• Yanik Comeau

Spectacle multidisciplinaire: «Abecedarium Bestiarium»: Antonia Baehr, bête de scène

par Yanik Comeau (Comunik Média / ZoneCulture)


Artiste multidisciplinaire berlinoise, chorégraphe, danseuse/comédienne, artiste visuelle, cinéaste, Antonia Baehr est à Montréal dans le cadre du Camp Performance Queer 2018, question d’offrir un atelier et de présenter son spectacle Abecedarium Bestiarium. Dire qu’il sort de l’ordinaire serait un euphémisme, mais y a-t’il vraiment des spectacles présentés à La Chapelle qui ne sortent pas des sentiers battus ? Poser la question, c’est y répondre. Cependant, ce n’est pas parce que c’est différent que c’est automatiquement bon. Dans le cas qui nous occupe, ce n’est pas le bestiaire alphabétique qui sortira de l’ordinaire (on pourrait presque dire qu’il s’agit d’un thème éculé en arts), mais plutôt l’approche fascinante de l’artiste et, surtout, son interprétation des plus riches.



Abecedarium Bestiarium est présenté sous forme déambulatoire, c’est-à-dire que les spectateurs sont appelés à se déplacer au milieu des éléments de décors pour suivre l’action, présentée sous forme de tableaux. Huit tableaux. Chacun inspiré par un animal, une espèce disparue de la planète. Chacun écrit par un ou une ami-e d’Antonia Baehr, généralement pas des auteurs mais plutôt des artistes des différentes sphères (arts visuels, danse, musique…) qu’elle fréquente et qui a dû, en choisissant son animal, trouver un lien avec sa propre personne. Une lettre en commun, une ressemblance physique ou un trait de personnalité. Ça semble complexe ? Quand Baehr nous l’explique d’entrée de jeu, en français ET en anglais, en tenant un petit paquet de cartes d’index, on ne sait pas trop si on comprend… si on achète la proposition.


Puis, ça commence. Rapidement, on saisit que cette artiste formidable, malgré ses petits cartons, sait exactement où et quand elle nous emmènera là où elle souhaite que nous allions… concrètement (dans l’espace) et métaphoriquement (dans l’imaginaire de ce spectacle). Et on ne peut que se réjouir d’être ses moutons parce que, tout au long des 90 minutes qu’elle nous a concoctés – on dirait, juste pour nous ! –, notre bergère nous fera découvrir des merveilles de la nature, nous plongera dans des univers presque tous inconnus au commun des mortels, nous charmera comme un serpent hypnotisant tout autant que comme un joli chaton qui fait des folies sur YouTube. On se laissera transporter dans huit univers différents, huit espaces différents, découvrant les animaux avec quelques accessoires, quelques éléments de costume, quelques instruments de musique, quelques éléments multimédia bien placés.



Après avoir marché avec le dodo, plongé avec le dauphin de la rivière Yangtse, frayé avec le loup de Tasmanie, dialogué de patriarcat avec la colombe à moustaches rouges et son amie l’amazone de Porto Rico, non seulement serons-nous mis en appétit, on aura envie de toujours savoir où nous mènera ce bateau inattendu, ce spectacle tout simple à tant d’égards mais grandiose pour l’effet qu’il fait à nos sens. Antonia Baehr est une interprète de grand talent qui bouge à la fois comme une reine, un homme, des animaux, qui parle ou pousse des cris de bêtes sauvages qui laissent bouche bée, qui transmet une passion contagieuse pour tous les arts qu’elle touche sans jamais donner l’impression que c’est collé ensemble sans vision.


On se lève, on s’assoit en indien, on se relève, on s’appuie sur un mur, on se rassoit au sol appuyé sur une main, on se relève presqu’engourdi pour aller se trouver une place pour le prochain tableau… et ce qui pourrait s’avérer trop décontracté finit par faire partie intrinsèque du charme génial de cet Abecedarium Bestiarium pensé par Antonia Baehr.



Abecedarium Bestiarium Portraits d’affinités en métaphores animales Un spectacle de Antonia Baehr Textes: Dodo Heidenreich, Frédéric Bigot, Steffi Weismann, Pauline Boudry, Sabine Ercklentz, Valérie Castan, Isabell Spengler et Andre Neumann Une production de Antonia Baehr et Alexandra Wellensiek avec le soutien de La Chapelle, Goethe-Institut, MAI et Studio 303 dans le cadre du Camp de performance Queer 2018 22 et 23 août 2018 à 20h (approximativement 90 minutes sans entracte) La Chapelle, Scènes Contemporaines, 3700, rue Saint-Dominique, Montréal Réservations : 514-843-7738 – www.lachapelle.org Photos : Anja Weber Video : Courtoisie Antonia Baehr

2 vues0 commentaire
  • Facebook Social Icon

© 2017 by Théâtralités.  Proudly created with Wix.com by TRIO