mance, Montréal Billets: $25, $15 étudiants/âge d’or/employés précaires/groupes/moins de 14 ans Réservations: 514-982-3386 ou http://www.m-a-i.qc.ca/en/box-office/