top of page
  • Photo du rédacteur

Opéra: «Enigma» d’Éric-Emmanuel Schmitt et Patrick Burgan: L’île de l’amour

par Yanik Comeau (Comunik Média/ZoneCulture)


   La passion d’Éric-Emmanuel Schmitt pour la musique classique est légendaire. Je me souviens de son spectacle Le Mystère Carmen qu’il avait présenté au TNM et qui avait été accueilli comme un OVNI sur ces planches mais qui m’avait ravi. On ne s’étonne donc pas qu’il ait eu envie d’adapter une de ses pièces pour l’opéra et qu’il ait choisi Variations énigmatiques, un huis-clos à deux personnages présenté sur la scène du TNM (la directrice Lorraine Pintal a d’ailleurs développé une belle relation artistique avec le dramaturge, romancier, essayiste, apprenti sociologue franco-belge) en 2001 avec Guy Nadon et Michel Rivard. Enigma, une première coproduction entre l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole et de l’Opéra de Montréal, mis en musique par le Français Patrick Burgan, a d’abord été présenté au pays de Molière avant d’investir le Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts ces jours-ci.



   Le résultat est concluant. D’abord, la poésie de Schmitt et son sens de la lecture de l’humain est parfaitement transposée. Son talent pour la création de personnages riches, nuancés et profondément vrais sert bien le médium opératique. Ensuite, la musique de Burgan, bien rendue par I Musici, est luxuriante, appuie parfois un peu trop à mon avis (ce qui donne une étrange impression de soap américain par moments – comme si le spectateur ne pouvait pas comprendre le drame ou la gravité de la situation sans le gravitas musical) mais cède aussi la place à quelques moments a capella d’une efficacité redoutable. Enfin, la mise en scène de Paul-Émile Fourny en est véritablement une de théâtre ce qui est, toujours à mon avis, rafraîchissant. Les acteurs/chanteurs bougent avec fluidité, manipulent beaucoup d’accessoires efficacement et sont dirigés non seulement pour leur interprétation vocale mais aussi pour leur interprétation théâtrale, leur jeu.



   Ça peut sembler banal dit comme ça, mais Antoine Bélanger et Jean-Michel Richer sont d’excellents acteurs en plus d’avoir une technique vocale impeccable. Comme ils ont déjà joué ce spectacle ensemble en France, ils semblent déjà – lors de la première à Montréal – avoir une complicité qui sert le spectacle, les personnages, les émotions que requièrent les nombreux rebondissements du livret de Schmitt. Notez que, bien qu’on nous ait servi un avertissement avant la représentation de la première à l’effet que Jean-Michel Richer (Érik Larsen) était indisposé, rien n’a paru. Il a joué et chanté avec un aplomb et un professionnalisme incontestables. Enfin, bien qu’il n’y ait sur scène que nos deux antagonistes, il faut souligner les magnifiques voix féminines du chœur de l’Opéra de Montréal qui monteront en deuxième partie et qui ajouteront une superbe «présence».



   Pour revenir aux rebondissements, une petite mise en garde: ne lisez pas l’argument dans le programme AVANT la représentation parce qu’on vous y divulgâche plusieurs de ces rebondissements. Vaut mieux le lire après.


   Patrick Méeüs, qui conçoit tant le décor que les éclairages, fait un travail somptueux pour créer un environnement à la fois mystérieux et isolé, un cube au milieu d’une île, celle où s’est réfugié l’écrivain Abel Znorko (Antoine Bélanger). J'ai aussi apprécié que cet opéra plus intimiste soit présenté au Théâtre Maisonneuve plutôt qu'à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts.



   Je terminerai en disant combien j’apprécie cet équilibre entre opéras classiques et créations contemporaines que propose cette année l’Opéra de Montréal. Je vois qu’encore l’an prochain, ce bel équilibre se maintiendra alors je m’en réjouis. Des productions comme La Reine-Garçon, Enigma, JFK il y a quelques années, avec des artistes de chez nous, sont une magnifique façon de rendre l’opéra plus accessible aux néophytes (comme moi) ou aux rébarbatifs. Sans parler du travail extraordinaire que fait Pierre Vachon pour rapprocher l’opéra des gens.


Enigma – l’opéra (en français avec surtitres en français et en anglais) Librettiste: Éric-Emmanuel Schmitt Compositeur: Patrick Burgan Mise en scène: Paul-Émile Fourny Chef d’orchestre: Daniel Kawka dirigeant l’Orchestre de Chambre I Musici de Montréal Interprétation: Antoine Bélanger (Abel Znorko) et Jean-Michel Richer (Érik Larsen) Lumières et scénographie: Patrick Méeüs Costumes: Dominique Louis Chef de chœur: Claude Webster Pianiste-répétitrice: Esther Gonthier Pianiste-répétiteur (chœur): Pierre McLean Une coproduction de l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole et l’Opéra de Montréal Les 7 avril 2024 à 14h, 9, 11 et 13 avril 2024 à 19h30 (durée: 2h30 incluant entracte de 25 minutes) Théâtre Maisonneuve, Place des Arts, Montréal Info: https://www.operademontreal.com/programmation/enigma

Comments


bottom of page